Carrefour rationalise ses fonctions administratives

|

Le groupe enlève une grande partie des tâches administratives à ses magasins. D'autres projets émergent pour juguler les coûts de distribution et accentuer un recentrage sur le « commerce ».

Nom de code : « SAF », pour Simplification administrative France. C'est le nouveau chantier d'envergure au sein de Carrefour France. Touchant également Champion, il consiste à dématérialiser la facturation et à regrouper dans les centrales de Mondeville et d'Évry des tâ-ches administratives et comptables encore traitées au niveau de chaque magasin. Contrairement aux nombreux projets non moins ambitieux que le distributeur a eu vite fait d'enterrer dans le passé - on se souvient notamment des fonctions transversa-les -, la SAF est donc irréversible.

Un an pour reclasser

Un accord de méthode plutôt favorable aux salariés - il a d'ailleurs été signé par les principales organisations syndicales - fixe de réelles garanties quant au reclassement de plus de 1 000 personnes concernées. Trois postes seront notamment proposés aux employés administratifs qui pendant un an seront dispensés de travail le samedi. « Le problème, regrette néanmoins un délégué syndical, c'est que les reclassements sont proposés en magasins. Or, nombre des employés concernés sont depuis près de vingt ans dans les bureaux, et ne veulent pas retourner sur la surface de vente. » En septembre 2005, ceux qui n'auront pu être reclassés seront probablement licenciés.

SAF s'intègre dans une démarche de réduction drastique des coûts à tous les étages, dans un contexte qui reste difficile pour le groupe. Si les premiers chiffres de novembre 2004 laissent présager un chiffre d'affaires en progression par rapport à novembre 2003, les ventes sur l'ensemble de l'année accusent une baisse de 2 %. Quant aux baisses de prix, elles n'auraient pas permis de reconquérir des parts de marchés en 2004.

Seule embellie, la baisse des coûts de distribution (frais de personnel et frais généraux) de 5 % en 2004. Une réduction qui compense (presque) la perte de marge du premier semestre. La simplification administrative, en réduisant les structures non opérationnelles, devrait encore faire chuter ces coûts.

D'autres projets y concourent, comme Mercure (lire encadré), l'installation, courant 2005, du logiciel Pléiade pour optimiser le traitement des bulletins de salaire, ou encore le nouveau découpage géographique visant à alléger les techno-structures régionales.

Les caisses en priorité

Au-delà, Carrefour entend redonner du poids aux magasins et au commerce : mise en place d'un plan d'urgence pour accroître la performance des caisses, premiers tests de self-scanning à Meylan et à Coquelles, de self-check-out à Rennes, Alma et Montigny et de « queue boosting » à Toulon, à Auteuil et à Rosny en 2005.

Les syndicats s'inquiètent de l'avenir de CSIF (informatique), prévoient des fermetures des sites administratifs, à Rennes, à Aires-sur-la-Lys et à Lagnieu. Certains syndicalistes évoquent des plans sociaux rampants, d'autres déplorent « un climat social délétère ». 2005 s'annonce comme une année de tensions.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1887

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous