Carrefour Vénissieux passe au « tout univers »

Entièrement rénové, le « vieux » Carrefour de Vénissieux est l'un des tout premiers à présenter ensemble les univers alimentaires et non alimentaires. Son leitmotiv : offrir du plaisir et faciliter la vie du client. Sans oublier de mettre l'accent sur les prix !

A son ouverture en 1966, il fut le premier hypermarché du monde à dépasser 10 000 m2. Tout un symbole. Le Carrefour de Vénissieux (Lyon) innove de nouveau puisqu'il est l'un des cinq magasins entièrement passés aux univers cette année. Sans agrandissement et sans fermeture, ses 15 000 m2 de surface de vente sont « une invitation à découvrir l'hyper du troisième millénaire », assure Christian Papillon, le directeur. Sa façade a d'ailleurs adopté un look particulièrement futuriste.

Deux ans de travaux (le textile a bougé huit fois), 300 millions de francs (45,73 EUR) investis et même une rue et une voie ferrée détournées : autant d'efforts qui, à terme, devraient se révéler payants. D'ici à deux ans, Christian Papillon espère atteindre 2 milliards de francs (300 M EUR) de chiffre d'affaires. L'objectif du magasin, classé 7e ou 8e de l'enseigne (entre 1,5 et 1,7 milliard de francs, 229 et 259 MEUR, de chiffre d'affaires), étant d'arriver dans les cinq premiers, « en progressant d'au moins 10 % en 2000 », souhaite le directeur, qui aurait en fait prévu 15 %.

L'habitué de l'hypermarché sera surpris, mais pas désorienté. Malgré les nouvelles implantations, le plan de masse des secteurs et les flux de circulation sont respectés : on est bien dans un hyper. L'allée pénétrante (6,5 m de large), la transversale (6 mètres) et les allées latérales restent les points de repère fondamentaux.

Pour les quatre univers non alimentaires, la disposition en croix du saisonnier et des sous-univers alentours est abandonnée : les clients s'y perdaient et le trafic était faible. « Nous avons opté pour un dispositif en canyon dans lequel les clients tournent et se repèrent mieux », explique Christian Papillon.

Les univers alimentaires (800 m2 de plus pour le frais) sont la réplique exacte du magasin fantôme d'Athis-Mons et le résultat de cinq ans de recherche. Les produits pondéreux (les eaux, la cave, les détergents) sont systématiquement implantés à l'entrée de l'alimentaire. Ensuite, la logique des placards propre à Carrefour et celle du réfrigérateur sont scrupuleusement respectées. Enfin, dans le frais, les consommateurs retrouvent leurs produits regroupés par métiers (fromages en libre-service et à la coupe face à face).

Mais l'enseigne ne s'est pas contentée de retravaillé le fond ; elle s'est également attelée à la forme. Ainsi, les éclairages, les décors et les ambiances, le design et la couleur des mobiliers sont autant de détails esthétiques qui apportent du plaisir au chaland.

Des macarons lumineux

Le balisage, en particulier, est une réussite, grâce notamment aux macarons lumineux délimitant les univers. D'aucuns trouvent leur look un peu épicerie fine. N'empêche qu'ils sont visibles et efficaces

Un magasin beau et soigné présente bien sûr le risque de véhiculer une image de luxe et de cherté, comme l'a fait ressortir l'enquête de Panel international (LSA n° 1655). Même si des hausses de tarifs sont possibles, tout semble mis en oeuvre pour gagner la confiance des consommateurs : « Nous sommes très vigilants, affirme Christian Papillon. Car, dès qu'il y a travaux, les gens s'imaginent qu'on augmente les prix. » Et de rappeler qu'il ne faut pas confondre l'image prix et les prix réels.

Pour la réouverture, le dépliant proposait une découverte du nouveau Carrefour, plan, photos, et arguments à l'appui. Trois étaient mis en exergue : « Plus pratique. Plus de confort. Plus de promotions. » Ces dernières, balisées en rouge et jaune comme dans le magasin, proliféraient dans les 44 pages classées par univers. Même les premiers prix s'affichaient dans un encart central. Carrefour veut prouver qu'il n'est pas tombé dans le piège et que ses univers font toujours bon ménage avec le discount.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1656

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous