Carrefour fait coup double en Égypte

Partenaire de l'enseigne française au Moyen-Orient, le groupe émirati Majid Al Futtaim ouvre deux centres commerciaux, au Caire et à Alexandrie.

En un peu plus d'un mois, Carrefour aura implanté 2 hypermarchés en Égypte, qui ne comptait aucun magasin de ce format. Après un premier magasin de 8 750 m2 ouvert au Caire le 17 décembre 2002, un deuxième hyper de 10 500 m2 doit être inauguré le 20 janvier à Alexandrie. Et une troisième création est prévue fin 2004 à Héliopolis, la banlieue chic du Caire.

Comme les 11 autres Carrefour déjà implantés au Moyen-Orient, ces deux hypers sont exploités sous licence par le groupe Majid Al Futtaim (MAF). Ce partenaire prend à sa charge l'investissement (environ 40 M EUR par magasin) et la gestion des magasins, sourcing compris, pour un référencement moyen de 55 000 produits (alimentaires et non alimentaires). MAF investit aussi dans les centres commerciaux.

Les risques sont donc limités pour Carrefour. Mais, comme le souligne un observateur local, l'aventure n'est pas sans danger. En dépit d'une classe moyenne émergente - entre 10 % et 20 % d'une population totale de 70 millions d'habitants - acquise aux standards de consommation occidentaux, le pouvoir d'achat reste faible et les barrages à l'importation dissuasifs. Sans parler des écueils politiques ou sociologi-ques. Sainsbury l'a appris à ses dépens. Son expérience en Égypte, via une participation dans la chaîne de supermarchés Edges, n'aura duré qu'une année et lui aurait coûté 200 M EUR. Le groupe bri- tannique incrimine les petits commerçants et un boycott des milieux politico-religieux et médiatiques...
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1796

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous