Casino : Jean-Charles Naouri confiant pour 2011

|
Casino marché fruit
Casino marché fruit Photo © Groupe Casino

Peu de révélations lors de l'Assemblée générale de Casino qui s'est tenue ce matin à Paris, salle Wagram. Jean-Charles Naouri, PDG et actionnaire majoritaire du groupe, a réaffirmé sa confiance dans son modèle et les objectifs énoncés en début d'année : à savoir poursuivre la croissance très rapide de l'international (qui retrouve le rythme des croissances supérieures à 10 % des 5 dernières années et devrait représenter 45 % de l’activité dès la fin de l’année, contre 38 % en 2010) ; continuer de gagner des parts de marche en France (ce que le groupe réussit à faire depuis la fin de l'année dernière avec 5 périodes de 4 semaines consécutives de hausse(0,2 point) de sa part de marche ; et améliorer la rentabilité de Franprix et Leader Price. Cette dernière renoue avec une forte croissance, preuve selon Jean-Charles Naouri que son redressement - à coup de baisses de prix, de promotions plus actives et d'introduction d'une offre de marques nationales « ciblée », est en bonne voie et devrait se poursuivre.
Seule fausse note dans cet exercice bien rodé, l'intervention bruyante d'une vingtaine de militants venus dénoncer, pelle mêle, le statut qualifié de précaire de certains gérants-mandataires dans la branche proximité du groupe (dont ils réclament la requalification en salariés) ; mais aussi la plus-value engrangée par PDG de casino lors du retrait de son holding, Euris, de Moulinex en 1994 alors que le groupe engageait des licenciements massifs ; ou encore, cerise sur la gâteau, le rôle supposé qu’il aurait joué dans « le big bang de la finance » entre… 1984 et 1986 (sic.) lorsqu’il était directeur de cabinet de Pierre Bérégovoy, ministre des Finances.Conséquence de cette agitation qui s’est conclue sous les airs de l’Internationale, la séance consacrée aux questions de la salle a été écourtée et le petit groupe poliment raccompagné vers la sortie par un service d’ordre impressionnant de près de 70 agents de sécurité.
Pas de quoi émouvoir les actionnaires présents. Ils ont, en effet, dans la foulée, approuvé toutes les résolutions qui leur ont été soumises et applaudi le bilan du PDG du groupe qui leur a versé, au total 424 millions d’euros de dividende au titre de l’année 2010.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter