Marchés

Casino va intégrer une filière de volailles pour sa marque propre

|

Le groupe Casino va racheter un site de découpes de volailles à Gastronome (groupe coopératif Terrena). Le distributeur va donc intégrer une filière de volailles pour sa marque propre. Cela pourrait concerner à terme 7 500 tonnes de poulets et de dindes.

le groupe Casino acquiert une usine de volailles de Gastronome qui devait fermer ses portes.
le groupe Casino acquiert une usine de volailles de Gastronome qui devait fermer ses portes.©WIKIMEDIA

Intégrer la production. L’idée n’est pas nouvelle, beacoup d’enseignes s’y attellent, mais le groupe Casino n’avait plus pris ce virage depuis longtemps et avait d'ailleurs cédé l’essentiel de ses usines dans les années 90. Désormais, le groupe se tournent à nouveau vers l’amont. Le distributeur devrait en effet bientôt acquérir un site du volailler Gastronome, qui servira pour la découpe de poulets et de dindes à marque propre.

Emplois préservés

Casino a ainsi signé une promesse unilatérale d’achat avec le groupe Gastronome (filiale de Terrena) pour l’acquisition de sa filiale Gastronome-Luché, qui exploite un site à Luché-Pringé, dans la Sarthe. Il est prévu la reprise de l’intégralité des 159 emplois présents à ce jour dans l’usine, les instances du personnel doivent encore être consultées à ce sujet. La fermeture du site avait été annoncée en octobre 2014; Gastronome cumule en effet 53 millions d'euros de pertes nettes sur les quatre derniers exercices.

Cette opération va permettre au groupe Casino d’intégrer une filière volaille de produits standard et certifié. Le site sert à la préparation de commandes, au conditionnement et à l’expédition des produits. Le distributeur a signé en outre un partenariat avec Gastronome pour l’approvisionnement de la matière première. A terme, l’objectif est de couvrir l’ensemble des besoins du groupe à marque propre, soit 7 500 tonnes de volailles par an. Casino possède déjà un site plus petit près de Toulouse (31) pour les MDD Franprix et Leader Price

Un retour vers la production?

Pour Casino, intégrer la production n’est pas nouveau. A l’instar d’Intermarché, le groupe possédait historiquement de nombreuses filières (les premières en 10906!) mais il s’est séparé de la majorité de ses activités dans les années 90. En 2002, la cession de la société d'embouteillage et de négoce de vins et sirops les Chais beaucairois (Marie Brizard) avait achèvé le programme de désinvestissement de la production initié en 1992.

En 1994, Casino avait, par exemple, cédé Imperator, un spécialiste de la charcuterie industrielle. Et en1999, Bigard-Charal avait repris la Sabim, la filiale viande de Casino (environ 365 millions d'euros de chiffre d'affaires). 

1 commentaire

Véronique Blanc

19/09/2016 14h19 - Véronique Blanc

ah oui les volailles,parlons en ! je fais mes courses dans un leader price dans le département du Gers depuis 10 ans , jusqu'à récemment le magasin nous proposait des produits régionaux, et frais "poulet jaune du sud ouest, ou du gers" depuis que Leader price a été racheté par Casino on a en rayon du poulet blanc pas appétissant du tout (élevé en cage qui ne voit pas la lumière du jour ) le magret de canard est du même acabit (mince on est dans le Gers quoi et on veut nous faire avaler de la merde d'importation ) les steaks hachés Bigard avant le rachat nous clients les avions a un prix correct entre 5 et 6 euros les 8 steaks ils sont maintenant a 7.49 ou 7.99 désolée pour la précision mais vu le prix je n'en prends plus , je ne prends plus de poulet non plus , et les fruits et légumes aussi (les pommes alors qu'avant Leader travaillait bien avec les producteurs locaux on veut nous vendre de la pomme en provenance du Chili, ou d'Argentine alors qu'il y en a AGEN ! le lait vient d'Allemagne , de Belgique ou d'ailleurs mais pas de France ! alors on me dit "c'est la centrale qui décide c'est la centrale qui commande, et moi je dirais pour reprendre les propos de Jean Pierre Coffe hélas décédé "mais c'est d'la merde" et je suis certaine que si il était encore en vie il n'accepterait pas que son image soit associé à ces produits d'importation pour le bénéfice de Casino , alors si ça continue comme ça je vais changer de boutique et je paierais mes 150 à 160 euros de courses hebdomadaire dans une autre enseigne ! (super U par exemple qui affiche clairement la provenance de ses produits !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter