Carrefour ouvre deux hypermarchés innovants

© Lionel Barbe/ Carrefour

Ce matin, à 8h30, les deux premiers magasins Carrefour Planet ont ouvert à Ecully et Vénissieux, dans la banlieue de Lyon. Cette nouvelle enseigne se veut l’aboutissement du travail de « réinvention » de l’hypermarché dans un groupe où ce format en difficulté représente plus de la moitié des ventes. « Ces deux magasins pilotes s’inscrivent dans l’un des projets phares du plan de transformation de Carrefour », a indiqué Lars Olofsson, directeur général du groupe, la veille de l’inauguration.

L'innovation chez Carrefour

Le principe général du nouveau concept est de scinder la « planète » Carrefour en 9 pôles produits censés se placer au niveau d’excellence des spécialistes de chaque secteur. Dans certains rayons, l’inspiration puisée dans les grandes enseignes saute aux yeux. Picard dans le surgelé (circuit court quasi fermé avec un encaissement dédié), Sephora pour la beauté (bornes interactives, testeurs, vendeurs conseillers) et Grand Frais pour les deux très spectaculaires zones marché. Un espace qui accorde une large place aux produits régionaux ou à la vente à la coupe, par exemple.

Autre secteur prioritaire et porteur sur lequel Carrefour se positionne, le bébé. Toute l’offre enfant est réunie dans un même espace animé par des conseillères puériculture et nutrition. Rupture importante aussi au rayon loisir multimédia où l’appui de marques fortes (Apple, Samsung, HP, Sony, Panasonic et LG) est censé relancer cette activité qui serait dans le rouge depuis plusieurs années dans les hypermarchés.
Le plus spectaculaire est sans conteste l’aménagement de l’allée pénétrante devenu un vaste espace réservé aux opérations commerciales saisonnières, mais aussi une vingtaine d’événements sur lesquels Carrefour compte pour animer et changer régulièrement son front de vente.
Ce tronc commun cache néanmoins des différences importantes entre les deux magasins en raison des contraintes de site mais aussi de clientèle. Ecully semble avoir poussé à l’extrême la logique de transformation avec une zone événementielle circulaire, un espace beauté proche de l’univers des grands magasins et de nouveaux services, notamment un « culture bar » qui regroupe une offre de billetterie, de téléchargement et même de gravage de logiciel.

Vénissieux, un peu plus proche d’un hypermarché classique par son architecture et son implantation, nous a semblé un pilote plus abouti. On y trouve une zone « femme » très cohérente qui regroupe les pôles mode, bébé et beauté. Il y a aussi une mini-boutique Virgin avec livres, CD et DVD, qui est très réussie malgré une diminution de surface de 30 % par rapport à l’espace culture antérieur. On trouve enfin une zone marché plus réduite et compacte qu’à Ecully, qui parait plus marchande.
Sans indiquer de calendrier précis, les dirigeants du groupe, Lars Olofsson, James McCann (Carrefour France) et Guillaume Vicaire (patron des hypers), n’ont pas caché qu’ils comptaient déployer assez rapidement, sans doute au début de l’année prochaine, ce nouveau concept. LSA vous fera découvrir dans sa prochaine édition l’intégralité des innovations déployées dans ces magasins.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter