Ce que les candidats attendent vr aiment des distributeurs

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le premier Baromètre de la distribution, réalisé en exclusivité par le cabinet de recrutement Michael Page pour LSA, réserve quelques surprises. Il dévoile ce que les candidats attendent vraiment de leur employeur : des espèces sonnantes et trébuchants en premier lieu !

La rémunération arrive en tête des critères de choix d'un nouveau poste sur toutes les populations : en magasins (79 %) davantage que dans les fonctions supports (68 %), et dans la distribution alimentaire (76 %) légèrement plus que dans la distribution spécialisée (74 %). Le contenu du poste suit de près. En revanche, les perspectives d'évolution, la qualité du management et l'ambiance de travail arrivent loin derrière. Quant à la solidité de l'entreprise (ses résultats, ses perspectives et sa notoriété), elle semble négligée par les candidats, ce qui est surprenant en période de crise, alors que les salariés sont en quête de sécurité. À noter que les engagements en matière de développement durable laissent les candidats de marbre.
Le niveau de confiance affiché par les salariés de la branche détonne dans une conjoncture économique difficile. Il est vrai que la distribution n'a pas été exposée, comme l'industrie, aux plans sociaux à répétition. Néanmoins, voir 72 % des salariés témoigner de leur confiance dans l'avenir est plutôt encourageant.
En magasins (74 % d'opinions positives et très positives) et, plus encore, dans les fonctions supports (79 %), les salariés de la distribution ont une bonne image de la branche dans laquelle ils travaillent. Cela tend à prouver que les efforts faits ces dernières années par les entreprises pour améliorer leurs conditions de travail et combler leur retard en matière de rémunération ont porté leurs fruits.
La réponse des candidats est sans appel : ils préfèrent nettement les groupes intégrés aux groupements d'indépendants. C'est logique : les premiers ont une politique globale de gestion des carrières, alors que les indépendants gèrent leur magasin comme une PME.
Enquête réalisée par Michael Page du 1er au 20 octobre auprès de 645 candidats recherchant un poste dans la grande distribution : 63 % en magasins et 37 % dans des fonctions supports ; 45 % dans la distribution alimentaire et 65 % dans la distribution spécialisée.

Un conseil aux recruteurs : n'écoutez plus ce que vous disent les candidats que vous recevez en entretien. Ils récitent consciencieusement le discours que vous avez envie d'entendre, mais ils n'en croient pas un mot ! Telle est la réflexion que l'on est tenté de se faire au vu des résultats du premier Baromètre de la distribution, réalisé par le cabinet de conseil en recrutement Michael Page en exclusivité pour LSA. L'enquête est tellement surprenante qu'elle a déstabilisé les distributeurs que LSA a voulu interroger : après avoir pris connaissance de ses résultats, les responsables du recrutement n'ont pas souhaité s'exprimer, considérant qu'ils ne reconnaissaient pas là les candidats qu'ils reçoivent quotidiennement.

De fait, « lors des entretiens de recrutement, les candidats parlent avant tout du contenu du poste, de l'intérêt des missions qui leur sont confiées et des perspectives de carrière que l'entreprise leur propose », confirme Anthony Buchenet, en charge du pôle distribution chez Michael Page. Ce professionnel du recrutement ne cache pas qu'il a été surpris, lui aussi, de constater que la motivation des candidats tourne essentiellement autour de la rémunération.

Une divergence d'intérêts très forte

« L'anonymat d'une enquête permet aux salariés d'exprimer clairement ce qu'ils ont du mal à dire à leur employeur (actuel ou futur) : l'intérêt du poste, la qualité du management, les perspectives de carrière, c'est bien. Mais s'ils envisagent de changer d'emploi, c'est avant tout pour obtenir un meilleur salaire », poursuit ainsi Anthony Buchenet. En mettant en lumière la motivation profonde des candidats, cette étude fait apparaître leur scepticisme à l'égard de leur employeur. Symbole : les salariés interrogés se montrent totalement indifférents au discours des distributeurs sur leur engagement social et environnemental. Comme s'ils n'y croyaient pas vraiment... Ce scepticisme reflète la crise de confiance des salariés envers les employeurs, qui apparaît de façon particulièrement flagrante dans le sondage TNS Sofres réalisé pour Altedia et les Échos (1) : 61 % des salariés estiment que leurs intérêts ne vont pas dans le même sens que ceux de leurs dirigeants ; d'une manière plus générale, 81 % d'entre eux considèrent que dans les entreprises françaises, les intérêts des dirigeants et des salariés ne vont pas dans le même sens ; 73 % trouvent que les écarts entre leur salaire et celui de leurs dirigeants n'est pas justifié...

Ce Baromètre de la distribution n'est pas totalement négatif : il fait apparaître un haut niveau de confiance (72 %) des salariés vis-à-vis du secteur et la bonne image (76 % d'opinions positives) de la branche. Avec une nette préférence pour les groupes intégrés (Carrefour, Auchan, Darty...) sur les groupements d'indépendants (Leclerc, Intermarché, Connexion...) : les rémunérations et les perspectives de carrière y sont plus stimulantes.

« Nous avons mené cette enquête car nous avions envie de mieux comprendre les tendances du marché et les éléments sur lesquels nous avions peu de visibilité, notamment les motivations profondes des salariés de la distribution », explique Pierre-Emmanuel Dupil. Le directeur général de Michael Page n'a pas été déçu : « Ce premier baromètre fait apparaître un véritable décalage entre le discours des employeurs et la motivation des candidats. Maintenant, reste à suivre l'évolution de ces indicateurs au fil des années. » Histoire de voir, par exemple, si le recentrage des candidats sur des critères de choix sonnants et trébuchants a à voir avec la crise...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2117

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA