Carrefour a enregistré une hausse de 58 % de son bénéfice net 2006

|

Il se situe à 2,268 milliards d'euros, contre 1,436 milliard en 2005, selon un communiqué publié ce matin par le groupe. Hors cessions, le résultat net ressort en légère progression de 3,3 % à 1,98 milliard d'euros.


Carrefour prévoit de réaliser en 2007 un chiffre d'affaires "supérieur ou égal à 2006, à taux de change constant, avec un objectif pour 2008 de progression du chiffre d'affaires de 10 %. Les ventes hors taxes sont en hausse de 6,6 % à change courant et 6,4 % à change constant, soit une croissance de plus de 2 points supérieure à celle enregistrée en 2005 et en 2004.

Quant à la création de 1,4 million de m², elle correspond à l'ouverture de près de 1 000 points de ventes, dont 103 hypermarchés, soit plus du double des ouvertures réalisées en 2004.
Ces bons résultats sont annoncés au lendemain d'une journée marquée par l'entrée de Bernard Arnault au capital et le départ du président du conseil de surveillance Luc Vandevelde, remplacé par Robert Halley.

Car les importants mouvements de titres observés ces derniers jours au sein du capital de Carrefour avaient bien un nom, ainsi que le supputaient nombre d'observateurs. Mais on n'attendait pas vraiment le champion du luxe chez le leader européen de la grande distribution... Bernard Arnault, PDG de LVMH, a pourtant annoncé une prise de participation, via une alliance avec le fonds californien Colony Capital, de près de 10 % du capital de Carrefour.

Les deux alliés ont précisé dans le communiqué qu'il s'agit d'un « investissement stratégique et industriel », qui s'inscrit par conséquent dans la durée et s'appuie sur le « fort potentiel de croissance » du groupe.

Toujours selon les termes du communiqué, Groupe Arnault et Colony affichent leur intention de « travailler en collaboration avec le groupe familial Halley et le management ». La famille Halley reste l'actionnaire de référence du groupe avec 13 % du capital et 20 % des droits de vote.

Dans ce contexte, la position de Luc Vandevelde, président du conseil de surveillance, déjà fragilisée depuis son éviction de la présidence de la holding familiale des Halley, était devenue intenable. Il a annoncé sa démission du conseil de surveillance du groupe où il a été remplacé sine die par Robert Halley, représentant du groupe familial Halley. 

Nos articles récents sur Carrefour  
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter