Carrefour affirme n’avoir pas « d’intention hostile » à l’encontre de Casino

|

Pas un jour sans son communiqué à propos de l’affaire brésilienne, avec un grand A. Assurément le feuilleton de l’été (et peut-être plus). Alors qu’hier Casino réaffirmait le caractère « hostile » de l’opération menée par Carrefour avec CBD, Carrefour, aujourd’hui, reprend le même mot pour affirmer que non, il n’a rien contre Casino. Voilà pour les amabilités. Reste que le souci d’apaisement apparaît très mesuré, puisque Carrefour ajoute que, à sa connaissance, dans les accords publics liant Casino et le groupe Diniz à propos de CBD, rien n’interdit des discussions ou des négociations. En clair, « business is business » et que le meilleur gagne… Comme d’habitude désormais, la réponse de Casino intervient quelques heures plus tard, par communiqué. Le groupe stéphanois confirme et signe : « Le caractère hostile de l’attitude de Carrefour est établi », indique-t-il. Si cela n’avait pas été le cas, explique Casino, Carrefour « aurait à l’évidence informé de son projet Casino, en sa qualité de premier actionnaire de CBD exerçant le co-contrôle de cette société. »
Par ailleurs, toujours dans le cadre de cette guerre franco-française au Brésil, on apprend aujourd’hui que Carrefour devrait maintenant faire l’objet d’une enquête auprès de l’AMF (Autorité des marchés financiers). En effet, Deminor, cabinet de conseil aux actionnaires, reproche à Carrefour ne pas avoir « informé le marché de l’existence de discussions avancées avec le groupe Diniz » lors de l’assemblée générale des actionnaires, le 21 juin, où, pourtant, la question avait été posée. Lars Olofsson, encore directeur général de Carrefour –il est depuis devenu Pdg – avait répondu ne pas vouloir commenté les rumeurs. Or, moins d’une semaine plus tard, un communiqué du groupe validait la proposition de partenariat. « Compte tenu de la complexité de l’opération et du nombre de parties concernées, il serait illusoire d’essayer de faire croire aux actionnaires minoritaires de Carrefour que les discussions n’étaient pas très avancées le 21 juin », s’étonne Deminor.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres