Cdiscount reprend Stootie et se positionne sur les services à la personne

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'e-commerçant a été choisi par le Tribunal de Commerce de Paris pour reprendre la plateforme communautaire spécialisée dans les services à la personne, parmi sept dossiers de rachat.

Stootie.
Stootie.© Stootie.

Cdiscount annonce le 3 décembre le rachat de la plateforme Stootie. C’est par un jugement du Tribunal de Commerce de Paris prononcé le 30 novembre que la société a été désignée comme repreneur des actifs du site communautaire spécialisé dans les services à la personne, à l’issue d'une procédure de redressement judiciaire. Sept dossiers avaient été déposés pour son rachat. Cdiscount, qui a offert un prix de 720 000 euros pour les actifs de la société, précise s'être engagé à reprendre 38 salariés sur 45. Les deux sociétés se connaissent bien, puisqu'elles avaient noué en 2017 un partenariat commercial qui permettait déjà aux clients de Cdiscount de bénéficier de prestations d’installation et de montage réalisées par Stootie sur 90 000 références. "Cdiscount souhaite accélérer le développement de Stootie grâce à un élargissement du partenariat existant à d’autres références et à la mise en oeuvre de synergies de coûts", précise le communiqué. 

385 prestations géolocalisées

Pour les équipes de Stootie, ce rapprochement leur permet de "bénéficier de l’expertise de Cdiscount en matière de technologie, de marketing et d’optimisation du trafic. Elle consolide l’avenir de Stootie en l’intégrant à un des leaders français du e-commerce", poursuit le communiqué. Du côté de Cdiscount, c’est l’ajout d’une offre de services et la progressive transformation de l’e-marchand vers une plateforme généraliste, après des incursions dans le tourisme et l'assurance. Reste à savoir s’il conservera l’ensemble des prestations proposées, parfois très éloignées de l'univers Cdiscount. 

Créée en 2011 par Jean-Jacques Arnal et basée à Paris, la plateforme revendique 150.000 personnes offrant leurs services (appelés Stooters) et 188 000 demandeurs, et couvre une gamme d’environ 385 prestations géolocalisées de services à la personne. Soutenue par de grands noms de l’investissement (Xavier Niel, Bpifrance ou encore Marc Simoncini), la société avait connu des difficultés financières attribuées à la difficulté de trouver un modèle économique viable, avec des commissions prélevées sur les prestations jugées trop élevées par les utilisateurs. En cessation de paiement depuis août dernier, elle avait été placée en redressement judiciaire en octobre. 

Le secteur de l'équipement de la maison séduit par le collaboratif

En ajoutant cette brique de services à la personne, notamment sur le bricolage, Cdiscount suit un mouvement plus large initié par les distributeurs spécialisés qui s'intéressent aux plateformes collaboratives fonctionnant en temps réel et de manière géolocalisée. Castorama, à travers son programme d'accompagnement destiné aux start-up, travaille avec Mesdepanneurs.fr, avec qui l’enseigne propose un service de pose et de réparation par les particuliers. Leroy-Merlin déploie depuis mai 2017 dans tous ses magasins un partenariat avec Frizbiz, une plateforme web et mobile dédiée à l’habitat qui revendique 150 000 particuliers et professionnels qualifiés. Ikea s’est offert pour sa part la plateforme de partage de services TaskRabbit, qui opère aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA