Carrefour : assemblée générale houleuse, vote sage

|

Lors de l'assemblée générale de Carrefour, ce 30 avril, les actionnaires ont mis en cause la gouvernance du groupe, mais toutes les résolutions ont été adoptées. Blue Capital est désormais représenté au Conseil de surveillance.

3004_AGCarrefour_s

« C'était ma fête, hein ? » : voilà les derniers mots prononcés au micro, à son insu, par Robert Halley, président du Conseil de surveillance de Carrefour, alors que se clôturait l'assemblée générale du groupe. Les actionnaires réunis au Carrousel du Louvre à Paris n'ont pas manqué de poser des questions sur la gouvernance, demandant tour à tour des explications sur les départs successifs de Daniel Bernard, puis de Luc Van de Velde, dénonçant le manque de transparence de la famille Halley, puis interpellant sur l'arrivée de Blue Capital au Conseil de surveillance, avant d'interroger sur la valeur de l'immobilier.

Les représentants des salariés actionnaires ont également fait part de leurs inquiétudes sur une éventuelle cession de l'immobilier. Mais au final, l'ensemble des résolutions soumises aux actionnaires ont été votées, l'approbation des comptes à plus de 95 %, le versement du dividende à plus de 99 %, mais également la nomination des membres du Conseil de surveillance : le renouvellement de Robert Halley a été voté à 82 %, l'arrivée de Jean-Martin Folz (ex-Peugeot) a été adoptée à 91 %, celle de Sébastien Bazin (Colony, Blue Capital), à 89,2 % et celle de Nicolas Bazire, directeur général de Groupe Arnault (Blue Capital) à 89,9 %, et enfin celle de Pierre-Jean Brenugeat (Halley Participations) à 89,1 %. Robert Halley a rappelé que Nicolas Bazire et Sébastien Bazin s'étaient « engagés à soutenir la stratégie du directoire en vigueur depuis deux ans».
Sylvain Aubril
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter