Carrefour plonge dans le virtuel

|

Dossier CATÉGORIE m-commerce Des «cubes» Carrefour, avec 300 produits à scanner via un smartphone ou une tablette, ont été installés, en octobre, à Lyon puis à Paris. L’occasion de prendre pied sur le marché naissant du m-commerce.

Avec Casino, cela s’est joué à trois petites semaines. Et malheur aux seconds, c’est bien connu. Si le modèle de magasin virtuel proposé par Casino est plus complet que celui de Carrefour, à jamais il restera devancé par celui de son concurrent. Ce qui ne veut pas dire, d’ailleurs, que le seul mérite de Carrefour est d’avoir dégainé en premier. Son «cube», proposé à Lyon, puis à Paris, en octobre 2012, a le mérite d’être novateur. Certes, il s’inspire très largement des exemples de Tesco, en Corée du Sud, puis de Delhaize, en Belgique, mais il est pionnier, pour la France.

4% à 5% des commandes sur Ooshop sont aujourd’hui déjà faites via des smartphones ou des tablettes.

Bruno Lebon, directeur du e-commerce alimentaire chez Carrefour France

Le commerce de demain…

Le principe ? Un « cube » de 3 mètres de côté, avec 300 produits à scanner via un smartphone ou une tablette. Enfin scanner les codes-barres plutôt. Le doux bruit de la reconnaissance, par l’appareil, dudit codebarres, et voilà la référence qui s’ajoute dans le panier. Au préalable, il aura fallu télécharger, l’application Mes courses Carrefour sur l’AppStore ou sur Android, mais c’est gratuit (encore heureux) et cela simplifie la manière de faire ses courses. Le e-commerce alimentaire? On connaissait. « Une réalité, déjà, avec, chez nous, plus de 600000 clients sur nos sites Carrefour Drive et Ooshop [service de livraison de Carrefour, NDLR]», explique Bruno Lebon, le directeur e-commerce alimentaire de Carrefour France.

 

… forcément mobile

Mais le e-commerce sur mobile –le m-commerce–? Plutôt nouveau. Encore que : « 4% à 5% des commandes sur Ooshop sont déjà faites via des smartphones ou des tablettes », révèle Bruno Lebon. Loin d’être négligeable, donc. Et de quoi comprendre pourquoi Carrefour, puis Casino, se décident à lancer leur magasin virtuel : le commerce de demain sera mobile... Sur mobiles et tablettes, plutôt, tant ces dernières, avec leurs écrans plus grands, viennent renforcer l’attractivité du modèle. D’accord, diront les sceptiques, mais l’on n’en est pas encore à voir des tablettes partout… Pas faux. Mais cela viendra. Selon le cabinet Gartner, leur vente sera multipliée par cinq d’ici à 2015, pour atteindre les 7 millions d’exemplaires dans l’année. Quant aux smartphones, on arrive à un marché de renouvellement, avec 20 millions d’unités attendues en 2015, contre 12 millions en 2011. C’est dire si prendre le pari du développement de ces courses paraît tout sauf stupide.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message