Carrefour et Leclerc dans le viseur de l'UFC-Que-Choisir pour les prospectus

|

L’association de consommateurs tenait une conférence de presse ce matin pour dénoncer l’augmentation des imprimés sans adresse dans les boites aux lettres, ciblant Carrefour et Leclerc comme principaux émetteurs. Ce qui paraît cependant logique compte tenu de la part de marché des deux enseignes.

Le président d'UFC-Que Choisir, Alain Bazot, en lutte contre les imprimés sans adresse
Le président d'UFC-Que Choisir, Alain Bazot, en lutte contre les imprimés sans adresse© dr

La distribution pression des imprimés non adressés s’est fortement accrue : leur poids moyen sur un mois est passé de 2 kg par ménage en 2004   à 2,7 Kg en 2014, soit une augmentation considérée par UFC-Que Choisir comme « colossale » de 35 % en 10 ans, qui ajoute que sur le seul mois d’avril dernier « 1,8 milliard de prospectus représentant 69 200 tonnes ont été reçus par les ménages français. L’association de consommateurs souhaiterait que l’Etat relance l’opération « Stop Pub », née il y a dix ans, qui consiste à apposer un autocollant sur la boîte à lettres. Seulement 9 % des Français y ont recours. Rien n’indique la pourcentage de la population qui refuserait les prospectus, comparé à celle qui se jette sur les catalogues pour comparer les prix ou profiter des promotions.

Intermarché et Casino "raisonnables"

Que Choisir dénonce aussi le groupe Carrefour et Leclerc comme « principaux pollueurs publicitaires ». Les enseignes de la grande distribution, du bricolage/jardinage et de l’ameublement  cumuleraient à eux trois 69 % des publicités distribuées, dont 36 % pour la seule grande distribution. "Mais les pratiques ne sont pas uniformes, sur notre échantillon, les enseignes des groupes Carrefour, Leclerc et Système U sont au sommet de la montagne de déchets, en ayant distribué sur le seul mois d’avril respectivement 9,2, 6,1 et 5,9 prospectus dans chaque boîte située dans la zone de chalandise de l’un de leurs magasins. A l’inverse, Intermarché (4,3 prospectus par boîte) et surtout Casino (3,7) sont plus raisonnables ».

En réalité, les chiffres indiqués ne sont pas sans lien avec la part de marché et le nombre de magasins des deux enseignes pointées du doigt. Mais une évidence s’impose : alors que Leclerc a réussi la transition du sac plastique jetable vers le sac durable, la transition du prospectus du papier vers le numérique, déjà annoncée, ne semble pas avoir débuté. Or, la lutte contre les sacs plastique avait valu à Leclerc d’être considérée comme une enseigne en pointe dans la défense de l’environnement, et s’est ensuite imposée à toutes les enseignes.

 

 

2 commentaires

Adrexo

02/07/2014 17h39 - Adrexo

Balmétrie, la mesure d'audience de l'Imprimé Publicitaire, montre qu'il existe bien un réel intérêt pour les « prospectus » distribués en boîte aux lettres. En effet, 77% des Français, soit 39,5 millions d’individus, lisent en moyenne au moins un imprimé publicitaire par semaine, et le nombre moyen lu par semaine s'élève à 7,4. Pour plus d'infos, le communiqué de presse BALmétrie du 27 Juin 2014 est disponible sur http://goo.gl/y0wfhO

De plus, les enjeux sociaux que représente l’imprimé publicitaire sont très importants en termes d’emplois (explique l'association Culture Papier dans une lettre ouverte) : près de 500 000 sont concernés, dont l’immense majorité présents sur l’ensemble du territoire et non-délocalisables. Plus d'infos sur http://www.culture-papier.com/

Enfin, comme la plupart des professionnels du secteur, Adrexo a souhaité répondre à cette enquête par la voix de son Directeur Général Adjoint, Matthias BAULAND, dans une tribune publiée ce Mercredi 2 Juillet sur le site Huffington Post : « Imprimés publicitaires : relançons le débat ! » A lire et à partager sur http://goo.gl/GmM1cn

Bonne journée.
Cordialement.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Alain Astouric

24/06/2014 17h13 - Alain Astouric

Dans le même ordre d'idée "La tyrannie du marketing" (livre, 160p.) : les conséquences du marketing et de la pub sur l'alimentation, les soins, l'environnement, la liberté des médias, le surendettement ... et même la capacité du marketing à décrédibiliser la politique. En vente dans toutes les librairies http://astouric.icioula.org/

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations