CDiscount, le géant français qui tient tête à Amazon

|

Lancé par trois frères malins à la fin des années 90, le site bordelais vite racheté par Casino s'est imposé - parfois brutalement - comme le leader de l'e-commerce en France.

En chiffres

  • 1,5 Mrd € de chiffres d'affaires estimé en 2012 en France
  • 1 100 salariés
  • 100 000 m2 d'entrepôts
  • 30 000 colis expédiés chaque jour
  • 100 000 références actives

Épileptiques s'abstenir. Un petit tour sur la page d'accueil de Cdiscount est toujours une expérience douloureuse pour la rétine. Des couleurs archicriardes qui flashent dans tous les sens, un déluge de prix barrés, des cascades de pourcentages de remises... Une vente à la criée version web, mais dans laquelle tous les marchands crient en même temps. On est loin de l'ambiance feutrée, limite épurée, de la homepage de son grand rival Amazon. Et pourtant, le champion dans l'Hexagone, ce n'est pas l'américain, mais bel et bien le frenchy criard. Selon nos estimations, la filiale du groupe Casino aurait réalisé un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros en 2012, contre 1,3 milliard pour Amazon.

- Du CD à moins de 10 francs... Et s'ils ne partagent pas le même webdesigner, les deux sites ont malgré tout une trajectoire similaire. Fondé en 1998 à Bordeaux par les frères Charle, trois entrepreneurs qui ont une petite société de badges en plastique, Cdiscount se positionne immédiatement sur les produits culturels à prix bradés. Et c'est à Londres qu'ils ont l'idée du concept : « Là-bas, où le CD de U2 était 30% moins cher qu'à la Fnac », explique Hervé Charle, un des cofondateurs, sur le blog du consultant Olivier Dauvers. Leur idée : la vente de CD à moins de 10 francs. Banco ! Si Google n'existe pas encore, le bouche-à-oreille fait son office et Cdiscount devient rapidement le plus gros vendeur de CD et DVD sur le web français. Problème pour les frères Charle : pour passer à la vitesse supérieure, il faut des fonds. En 2000, ils décident donc d'ouvrir le capital.

- ... À tout l'équipement Le dossier fait le tour de la distrib, mais c'est Casino qui rafle la mise. Le groupe de Jean-Charles Naouri prend 60% du capital et le transforme en site généraliste d'équipement : high-tech, électroménager, brico, jardin, prêt-à-porter... Il propose aujourd'hui 100 000 références qu'il expédie depuis son immense base logistique de 100 000 m2 à Cestas (Gironde), complétée par un autre centre dans la région de Saint-Étienne.

- Un fonceur Une croissance rapide (le site est le premier à dépasser le milliard d'euros de chiffre d'affaires en France en 2010). Peut-être trop. Maintes fois condamné (publicité mensongère en 2006, conditions de vente abusives en 2008, pratiques commerciales trompeuses en 2009), le site court avant d'apprendre à marcher (l'enfance du commerce, sans doute). Mais les quelques mécontents n'entament pas sa marche en avant. Dernier chantier : le multicanal. Après la livraison en points relais, au domicile ou au travail, Cdiscount joue enfin la synergie avec Casino en transformant les rayons multimédias des 125 Géant en « Cdiscount shops ». Amazon aura du mal à suivre.

CDiscount en dates

  • 1998 Création à Bordeaux par les frères Hervé, Christophe et Nicolas Charle, patrons d'une société de badges en plastique de Cdiscount, site spécialisé dans l'import de produits culturels.
  • 2000 Entrée de Casino au capital de Cdiscount à hauteur de 60% car les frères Charle manquent de cash pour développer le site.
  • 2006 Ouverture d'un magasin Cdiscount au Bouscat, près de Bordeaux
  • 2008 Lancement au Royaume-Uni. Cdiscount n'arrive pas à s'imposer sur ce marché difficile et jette l'éponge.
  • 2008 Le groupe Casino porte sa participation à 79,6% dans Cdiscount.
  • 2011 Les frères Charle revendent le solde de leur participation à Casino qui détient désormais 99,6% du site.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2282

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous