Category management: ce qu'en pense l'Autorité de la concurrence

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Pour la seconde journée LSA dédiée au category management (ce mercredi 16 mars), Etienne Pfister, rapporteur général adjoint de l’Autorité de la concurrence, a dressé devant plus de 120 professionnels un bilan et un état des lieux de cette pratique «encore naissante». Il n’observe «pas de plaintes des fournisseurs ou des distributeurs et aucun transfert du pouvoir de décision du distributeur au fournisseur ». Et selon lui, « les dispositions du droit de la concurrence sont a priori suffisantes pour remédier aux effets anticoncurrentiels de ces pratiques ». En revanche pour accroître l’efficacité du droit de la concurrence dans ce domaine, il souhaite « une plus grande transparence dans la désignation des «capitaines», une plus grande transparence dans les prestations effectuées par le capitaine et une formulation d’un code de bonnes pratiques sous l’égide de la CEPC, rassemblant fournisseurs, distributeurs et services publics».
De son côté, Sylvie Grando, avocate au cabinet Simmons & Simmons, a prévenu que « les accords de gestion par catégorie bénéficient de l’indulgence des autorités de concurrence et produisent d’importants gains d’efficience. Mais que si les entreprises ne doivent pas hésiter à y avoir recours, elles doivent veiller à respecter certaines règles de bonne conduite ».
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA