Catégorie : Distribution alimentaire

|

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

> Présentation de la région
> Les champions primés
> Les entreprises de la région
Les secteurs de la région :
> L'industrie avec L'Usine Nouvelle
> La grande consommation avec LSA
> L'assurance avec l'Argus de l'assurance
> Le tourisme avec l'Echo touristique
> La restauration avec Néorestauration

GRAND PRIX


Satoriz

Satoriz : la croissance au service du bio
La chaîne de distribution de produits bio commence à se développer hors de ses bases rhône-alpines.

Les points forts de l'entreprise :
Une forte demande
Un sous-équipement commercial
Une éthique et une culture d'entreprise forte

" Nous ne cherchons pas à vendre un prix, mais plutôt à faire découvrir des produits "



20 % par an : quel réseau de distribution offre des taux de croissance similaires ? Satoriz (21 M€ de CA en 2002 contre 17 M€ en 2001), la petite chaîne spécialiste des produits bio fait de la croissance au pas de charge. Satoriz, c'est un mot d'ordre, " le bio pour tous ", et un concept : des supérettes de 300 m2 - loi Raffarin oblige - installées dans les zones commerciales à la périphérie des villes.

18 magasins dont 12 en Rhône-Alpes
A côté des deux réseaux-phare de distribution de produits bio, Biocoop et La Vie Claire, Satoriz fait office de challenger : le réseau compte dix-huit magasins dont douze en Rhône-Alpes, l'une des régions où la consommation de produits bio est la plus forte. La chaîne se développe aussi hors de ses bases avec quatre magasins dans le Sud de la France et deux en Alsace. Mais pour George Quillet, PDG de Satoriz, il y a un tel sous-équipement que l'implantation est possible même dans les villes où des magasins concurrents sont déjà implantés. Les enseignes traditionnelles, même si elles représentent plus de la moitié des ventes de produits bio, ne semblent pas gêner non plus Georges Quillet. A tel point que le magasin Satoriz d'Albertville est implanté sous les fenêtres d'un Auchan. " Les grandes surfaces peuvent nous amener des clients " juge le PDG de l'enseigne bio.

Croissance et éthique
L'offre en magasin est surtout alimentaire, adaptée à la consommation des adeptes du bio avec par exemple des rayons très développés en céréales, produits à base de soja ou encore huile d'olive. Les plus gros des magasins Satoriz drainent environ 400 clients par jour et le panier moyen tourne autour de 30 euros.
Si la chaîne adopte des recettes qui ont fait le succès de la distribution (promotions, têtes de gondoles), Georges Quillet insiste : " Nous ne cherchons pas à vendre un prix, mais plutôt à faire découvrir des produits. Nous privilégions le travail direct avec des petits producteurs qu'avec des grossistes ". Une culture d'entreprise forte offre la possibilité aux 150 salariés, recrutés parmi des adeptes du bio, de progresser dans l'entreprise. La démarche de Satoriz tend à prouver qu'on peut allier la croissance avec une certaine éthique.

Une franchise en préparation
Le groupe réalise une ou deux ouvertures supplémentaires en propre chaque année : un rythme que Georges Quillet compte maintenir. Mais le PDG de Satoriz souhaite passer à la vitesse supérieure en développant un réseau de franchisés hors de ses bases rhône-alpines " Nous avons déjà deux ou trois contacts " indique le PDG de Satoriz, qui reconnaît aussi une ambition d'ouvrir des points de vente plus grands à l'avenir. " Nous aimerions développer le rayon des vêtements, mais aussi les produits de la maison ". Pour accompagner ce développement, la surface de sa plate-forme de distribution basée près d'Albertville, va passer de 1000 à 2000 m2. " La centrale représente 20 % des achats, le étant effectué en direct. Elle nous permet d'obtenir de meilleurs tarifs et de réaliser des opérations commerciales. La centrale ne prend pas de marge, mais effectue des rétrocessions aux magasins qui payent une redevance. Cela nous permet de pratiquer des prix moins élevés ". Toujours du côté des projets, Georges Quillet regarde du côté de la restauration : il a ouvert il y a environ un an et demi " La Cantine Bio " à Albertville et songe, pourquoi pas, à développer aussi ce secteur.

Patrick Déniel




Les autres champions de la Grande Consommation

Agro-alimentaireL'Etoile du Vercors
Industrie non-alimentaire Babolat
Distribution alimentaireSatoriz
Distribution non-alimentaire Decitre

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message