Carrefour résiste au premier semestre 2016 [Chiffres]

|

Carrefour souffre en Chine et en France, mais assure au Brésil et dans le reste de l'Europe. Doté de fondamentaux toujours solides, le groupe devient une "énorme plate-forme alimentaire, avec des produits sincères et de qualité", dixit Georges Plassat, son patron.

Georges Plassat aime faire le show,, ce qu'il a encore fait ce matin à la présentation des résultats semestriels de Carrefour.
Georges Plassat aime faire le show,, ce qu'il a encore fait ce matin à la présentation des résultats semestriels de Carrefour.© Ch. Lebedinsky/Carrefour

"Voilà un semestre relativement perturbé par des éléments exogènes à notre activité". Par cette première phrase, Georges Plassat, le patron de Carrefour, a livré son explication des résultats publiés ce matin. Par exogènes, il n'entend pas les attentats -le premier semestre était bouclé il est vrai le 30 juin-, mais, en vrac, "les inondations, le manque de carburant, les manifestations et...l'impact climatique". La météo, si capricieuse avec un hiver doux et un printemps pluvieux, expliquerait donc le ralentissement de l'activité en France. Avec des ventes à 17,1 milliards d'euros, en baisse de 2,3% (-0,5% en comparable), certains analystes y ont vu un recul des parts de marché, qui se traduit dans les chiffres publiés hier par Kantar. Carrefour perd en effet 70 points de base dans sa part de marché en France, "la douzième baisse consécutive dans le pays", souligne Morgan Stanley. Ce qui n'émeut pas le moins du monde Georges Plassat. "Cela fait quatre ans que je sens qu'on me souffle dans la roue, mais je ne vois pas le doublement.Les parts de marché sont mesurées par téléphone auprès de 10 000 personnes quand Carrefour compte 12 millions de clients". Voilà qui est dit.Pour le reste, le chantier entrepris dans les magasins Dia a inévitablement pesé sur l'activité. 412 magasins exactement ont été convertis à ce jour, dont 260 sur le seul premier semestre. A 312 millions d'euros, le résultat opérationnel courant déçoit, en baisse de 3%.

Merci l'Europe et le Brésil
Mais il n'y a pas que la France dans un groupe qui réalise la moitié de son chiffre d'affaires à l'étranger. "Notre stratégie est la bonne en Europe, s'est félicité Georges Plassat. Notre affaire a montré une bonne résilience". De fait, au global, l'activité, à 36,2 milliards d'euros,progresse de 2,2%, à taux de changes constants, soit la huitième hausse consécutive. Le résultat opérationnel courant augmente de 5,3%. Et en Europe donc, le retour à la croissance, entamé en 2015, se confirme avec une belle envolée de 2,2% à taux de changes constants et à périmètre comparable. Charles Desmartis, le patron de la filiale de Carrefour au Brésil depuis trois ans, ne pensait sûrement pas être félicité en direct par le big boss devant une assemblée d'analystes. "Voilà quelqu'un qui était au contrôle de gestion et qui devient un vrai patron de la distribution".Les résultats du Brésil ont de quoi faire pâlir la France avec un bond de 11,5% du chiffre d'affaires au premier semestre. L'Argentine ne démérite pas avec +22%. Au Brésil, les hypermarchés continuent d'être rénovés et la déclinaison digitale vient d'être lancée. 

La Chine, talon d'Achille de Carrefour
De l'autre côté du globe, les affaires vont moins bien pour le géant de la distribution. -5,4% de chiffre d'affaires à magasins comptables, un résultat opérationnel négatif à -7 millions d'euros : le chemin est ardu en Chine. Georges Plassat a bien sûr donné son explication. "Avec la France, c'est l'un des chantiers les plus lourds. Nous avons un réseau de magasins exceptionnel et nous essayons de faire bouger le modèle d'une part avec de nouveaux produits alimentaires, d'autre part avec un parcours client plus court". Et de prédire une relance en 2017. "La consommation n'est pas encore repartie en Chine, mais elle est devant nous. Notre activité va en profiter".

Le "gros éléphant de mer se transforme"
"Est-ce que le vieux a intégré le digital dans sa stratégie d'épicier ?". Par une pirouette, Georges Plassat (67 ans) a précisé que Carrefour faisait 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires sur la Toile. Dans son escarcelle : vins-privés.com, croquetteland (pour les animaux) et, depuis quatre jours, Greenweez, un site de produits bios. La diversification ne fait que commencer. "Carrefour va rester le leader de la distribution, une énorme plate-forme alimentaire avec des produits sincères, de qualité, orientés vers le bien-être". Par "sincères", on ne saura jamais ce que Georges Plassat a voulu dire.

Infographies

Les ventes en France en berne

 

Et difficiles en Asie

 

Des performances en Amérique latine

 

La moitié des investissements pour la France

 

1 commentaire

s.voute@gmail.com

28/07/2016 19h17 - s.voute@gmail.com

Vas-y Georges ...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres