Casino contre Cora devant le tribunal de commerce demain

|

BRÈVES

Le groupe de Jean-Charles Naouri a assigné en référé celui de Philippe Bouriez afin de l'empêcher de faire jouer une garantie bancaire de 61 millions d'€uros. Nouvelle escarmouche entre Casino et Cora : demain,le juge des référés, Roland Schiff, doit rendre une ordonnance qui aura pour effet d'autoriser ou d'empêcher le groupe Cora de faire jouer une garantie bancaire de plus de 60 millions d'euros. Les deux parties s'étaient affontées lors d'une audience devant le tribunal de commerce de Paris, jeudi 17 janvier. L'affaire est en délibéré depuis. Cette nouvelle passe d'armes a eu lieu après que Philippe Bouriez ait envoyé une lettre recommandée au Crédit Mutuel, exigeant le versement de la garantie bancaire qui lie les deux groupes depuis la constitution à parts égales de leur centrale d'achat commune, Opéra. En effet, Casino et Cora avaient signé un contrat comprenant une série de clauses à respecter, sauf à payer de lourdes pénalités : 61 millions d'€ la première année - en l'occurrence jusqu'au mois d'avril 2002 - ce montant étant dégressif de 25 % l'an, la clause devenant caduque à partir de la cinquième année. Or, pour Philippe Bouriez, l'article 8 du contrat interdit de prendre une quelconque participation, en direct ou par un tiers, dans le capital d'une des sociétés de son groupe. Le contrat n'a donc pas été respecté, puisque selon lui, Jean-Charles Naouri a racheté les actions (42,39 %) de GMB-Cora à Carrefour. A l'appui de sa thèse, l'«equity swap» - un contrat d'échanges de flux financiers permettant de racheter ces actions dans cinq ans - qui lie Casino à Deutsche Bank, ne serait que le « subtil habillage d'un portage». Cette vision n'est pas partagée par Casino. Le groupe estime avoir respecté toutes les clauses du contrat et ne se considère pas propriétaire des titres acquis par la Deutsche Bank. Dans l'entourage de Jean-Charles Naouri, on se montre d'ailleurs « très confiant» dans l'issue de cette affaire qui sera jugée au fond par le Tribunal de commerce de Paris. La première audience aura lieu en mars. Casino avait d'ailleurs gagné un premier référé, en octobre dernier, lorsque le groupe Delhaize avait assigné Carrefour, Casino et Deutsche Bank, pour empêcher la cession des 42,39 % de GMB-Cora par Carrefour à la Deutsche Bank. La Commission de Bruxelles, qui avait exigé de Carrefour la cession de cette participation dans le cadre du rapprochement avec Promodès, avait agréé Deutsche Bank comme acheteur des titres, après avoir également analysé les termes de l'equity swap, selon des proches du dossier.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter