Marchés

Carrefour prend la parole sur les OGM

|

Le distributeur prend une longueur d’avance sur un sujet sensible. Il va apposer la mention «garanti sans OGM» sur 347 produits.

Mardi 26 octobre, les chefs des rayons boucherie, poissonnerie et oeufs de Carrefour ont accompli une tâche de plus : poser sur 347 références un autocollant ou un « pique-prix » mentionnant : « Nourri sans OGM, garanti à 99,1 % ». « Nous sommes le seul distributeur français à donner ce genre d'information », assure Sandrine Mercier, directrice du développement durable de Carrefour France.

 

Une information attendue

Si Bruxelles interdit d'apposer cette mention, les organisations nationales y sont favorables - c'est le cas en France du Conseil national de la consommation et du Haut Conseil des biotechnologies. Mais aussi des consommateurs : « 96 % veulent savoir si la viande provient d'un animal nourri aux OGM », certifie Sandrine Mercier. Avec cette initiative, le distributeur prend une longueur d'avance sur ses concurrents, et valorise un travail engagé depuis 1996. En 2000, Carrefour décide de monter une filière d'importation de soja brésilien tracé et garanti sans OGM, qui permet de nourrir les animaux dont les viandes sont labellisées Engagement Qualité Carrefour. « Aujourd'hui, les opérateurs ont repris le contrôle de cette filière, explique Hervé Gomichon, directeur qualité du groupe. Mais nous continuons à les auditer. Cette filière d'alimentation animale sans OGM a un coût [plus 8 %, NDLR], que nous absorbons en majorité. Au final, l'impact sur le prix de vente reste faible (+ 2 %). »

Las, à ce jour, tous les produits ne peuvent être garantis. Le porc, le veau et la volaille de la marque Engagement Qualité Carrefour le sont, ainsi que les poissons d'élevage et les oeufs signés Carrefour. Mais pas le boeuf. « La durée de l'élevage est longue, plus de huit ans pour une vache de réforme. Il est difficile et coûteux d'auditer sur le long terme. Et puis, la filière bovine est très éclatée avec, en moyenne, une trentaine de bovins par élevage. » Pour autant, Carrefour a bien l'intention d'apposer ses autocollants sur d'autres produits dans l'avenir.

Reste que le distributeur prend un risque : les clients pourraient comprendre que les produits ne comportant pas la mention proviennent d'animaux nourris avec des OGM, alors que cela n'est pas toujours le cas. Mais difficile de certifier sans une traçabilité pointue : en fin de chaîne, aucune analyse ne permet de distinguer un steak « nourri sans OGM » d'un autre.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter