Marchés

Cartel du yaourt : Senoble fait appel

|

Senoble, condamné la semaine dernière dans l'affaire du cartel du yaourt, va faire appel, estimant courir un risque de faillite en raison de l’important montant de l'amende infligée par l'Autorité de la Concurrence.

Marc Senoble, PDG de Senoble, juge l'amende de l'Autorité de la Concurrence disproportionnée.
Marc Senoble, PDG de Senoble, juge l'amende de l'Autorité de la Concurrence disproportionnée.

Nouvelle réaction dans l’affaire du cartel des yaourts. Senoble, condamné la semaine dernière par l’Autorité de la Concurrence à une amende 46 millions d’euros a annoncé vouloir faire appel de cette décision. "On me réclame une amende de 46 millions d'euros. Je ne les ai pas. Et si je dois m'acquitter de cette somme, je suis acculé à la faillite", déclare son PDG, Marc Senoble, dans un entretien au quotidien les Echos. Le 12 mars, l’Autorité de la Concurrence a condamné 11 groupes laitiers, dont Senagral (Senoble), Novandis (Andros) ou Lactalis, à des amendes d’un total de 192,7 millions d'euros pour entente sur les prix et les appels d'offres sur des produits laitiers frais à marques distributeur.

Une amende jugée disproportionnée

Si Marc Senoble ne conteste pas les faits, il condamne le montant de l’amende, qu’il juge disproportionné. Sur la période concernée, de 2006 à 2012, les industriels fabricants des produits sous marques de distributeur ont été "pris en étau entre les hausses des matières premières et la résistance de la grande distribution face à des hausses de prix légitimes", élément totalement "ignoré" par l'Autorité de la Concurrence, regrette le groupe. Lactalis et Les Maîtres Laitiers du Cotentin avaient déjà annoncé leur intention de faire appel.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter