Carrefour rassure les amateurs de boeuf

Gabriel Binetti, directeur des produits frais de Carrefour, se réjouit : « 91% de nos clients ont " tout à fait " ou " plutôt " confiance dans la viande de boeuf que nous vendons. » C'est le principal enseignement d'une enquête réalisée avec le Crédoc auprès de 869 clients de dix magasins de Paris et de province.

Onze mois après le début de la crise de la « vache folle », le niveau d'inquiétude des clients de l'enseigne paraît relativement modéré : 58% d'entre eux se disent « pas du tout » ou « peu » inquiets à l'égard de la viande bovine. Pourtant, en 1996, Carrefour a enregistré une baisse de 11% de ses volumes de boeuf. Un client sur trois a, en effet, changé ses habitudes : 6% des personnes interrogées ont cessé d'acheter du boeuf ; sur les 94% restants, 25% ont modifié leurs achats, soit en consommant moins, soit en s'intéressant davantage à l'origine de l'animal, soit en n'achetant que de la viande garantie par un label.

Carrefour a mieux vécu l'affaire de la « vache folle » que d'autres enseignes, car elle fut la première à sentir que les consommateurs voudraient connaître l'origine d'un produit trop longtemps vendu sous son nom générique, « la viande ». « Désormais, les 117 magasins du groupe proposent du boeuf " tracé " et certifié », précise Gabriel Binetti. En notoriété assistée, le label Carrefour est déjà « connu » de 32,9% des interviewés et il « rassure » 69,6% de ces derniers.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1528

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres