Carrefour fait plancher ses clients pour trouver des idées

|

Dossier L’enseigne lance un site "Si j’étais Carrefour..." pour recueillir les bonnes idées des clients en matière de services et d’offres.

Carrefour boîte à idées

La distribution se convertit au crowdsourcing (externalisation ouverte en français ou la méthode qui consiste à mettre à contribution les clients pour développer de nouveaux projets). Après Auchan qui en partenariat avec la start-up Quirky a lancé un programme auprès de ses clients pour faire émerger de nouvelles idées de produits, Carrefour veut lui les faire plancher les consommateurs pour développer de nouveaux services. 

250 idées déjà dans la boîte

Baptisé "Si j’étais Carrefour...", le site lancé par l’enseigne offre la possibilité aux clients de proposer des idées pour améliorer le service, l’offre, la fidélité afin, explique le site, "d’imaginer ensemble les courses de demain". Carrefour a ainsi créé cinq rubriques: "bien manger", "enfants", "fidélité", "environnement", "courses" pour que les internautes fassent leurs propositions. L’ergonomie du site est plutôt bien faite: une fois inscrit, on va dans la rubrique correspondante, on tape un titre pour son idée, on la détaille en 1.000 signes maximum et on peut éventuellement joindre une photo. Pour l’heure, le site assure que 250 idées ont déjà été postées (il est probable qu’une bonne partie aient été rédigées en interne pour montrer l’exemple et "amorcer la pompe"), parmi lesquelles: "Je composerais un panier garni avec les 5 fruits et légumes par jour", "J’organiserais des soirées restes", "Je proposerais des allées numérotées pour retrouver facilement les produits", "Je créerais un service drive pour les piétons", "Je donnerais des bons de réductions aux consommateurs qui rapportent les emballages Carrefour"... 

Pas de récompense...

Une fois postée, l’idée est soumise au votes des internautes. Pour les mieux notées d’entre elles, Carrefour s’engage à étudier la faisabilité et tient l’auteur au courant en cas de refus en motivant sa réponse. En revanche -et c’est là le point faible de cette opération- si le projet est retenu l’auteur de l’idée n’aura pas de récompense particulière. "Vous aurez la reconnaissance de toute la communauté et le plaisir de voir votre dispositif en place chez Carrefour", précise l’enseigne sur son site. Peut-être un peu court pour déchainer les foules. Une motivation soit sonnante et trébuchante soit sous forme de bon d’achat aurait peut-être susciter un plus grand engouement.

2 commentaires

édition spéciale

03/09/2013 13h00 - édition spéciale

Crowdsourcing! A la maternelle déjà on appelait ça la boîte à idées, un truc très ancien de participation.

Dommage que Carrefour lance une opération à priori collaborative, pour améliorer ses offres de services et de produits, sans se soucier de l'image manipulatrice qu'une telle mécanique induit. Lao Tseu a laissé la place au grand timonier! Pourquoi ne pas avoir été jusqu'au bout de la belle histoire que génère la création d idées en ouvrant un vrai concours. On aurait apprécié que la bonne idée soit récompensée, avec une mécanique consistant à accompagner l'équipe Carrefour pour sa concrétisation, dans une dynamique de réalité jusqu'à la mise en place -beaux sujets pour le site de l'enseigne et le mag en plus!_et présence le jour du lancement. Et une pluie de bons d achats (Carrefour) récompensant ces belles idées. Stimulant et équitable. Vous vous adressez à des adultes intelligents. Quelle est l agence qui a oublié ces deux critères? Mr Plassat, veillez sur ces "détails", ne laissez pas les cadors de la com galvaudé l'énergie que vous êtes en train d'insuffler.
« Plus le sage donne aux autres, plus il possède. »
de Lao-Tseu

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

bonob0h

02/09/2013 15h41 - bonob0h

Ah le crowdsourcing ... le meilleur moyen d'innover sans bourse délier au seuls profit des actionnaires !

Mais attention à force de tirer sur la corde les premières sanctions d'autant plus pénales vont finir par elles aussi se déclencher !

Et oui tout le monde oublie qu'une entreprise ne peux faire travailler quiconque sans rémunération qui plus est non déclarée !

Tous les acteurs de l'entreprise et ceux extérieurs qui en font publicité pourraient rapidement se retrouver avec l'inspection du travail sur le dos sans compter des procureurs et juges d'instructions !

Motif : Travail dissimulé ! Et ça peut couter très cher !
http://travail-emploi.gouv.fr/informations-pratiques,89/les-fiches-pratiques-du-droit-du,91/embauche,108/les-sanctions-liees-au-travail,656.html#sommaire_1

En ces temps de licenciements, de maigres recrutements, il ne serait pas étonnant que les politiques en profite pour monter au créneaux sur les égarements des entreprises qui font usage des mêmes méthodes que les secte :
>>>> soyez de notre communauté ...
sous entendus sinon vous n'êtes rien ...

Une des méthodes de l'esclavage moderne !

Nul besoin de retirer un passeport et enfermer dans un appartement !

Les méthodes psychologiques sont tout aussi forte à entrainer les plus faibles dans un auto enfermement de peur de ne plus faire partie de la "communauté" !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message