Carrefour condamne l’affichage du "mur des voleurs" par un franchisé Carrefour City de Paris

|

Un franchisé Carrefour City a pris la très douteuse initiative d’installer un "mur des voleurs" dans son magasin de la rue de Vaugirard à Paris. Avec à la clé des photos de clients reconnaissables, saisies par vidéosurveillance. Et la précision de leurs vols présumés ! Un procédé d’accusation publique totalement illégal. Que le siège de Carrefour a aussitôt condamné. En exigeant le retrait du navrant panneau inspiré des antiques "mise au pilori" en place publique.

Le placard original affiché dans le magasin Carrefour City de la rue de Vaugirard à Paris montrait le visage tout à fait reconnaissable d’une quinzaine de présumés voleurs. En précisant la nature des méfaits dont ils étaient accusés. Ces visages ont été ‘‘floutés’’ dans la vidéo du Parisien, dont est extraite cette photo. Carrefour a exigé le retrait de ce « mur des voleurs » en se désolidarisant totalement de l’initiative de son franchisé
Le placard original affiché dans le magasin Carrefour City de la rue de Vaugirard à Paris montrait le visage tout à fait reconnaissable d’une quinzaine de présumés voleurs. En précisant la nature des méfaits dont ils étaient accusés. Ces visages ont été ‘‘floutés’’ dans la vidéo du Parisien, dont est extraite cette photo. Carrefour a exigé le retrait de ce « mur des voleurs » en se désolidarisant totalement de l’initiative de son franchisé© Capture d'écran de la vidéo le Parisien

La rédaction vous conseille

Opportunité de création d’entreprise

En partenariat avec Toute la franchise


CARREFOUR PROXIMITE

CARREFOUR PROXIMITE

7 500 € d’apport personnel

demande de documentation

Les radios et plusieurs journaux, dont le Parisien, en ont parlé sous le vocable de "mur des voleurs" ce lundi 2 mars 2015. La direction du Carrefour City de la rue de Vaugirard, dans le 15e arrondissement de Paris, a pris l’initiative d’installer une sorte de "trombinoscope" des présumés voleurs de ce magasin ! Soit l’affichage d’une quinzaine de photos de clients suspectés, saisies par vidéosurveillance. Et parfaitement reconnaissables. Avec en prime une courte information sur l’objet des délits. Par exemple "Vol déo + chocolat tablette 2014", "vol chapon 2013", "vol foie gras", ou encore "bières" ou "lait infantile".
D’après les déclarations d’un employé et d’un habitué des lieux, cette "mise au pilori" d’inspiration médiévale était pratiquée depuis au moins deux ans. Dans un premier temps, sous une forme moins "élaborée" avec des affichages dispersés dans le point de vente.

Retrait du panneau exigé par l’enseigne

La création récente du "mur des voleurs" a d’abord fait réagir certains clients. Sur l’exploitation d’images de personnes sans leur consentement (on s’en doute). Et surtout sur l’illégalité d’une telle mise en accusation publique, en plus de sa totale subjectivité. Mais d’autres chalands ont estimé que la récidive des vols pouvait être une "circonstance atténuante" pour la direction excédée. Joint par LSA, le service communication de Carrefour a réitéré sa totale réprobation déjà exprimée sur d’autres médias. "Il s’agit de l’initiative d’un franchisé que nous condamnons. Nous avons exigé le retrait immédiat du panneau".

Vidéo du journal le Parisien sur le "mur des voleurs" et réactions de la clientèle


Les photos de voleurs présumés affichées dans... par leparisien

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message