Catherine De Bleeker (Oxybul Eveil et jeux) "Le confinement fait redécouvrir la vraie valeur des choses"

|

Dossier Si Oxybul Eveil et jeux a arrêté ses activités marchandes à cause de la crise du coronavirus, l'enseigne de jeux et de jouets d'ÏD Group continue à entretenir le lien avec ses clients via les réseaux sociaux, son chat et autres newsletters. L'occasion de développer de nouvelles relations et de se rendre utiles auprès des familles en cette période de confinement. Interview de Catherine De Bleeker, directrice de la marque.

Catherine De Bleeker, directrice d'Oxybul Eveil et jeux.
Catherine De Bleeker, directrice d'Oxybul Eveil et jeux.© Oxybul

La rédaction vous conseille

Le 19 mars dernier, trois jours après la fermeture obligatoire de ses magasins physiques, Oxybul Eveil et jeux annonçait sur son site marchand qu’il suspendait la prise de nouvelle commande. Un temps envisagée au 24 mars, la reprise de la vente en ligne a été repoussée à une date ultérieure, laissant le site ouvert uniquement pour consultation et dialogue avec la marque.

Une décision difficile pour l’enseigne de jeux et de jouets du groupe ÏDGroup, qui a également suspendu les activités marchandes de ses autres marques (Okaïdi, Obaïbi et Jacadi), mais nécessaire en regard de la crise sanitaire actuelle. Et si cette crise était aussi l’occasion de cultiver de nouvelles relations avec ses clients ? Le point de vue de Catherine De Bleeker, directrice de la marque.

LSA – Oxybul Eveil et jeux a suspendu l’activité de son site marchand, qui constitue la moitié de son chiffre d’affaires. Pourquoi cette décision ?

Catherine De Bleeker – Le samedi où la fermeture obligatoire des commerces non essentiels a été annoncée par le gouvernement, nous avions enregistré une forte activité au cours de la semaine, animée par une grande opération de fidélisation et, peut-être également, par déjà des achats anticipés des consommateurs prévoyant le confinement. Le lendemain et les jours suivants, les commandes sur notre site ont explosé et nous avons compris qu’il nous serait difficile de suivre la cadence au vu de la complication des transports et des livraisons. Nous avons préféré mettre le holà : la vocation de notre enseigne est d’apporter du bonheur aux familles, pas de créer davantage de frustration car le jouet commandé ne peut être livré en temps et en heure.

A cela se sont ajoutées des considérations éthiques et humaines vis-à-vis de nos équipes mais aussi de l’urgence de la crise sanitaire recentrant les flux et les besoins sur les produits de première nécessité.

LSA – Vous avez donc choisi de recourir au chômage partiel ?

C. D B. – En effet, pour nos salariés en magasins, dans notre entrepôt et certaines activités. D’autres services sont en télétravail partiel car il faut non seulement préparer la reprise mais aussi continuer à entretenir le lien avec nos consommateurs. Nos équipes de communications et relations clients sont aujourd’hui sur tous les fronts… et en première ligne.

LSA – Comment entretenez-vous le lien avec vos clients ?

C. D B. – Chez Oxybul Eveil et jeux, nous avions l’habitude d’accompagner les familles avec des sujets utiles aux parents. Dans la situation actuelle, le contenu prime encore davantage. Nous avons ainsi lancé une « boîte à outils pour les parents » (#boiteaoutilspourlesparents) avec, chaque jour, des conseils et astuces sur une thématique comme « éviter les chamailleries entre frères et sœurs » ou « faire découvrir le cinéma aux enfants » soit avec des supports à télécharger, soit des produits que les familles ont déjà chez elles. Ainsi, pour aider les enfants à se défouler pendant le confinement, nous proposons d’organiser des concours de danse ou des batailles de boules de neige en papier.

Actifs sur les réseaux sociaux, nous continuons également à discuter en direct avec nos clients et répondre à leurs questions via le chat sur notre site. Avec les autres enseignes du groupe, qui compte aussi des marques de service comme le magazine Bubble, le spécialiste des animations pour enfants N’Joy, le label musical et éditeur jeunesse Joyvox et les crèches Rigolo Comme La Vie, nous avons mis nos savoir-faire en commun pour proposer une newsletter bi-hebdomadaire avec des contenus et idées d’activités à faire à la maison. Toutes ces actions nous permettent de continuer à offrir des services et du bonheur aux familles, ligne directrice de la communauté ïD Kids.

LSA – Comment voyez-vous la reprise ?

C. D B. – Je ne pense pas à une « libération » à la fin du confinement, qui sera sans doute levé graduellement. Et même si les Français auront envie de vivre de grandes retrouvailles, ils éviteront probablement au début les fortes affluences. Je pense également que le confinement fait redécouvrir la vraie valeur des choses : les parents découvrent ou redécouvrent les activités à réaliser en famille comme la cuisine, les loisirs créatifs, les jeux… Et que l’on peut les faire sans avoir besoin d’acheter de nouvelles choses. Cette prise de conscience pourrait accélérer l’intérêt grandissant pour les objets durables et utiles.

Cette crise va aussi modifier la manière de communiquer, comme nous le faisons aujourd’hui en mettant en avant le contenu et non le produit. Chez Oxybul Eveil et jeux, nous avions déjà cette vision de s’exprimer d’abord sur le talent de l’enfant à développer avant de parler de nos jeux et jouets. Nous irons à l’avenir plus loin en exprimant davantage nos engagements et ce en quoi nous sommes utiles aux parents.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message