Casino : 7 magasins supplémentaires équipés de toitures photovoltaïques

|

Dans une interview à LSA, Christophe Bergerac, directeur du développement de Green Yellow, l’énergéticien du groupe Casino, annonce qu’à terme les toitures et les ombrières photovoltaïques pourraient produire une énergie équivalente à la consommation annuelle d’un magasin. Actuellement,  43 magasins (24 Géant, 12 supermarchés et 7 magasins Outre-mer) sont équipés. 7 supplémentaires vont l’être en 2014. .

43 magasins sont aujourd'hui équipées d'ombrières photovoltaïques sur leur parking. Les hypers disposent de panneaux en plus sur leur toiture.
43 magasins sont aujourd'hui équipées d'ombrières photovoltaïques sur leur parking. Les hypers disposent de panneaux en plus sur leur toiture.© Alexis FRESPUECH - AF STUDIO

LSA - En quoi consiste votre programme de développement photovoltaïque ?

Christophe Bergerac (directeur du développement de Green Yellow) : « Nous avons lancé depuis 2009 un programme d’installation d’ombrières photovoltaïques sur les parkings de certains magasins. Bien évidemment, nous sélectionnons les magasins implantés dans des zones à bon potentiel d’ensoleillement, principalement au sud d’une ligne Bordeaux- Grenoble. Nous implantons également des panneaux photovoltaïques sur les toitures des plus grands hypermarchés ou centres commerciaux. »

LSA – Combien de magasins sont équipés à ce jour ?

C.B. : « A la fin 2013, 24 centrales photovoltaïques de fortes puissances sont raccordées dans des Géant (hypermarchés), ainsi que dans 7 magasins du groupe dans l’océan Indien, comme à La Réunion et Mayotte. De plus, 12 de nos plus grands supermarchés sont équipés de centrales à puissance plus modeste, puisque nous avons implantés seulement des ombrières sur leurs parkings. »

Les magasins communiquent intelligemment sur le photovoltaïque auprès des clients (Crédit photo : Anne VAN DER STEGEN)

 

LSA- Et combien le seront cette année ?

C.B. : « Sept sites sont en travaux pour être raccordés. »

LSA – Quel est l’objectif de ces installations ? Quelle part de la consommation énergétique d’un magasin peut être couverte par l’énergie solaire ?

C.B. : « Les centrales les plus puissantes devraient être capables, à terme, d’afficher un potentiel de production équivalent à la consommation annuelle d’un magasin et de sa galerie commerciale. Actuellement, nous avons une puissance installée de 70 mégawatt (70 MW). Pour vous donner un ordre d’idées, ce niveau correspond à la consommation électrique annuelle de 25 000 foyers français. »

"Nous revendons cette électricité à un tarif qui nous permet, sur le long terme, de rentabiliser l'investissement"

LSA – Pour « couvrir » la puissance annuelle d’un magasin et sa galerie, travaillez-vous  en parallèle sur les économies d’énergie ?

C.B. : « Effectivement, les deux chantiers se croisent. La diminution des consommations des magasins est aussi un chantier en cours. L’objectif, ambitieux, est de diminuer les consommations de 25%. Les chiffres que je donne sont une moyenne, tous les magasins n’étant pas identiques. Disons que les gains énergétiques peuvent varier de 18% à 30% dans le cas des magasins les plus anciens. Pour cela, nous comptons par exemple sur l’installation de portes sur les meubles froid, un travail en cours, mais aussi d’adopter les systèmes intelligents de centralisation que sont la GTC et la GTB. L’objectif est que Green Yellow centralise les exploitations de chaque magasin, et mettent en place les contrats avec les prestataires. » 

LSA – Vous ne donnez pas de chiffres, mais on imagine que ces investissements dans le photovoltaïques sont coûteux. Est-ce rentable ?

C.B. : « Il est vrai qu’en France, l’électricité reste peu chère comparé aux autres pays, même si, à terme, les tarifs vont fortement augmenter. Nous produisons de l’électricité grâce au photovoltaïque, que nous revendons à EDF à des tarifs qui nous permettent, sur le long terme, de rentabiliser l’investissement. Le contrat avec EDF court sur 20 ans. En revanche, dans des pays comme le Brésil ou la Colombie, le modèle économique est différent. L’électricité y est très chère. Dans ce cas-là, le modèle est différent puisque l’investissement compense la cherté.  Et le retour sur investissement est plus rapide qu’en France. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message