Casino veut faire d’Exito sa tête de pont en Amérique Latine hispanique

|

Le distributeur français dote sa filiale colombienne Exito – large leader local – de nouveaux moyens pour son développement, y compris dans d’autres pays. Il vient de lui céder ses 53 magasins uruguayens, largement leaders eux aussi, et va participer à une augmentation de capital de 1,4 milliard de dollars.

Les grandes manœuvres se succèdent en Amérique Latine. Alors que Carrefour et Casino sont en train de se déchirer pour le contrôle du leader de la grande distribution brésilienne, Pao de Azucar, Casino a annoncé, ce jeudi 30 juin au matin, avoir cédé ses participations majoritaires dans ses deux filiales uruguayennes à sa filiale colombienne Exito (qu’il contrôle à 54,8 %) pour 520 millions d’euros. « L’idée est de renforcer l’empreinte du groupe en Amérique Latine en créant un pôle hispanophone autour d’Exito, à côte de l’autre pilier de développement du groupe qui reste le Brésil », explique un proche du dossier. En intégrant Exito, les deux sociétés uruguayennes (Disco et Devoto, 535 millions d’euros de CA attendus en 2011 pour 53 magasins) vont en effet bénéficier de synergies nouvelles et de l’apport des équipes colombiennes dans le domaine du non alimentaire et de la mise en place de nouveaux formats de distribution. L’opération devrait d’ailleurs avoir un impact positif sur le résultat d’Exito dès la première année.
Pour financer cette acquisition, Exito, qui est une filiale très saine financièrement (cash positif) et en recherche de nouveaux développements, compte procéder à une augmentation de capital de 1,4 milliard de dollars, à laquelle Casino prévoit de souscrire à hauteur de sa quote-part. De quoi aussi accélérer son expansion en Colombie (où il contrôle déjà 40 % de la distribution organisée, devant Carrefour, second avec 18 %), mais également, dans d’autres pays d’Amérique Latine. Lors d’un voyage de presse organisé la semaine dernière, Gonzalo Restrepo, le président d’Exito, confiait à LSA, son intérêt pour les villes de l’Est du pays, sortes de « nouvelles frontières » dopées par le boom du pétrole, mais aussi pour les marchés tout proches du Panama et du Pérou. La Colombie et l’Uruguay figurent parmi les marchés les plus stables et plus porteurs d’Amérique du Sud avec le… Brésil.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter