Carrefour: Lars Olofsson désormais éligible à sa retraite-chapeau

|

Cette échéance alimente depuis de nombreuses semaines les rumeurs du départ du PDG de Carrefour.

Lars Olofsson
Lars Olofsson© BERNARD MARTINEZ

Le PDG de Carrefour, Lars Olofsson, a atteint ce week-end ses trois ans d'ancienneté chez le numéro deux mondial de la distribution, une condition nécessaire pour bénéficier, en cas de départ, de sa retraite-chapeau.Cette enveloppe de 500 000 euros par an avait permis de débaucher l'ancien haut dirigeant de Nestlé, appelé à la rescousse pour relancer Carrefour après le limogeage de José Luis Duran, évincé fin 2008.

De quoi alimenter les rumeurs de lâchage de Lars Olofsson par les actionnaires, à condition de trouver un successeur qui non seulement ait le bon profil, mais qui accepte cette mission sous haute pression. Mi-octobre, Carrefour en était à son cinquième avertissement sur résultat en l'espace d'un an, tandis que l'action a fondu en Bourse.

1 commentaire

grcech

03/01/2012 17h56 - grcech

Je sais que les accords salariaux doivent être respectés. Mais quand même, cet homme a achevé de couler le navire Carrefour qui était un fleuron de la distribution mondiale. Il est vrai que l'entreprise de démolition date de la fusion ratée avec Continent. Daniel Bernard avait déjà à cette époque privilégié ses intérêts personnels à ceux de Carrefour. Ecole largement suivie par ses successeurs excepté sans doute Jose Luis Duran certainement plus honnète (naîf?).Les dirigeants successifs se sont largement servis sur la bête -salaires exhorbitants, empilement et doublonnage des postes, incohérence des recrutements, evictions des professionnels, politique d'expansion incompréhensible etc etc-. Aujourd'hui, il n'existe plus un professionnel du commerce dans cette entreprise.Des jeunes gens sont payés pour chasser la prime de référencement et les ristournes de toutes sortes mais ne pensent pas du tout client. La marge se fait en amont (héritage Continent) et non en aval avec le client(culture Carrefour passée à la trappe en 2000/2005). Pour revenir à notre pauvre et incompétent Lars après avoir bien servi ses actionnaires -floués au départ pour avoir acheté une coqille presque vide sans le savoir et qui l'ont totalement achevé- et après avoir si lamentablement méprisé ses "collaborateurs", il va pouvoir partir en retraite a 500KE par an au frais des salariés. 5 profit-warnings en 1 an sans être viré. Rappelons qu'il a pris 9millions d'euro en 2009 et qqu'il s'est fait embauché avec une ancienneté de 13 ans dès le premier jour. Aux USA il n'aurait pas tenu 1 an. C'est lamentable

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter