Carrière Êtes-vous fait pour la franchise ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Avant de se lancer, mieux vaut tester sa motivation, sa capacité à supporter le risque et ne pas oublier que l'on fait partie d'un réseau, avec ses atouts et ses contraintes.

Ils seraient plus de 6 millions à rêver de créer leur entreprise en France. Pourtant, peu osent franchir le pas. Souvent par peur du risque. Or, la franchise peut être un bon moyen de se rassurer. « J'avais envie de créer mon entreprise, mais sans le parcours du combattant inhérent à un lancement en solo. La franchise, c'était un peu comme si, en voyage, je partais avec un tour-opérateur au lieu de prendre un vol sec », témoigne René Habas, franchisé La Mie câline à Pau. Mais tout le monde est-il fait pour la franchise ? « C'est la première question à se poser, avant même celles sur le financement, le contrat, la validité du réseau. Et c'est loin d'être le cas », reconnaît George Yana, directeur général de Troc de l'Île. Une question justifiée par les sommes en jeu et l'extrême variété des profils.

Identifier les obstacles

 

Cadres las d'être les maillons de multinationales dont ils ne perçoivent ni le sens ni l'évolution, « quinquas » sur la touche, jeunes loups aventureux... « On est loin des années où, en caricaturant à peine, le franchisé type était la femme de notable qui, une fois les enfants élevés, se voyait offrir une boutique comme alternative à l'amant ou à la dépression », plaisante un expert. Première question, le niveau de motivation. Celui qui permettra de dépasser des obstacles insoupçonnés.

Si l'appât du gain est le seul moteur, mieux vaut ne pas se lancer. Plus louable est l'envie de se réaliser, de construire quelque chose, comme Pierre L'hotellier, qui, à 28 ans, a plaqué une carrière prometteuse dans un grand groupe pour intégrer, à Toulouse, la franchise de restauration rapide Jack's Express : « Je voyais des gens éteints à 40 ou 50 ans, je n'avais pas envie de leur ressembler. »

La capacité à supporter le risque est un autre obstacle. « Si l'on adhère à un réseau, censé minimiser les risques et apporter une assistance, on reste créateur d'entreprise, avec les aléas que cela comporte », prévient Catherine Bonsch, master-franchisée pour la France de Fruits & Passion, qui insiste sur la nécessité d'un état d'esprit débarrassé des réflexes de salarié. Sans compter que certains réseaux ne tiennent pas leurs promesses en matière d'assistance.

À l'inverse, la franchise n'est pas faite non plus pour ceux qui veulent une totale indépendance. Car il ne s'agit pas simplement de payer des royalties pour avoir le droit d'exploiter une enseigne à sa guise. Seul au quotidien, le franchisé n'en est pas moins lié à un réseau qui l'engage par des devoirs. Il reçoit des outils, mais, en échange, il doit respecter des règles et dupliquer un concept dont il n'est pas le créateur. « Le pire ennemi du franchisé est le plus souvent un au-tre franchisé qui ne suit pas le con-cept et en détruit l'image », assène Jean Samper, spécialiste chez AC Franchise. Il faut savoir que des règles s'appliquent aussi en fin de contrat. À travers les clauses sur la non-affiliation à un réseau concurrent, ou celles, plus contraignante, de non-concurrence (interdiction d'exercer le même métier).

Les profils changent

 

Au-delà du cadre contractuel, la curiosité vis-à-vis du concept et la capacité à s'impliquer dans la vie du réseau et les instances de dialogue pour le faire évoluer est une condition sine qua non.

Les sacrifices des premières années, eux, sont systématiques, notamment la perte de statut social. « On sent d'emblée un changement dans le regard des autres lorsque l'on quitte l'habit du jeune cadre dynamique d'une grande société », constate Pierre L'Hotellier. Un choc plus brutal pour les cadres sup' habitués à diriger des centaines de personnes et qui se retrouvent seuls au quotidien dans leur cen-tre de profit, ou en charge de trois ou quatre personnes. Autre renon-cement, le salaire souvent divisé par trois et le temps pour la famille et les loisirs réduit à peau de chagrin. « Si la famille n'adhère pas au projet, mieux vaut réfléchir. Le nombre de divorces parmi les gens qui se lancent montre que ces points n'avaient peut-être pas été éclaircis avant de se lancer », constate Julien Vitali, spécialiste à la Fédération française de la franchise.

La bonne nouvelle est que les profils sont moins stéréotypés qu'a-vant. Les franchisés interrogés viennent d'univers vraiment divers - publicité, assurance, finance... Pour tous, le secret de la réus-site réside dans l'humilité. « Il faut accepter d'apprendre », raconte l'un d'eux. Pierre L'Hotellier s'est aperçu que c'est avant tout une question d'heures passées à la tâche. « Si les anciens de la distribution ont encore la cote, c'est parce qu'ils sont reconnus comme de gros travail-leurs habitués au terrain », analyse un expert. Et pour leur capacité à appliquer à la lettre procédures et politique commerciale.

Il n'est plus nécessaire non plus d'avoir travaillé dans le commerce, mais d'en avoir la sensibilité. De même, si les talents de manageur sont importants, les franchiseurs se sont rendus compte que d'avoir dirigé 300 personnes ne garantit pas les performances à la tête d'une petite structure. « Sans compter qu'il faut se lever tôt, met-tre en rayon, et servir le client comme un employé », explique Olivier Thiébaut, le directeur du développement de La Compagnie des Petits. Les cadres dirigeants sont particulièrement mis en garde.

Enfin, être fait ou pas pour la franchise dépend du choix du concept. On peut être en phase avec certains, pas avec d'autres, selon l'a-déquation entre ses aspirations et les exigences, très variables. Ainsi, une enseigne naissante laissera plus de souplesse dans la rédaction du contrat qu'une ensei- gne au statut bien cadré. Revers de la médaille, ces jeunes concepts n'ont pas la force de négociation avec les banques ni un service d'experts constitué et performant. De même, la mise de fonds est une condition suffisante quand le but est de recruter des investisseurs qui multiplient les magasins. D'au-tres réseaux préfèrent des hom-mes de terrain. Le produit a aussi énormément d'influence. Avec l'afflux de nouveaux concepts, nombreux sont ceux qui devraient trouver chaussure à leur pied.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1903

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA