Carrefour Hypermarchés : deux syndicats signent les négos salariales

|

Les négociations salariales dans les hypers Carrefour se sont terminées par un accord paraphé le 23 février 2015. La CFDT et la CGT n'ont pas signé. Explications.

+0,5%, c'est l'augmentation générale de tous les salaires pour le 1er janvier 2015.
+0,5%, c'est l'augmentation générale de tous les salaires pour le 1er janvier 2015.

60 000 salariés, plus de 200 magasins, la branche hypermarchés pèse lourd chez Carrefour. C’est dire si les négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires sont attendues et ressemblent à un signal dans le secteur. Cette année donc, deux syndicats sur quatre, F.O et la CGC, ont accepté de signer l’accord. C’est peu et important à la fois, F.O étant le syndicat majoritaire chez Carrefour.

Mais la CFDT et la CGT ont refusé. En cause, la prime de vacances (un-demi mois de salaire) et le 13ème mois qui seront désormais attribués aux salariés présents depuis plus d’un an dans l’entreprise, contre trois mois auparavant. "Cela va pénaliser les plus précaires, explique Serge Corfa, délégué central de la CFDT. Or, Carrefour favorise l’embauche de contrats pro qui n’ont que le Smic  et qui vont perdre un mois de salaire". Et de conclure : "Comment accepter cela alors que, dans le même temps, 22 millions de primes ont été accordés à 4000 cadres ?".

Pour le reste, une augmentation générale de 0,5% a été accordée, les titres restaurant seront revalorisés de 20 centimes d’euros et une nouvelle qualification a été créée, celle d’assistant commercial. Ce nouvel échelon, qui concernera 1500 personnes d’ici fin 2016, correspond à des emplois polyvalents sur deux postes de travail. La rémunération sera de 1611,65 euros bruts mensuels, soit 57,33 euros de plus que le niveau IIB. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message