Marchés

Carrefour installe les produits consignés Loop dans quelques magasins [En images]

|

Un an et demi après le lancement de l’initiative Loop en France (système de consigne de contenants réutilisables pour des produits de grandes marques), Carrefour propose ces produits dans 2 magasins, et bientôt 10, avec un corner dédié et des bornes de collecte. L'objectif est de participer à la réduction des emballages à usage unique.

Une trentaine de références sont disponibles dans 2 magasins, et 10 d'ici la fin de l'année. Chaque produit est dans un emballage réutilisable, dont le montant de la consigne est inclus dans le prix de vente.
Une trentaine de références sont disponibles dans 2 magasins, et 10 d'ici la fin de l'année. Chaque produit est dans un emballage réutilisable, dont le montant de la consigne est inclus dans le prix de vente.© Morgan Leclerc

Le magasin Carrefour City de Beaupassage, dans le centre de Paris, a reçu hier la visite de Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Elle venait soutenir l’initiative développée par Carrefour et la start-up Loop, via leur projet d’économie circulaire qui repose sur la vente de produits de grandes marques dans les emballages consignés et réutilisables, pour limiter l’usage des emballages à usage unique. Les produits concernés (boissons, produits frais, épicerie) peuvent être achetés depuis un an et demi en ligne, mais la nouveauté  -on peut même parler de première mondiale- est que ces références sont désormais proposées en magasin, dans ce City du 7ème arrondissement ainsi que dans le Carrefour Express Michel Bizot, dans le 12ème arrondissement.

Concrètement, le prix de vente de chaque produit (une trentaine de références disponibles en magasin) inclue le montant de la consigne, qui s'échelonne de 10 centimes sur une bouteille de Fanta en verre jusqu’à 4 euros sur une boîte de Chocapic durable en métal. Celle ci est remboursée après remise des emballages dans une borne de récupération située dans le magasin. Comment ? Le client doit être préalablement inscrit auprès de ce service. Il scanne un QR code disponible sur le sac de retour des contenants (ou sur un autocollant distribué par la borne), et il est remboursé dans les 7 jours sur son application. Le dispositif sera  déployé dans dix points de vente d’ici la fin de l’année, incluant des magasins City, au moins un Market, et un Carrefour Contact selon nos informations. "En fonction des enseignements de ce projet pilote, cette initiative sera déployée plus largement en 2021" précise le distributeur.

21 grandes marques partenaires à ce jour en France

Loop repose sur une organisation logistique, car la start-up collecte les contenants durables, les nettoie, et les expédie chez les industriels partenaires pour qu’ils les remplissent de nouveau. La boucle (Loop en anglais) est bouclée. A ce jour, 21 marques partenaires sont engagées à date dans le projet Loop par Carrefour : Nivea Men (Beiersdorf), BRÂAM, Coca-Cola, Fanta, Sprite et Fuze Tea (Coca-Cola European Partners), Danone, Evian et Badoit (Danone), Nutella (Ferrero), La Petite Fabrique Provençale (Biscuiterie de Provence), Puget et Lesieur (Lesieur), Chocapic, Nesquik, Ricoré, Vittel et San Pellegrino (Nestlé), Tropicana (PepsiCo),  Herbal Essences (Procter & Gamble), Maison Verte (Swania). Loop travaille en exclusivité avec Carrefour en France jusqu’à la mi 2021, et pourrait pourquoi pas étendre son périmètre de collaboration avec d’autres distributeurs dans le pays, l’objectif étant bien évidemment de massifier la démarche, pour améliorer le réemploi des emballages, et donc limiter la consommation de plastiques et d’autres matériaux. Loop travaille aussi en Grande Bretagne (avec Tesco), aux Etats-Unis (Kroger et Walgreens), en Australie et au Japon.

En France, on estime à 70 kilos le poids des déchets plastiques générés tous les ans par chaque personne, dont la moitié est représentée par des emballages. Et des évolutions législatives ont été décidées pour imposer une réduction de ces tonnages. Ainsi, le décret 3R fixe une réduction de 20 % des emballages plastique à usage unique d'ici fin 2025, dont au moins la moitié de la réduction devra être obtenue par recours au réemploi et à la réutilisation. Reste à mesurer l’impact d’une proposition comme Loop, le coût de la consigne (un système abandonné en France depuis longtemps) et l’obligation de ramener ses contenants dans un magasin équipé d’un point de retour pouvant dissuader ou rebuter certains consommateurs.

La démarche Loop en magasin en images :



 

La borne de récupération des emballages réutilisables :

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter