Ceinture sur les rémunérations variables

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Cela peut représenter jusqu’à 20 % de la rémunération annuelle. Participation, intéressement, primes… Moins élevées, crise oblige, les rémunérations variables gagnent en simplicité et en visibilité auprès des bénéficiaires. 

sabine FasanelliF.JPG
sabine FasanelliF.JPG© DR

Avis de turbulences sur l’intéressement. Chez Carrefour, 73 millions d’euros à partager entre 120 700 salariés. Certains ont trouvé la pilule amère. « Cela fait 610 € par personne, calcule un délégué CFDT, dont le syndicat a refusé de signer l’accord de participation pour les années 2014-2015-2016. En 2013, nous aurions dû toucher 970 € en moyenne si nous avions gardé l’ancien mode de calcul. » Soit moins d’un demi-mois de salaire supplémentaire, 0,40 mois exactement. Résultat : deux syndicats sur quatre, FO (majoritaire) et la CGC, ont paraphé l’accord.

Isabelle Calvez, directrice des ressources humaines de Carrefour France, se félicite, elle, du nouveau mode de calcul de l’intéressement. « La base de calcul est plus simple, axée sur le résultat opérationnel de la France. Avant, la formule était très ­compliquée. Là, nous allons produire plus que ce qui a été versé en une année. En 2013, le niveau était tombé très bas. » Si la courbe des résultats continue de s’inverser pour Carrefour France, le gain pour les salariés peut s’avérer fructueux.

La « règle des trois »

Moins certainement que pour les 75 000 salariés d’Auchan, habitués depuis 1977 à toucher leur « Valauchan », ou fonds commun de placement (FCP). Gérard Mulliez avait mis en pratique ce que le général de Gaulle avait proposé en 1959, un système de partage des résultats de l’entreprise. Une idée que Nicolas Sarkozy reprendra plus tard avec la « règle de trois », les bénéfices devant se répartir à hauteur d’un tiers entre les salariés, un tiers aux actionnaires et un dernier tiers réinvesti dans l’entreprise.

Chez Auchan, entre l’intéressement, ou « prime de progrès » dans le jargon maison, et la participation, les salariés ont droit à huit fonds différents. À chaque niveau de l’entreprise, que ce soit dans les magasins, au siège ou dans les entrepôts, il peut y avoir des carottes différentes : en fonction du chiffre d’affaires dans les premiers, du nombre d’adresses mail récupérées ou de la quantité de cartes de fidélité écoulées, des économies sur les frais généraux dans les deuxièmes, de la rapidité à confectionner les colis sans erreur dans les troisièmes.

Mais la belle époque est révolue. Même chez les meilleurs élèves ! Chez Auchan, de 5,64 % en 2013, la participation est tombée à 4,30 % en 2014. « Quand il y a moins de fruits, il y a moins à partager, constate avec lucidité Bruno Delaye, délégué central CFTC. Et comme le cash-flow d’Auchan France a baissé, à 650 millions d’euros, alors qu’il atteignait 1 milliard il y a quelques années, l’intéressement annuel est tombé à 0,8 mois de salaire en moyenne par salarié. » Il fut un temps où, dans un magasin en croissance, la redistribution pouvait aller jusqu’à deux mois et demi de salaire. Deux syndicats, CGC et CFTC, viennent de signer un nouvel accord, triennal, d’intéressement. Distribué chaque trimestre, ce dernier est calculé en fonction de la progression du chiffre d’affaires du magasin et de la marge nette.

De la difficulté d’une rémunération variable juste et lisible pour les salariés

Carrefour, comme Auchan, avec leurs deux accords, illustrent parfaitement ce dilemme. « Une rémunération doit avoir du sens pour les salariés, que ce soit pour le fixe ou le variable, explique James Gisbert, passé par Carrefour et Système U, et à la tête aujourd’hui d’un cabinet de conseil en ingénierie sociale, Parties prenantes. Or, dès que l’on entre dans un système de rémunération variable, le salarié doit garder une visibilité sur les leviers de performance. Il faut trouver des indicateurs permanents qui aient une relation avec l’action collective. » Si une entreprise a envie de travailler sur la responsabilité sociale par exemple, les indicateurs de rémunération variable peuvent porter sur la baisse de la consommation de papier ou d’électricité. Au final, c’est autour de la table des négociations salariales annuelles, sacro-saint rendez-vous printanier, que se mesure la réussite d’une politique salariale. « La baisse de la rémunération indirecte tend la situation sociale. Elle est considérée comme un avantage maison », souligne Bruno Delaye.

L’accord d’intéressement, un instrument délicat à manier

Autant la participation est obligatoire pour toutes les entreprises de plus de 50 salariés dès lors qu’elles dégagent un bénéfice fiscal suffisant, autant l’accord d’intéressement reste au bon vouloir de l’employeur. Et se révèle un instrument délicat à manier. Comme cette entreprise du Nord de la France qui, après six ans sans bénéfices, a décidé de réintégrer dans le calcul du résultat de ses magasins le chiffre d’affaires généré par le web… Ce qui a eu pour effet de représenter 20 % de la rémunération fixe ! Ladite entreprise a dû renégocier l’accord d’intéressement avec les syndicats, et les ventes en ligne ont été exclues cette fois du calcul.

Tout aussi risqués pour les managers, les LBO. C’est quitte ou double pour ceux qui y participent. Dans le cas de Camaïeu, le top management s’est enrichi de plusieurs centaines de millions d’euros. À l’inverse, celui de Virgin s’en mord encore les doigts. « Aujourd’hui, un certain nombre de managers se retrouvent dans une situation compliquée, explique Édouard-Nicolas Dubar, associé du cabinet de recrutement Headlight International. Les fonds d’investissement ne sortent pas des enseignes, ce qui a pour effet de figer les équipes de direction. Être manager et actionnaire peut créer un conflit d’intérêts. »

Car plus le poste est élevé, plus la rémunération variable est importante, même si l’âge d’or est derrière nous, sauf pour le top management. Les syndicats de Camaïeu se sont encore offusqués, à l’automne dernier, des 700 millions d’euros de dividendes versés en six ans aux actionnaires, quand les salariés doivent se contenter des restes. Pour les cadres intermédiaires, la crise est passée par là. « Au lieu de trois mois de salaire supplémentaires, ils ont un mois et demi à deux mois, précise Anthony Buchenet, manager exécutif senior chez Michael Page. Du coup, cela incite les entreprises à imaginer des systèmes de rémunération variable moins axés sur des critères quantitatifs et davantage sur des éléments qualitatifs. » Chiffre d’affaires, marge, démarque inconnue, frais de personnel, autant de critères classiques quantitatifs sur lesquels la plupart des enseignes bâtissent un système de rémunération variable. « Cela peut ressembler à un empilage, et l’entreprise y perd en réactivité, estime un ancien directeur des ressources humaines du BHV. Rien ne vaut des instruments mensuels. »

Vers des critères plus concrets

Devant l’incertitude économique croissante – « 1 € de demain vaut moins que 1 € d’aujourd’hui » –, salariés et distributeurs trouvent la parade en mettant en place des critères plus concrets. À l’instar de Carrefour, qui, dans son nouvel accord d’intéressement, a instauré une récompense en fonction de la réussite du « parcours client ». Le « parcours client » ? Une enquête permettant de mesurer la satisfaction client. Le montant distribué résulte d’un savant calcul entre l’évolution du taux moyen de clients satisfaits d’une année sur l’autre… et peut aller jusqu’à la somme de 275 €.

Plus banale, et commune à beaucoup d’enseignes, « l’évolution des débits clients » de chaque magasin. Dans la grande distribution, l’intéressement prend souvent en compte le résultat local. C’est encore davantage le cas chez les indépendants, où chaque « associé » ou « adhérent » a sa propre politique de rémunération. Certains se portent sur la prime de performance collective liée au magasin ou au rayon, d’autres attribuent des primes plus individuelles.

La réussite d’une rémunération variable réside dans sa permanence avec des éléments récurrents et dans son équilibre. « Tout système de rémunération a une DLC, explique un expert. Il faut le changer régulièrement. » Ainsi Jean-Charles Naouri, le patron de Casino, est-il connu pour ajuster chaque année l’accord d’intéressement des salariés, s’il y a une année « sans ». Plus de sens, plus d’équité et aussi plus de simplicité. « Les systèmes de rémunération variables ressemblent moins à des usines à gaz qu’avant, renchérit Anthony Buchenet. Toutes les entreprises cherchent à simplifier. » Les avantages en termes de salaire, très culturels – un cadre chez Aldi ou Lidl ne se passerait pas d’une grosse voiture ! –, ne remplacent pas pour autant les premiers éléments de motivation qui permettent de recruter : l’intérêt du job et les possibilités d’évolution.

Les enjeux

  • La crise a eu un impact négatif sur les rémunérations variables. Participation, intéressement, bonus, avantages en nature : la tendance est à la baisse. Il y a quelques années, la part de la rémunération variable était de l’ordre de 40 % du total de la rémunération. Aujourd’hui, le curseur se place plutôt à 30 %.
  • Les primes individuelles ou collectives permettent aussi de compenser des hausses de salaire très limitées dans la grande distribution.
  • Un accord d’intéressement « intéressant » peut aider une entreprise à embaucher de nouvelles recrues. Il doit être réactif et renouvelé régulièrement.

Participation, intéressement et autres modes de rémunération

  • La participation est obligatoire dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés, dès lors qu’elles dégagent un bénéfice fiscal suffisant. Elle permet aux salariés de participer aux résultats de l’entreprise.
  • L’accord d’intéressement n’est pas obligatoire, mais est cumulable avec l’accord de participation. Il vise à associer les salariés aux résultats de l’entreprise. Il peut mettre en place d’autres critères, plus « qualitatifs », comme la démarque inconnue, les qualités managériales...
  • Les autres modes de rémunération : Les bonus, les avantages maison comme la voiture de fonction, la mutuelle, les titres restaurant, remises sur les achats, primes, l’abondement de l’entreprise dans le cadre d’un Perco, une prime de partage des profits...

  • 57,2% La part de salariésdes entreprises privées qui bénéficient de participation ou d’intéressement
    Sources chiffres : Dares 2009/ Michael Page
  • 80,2 % La part de salariés d’entreprises de plus de 500 employés qui touchent une prime, contre 10,8 % des employés de PME
  • 20% Le taux de rémunération variable en moyenne pour les salariés de la grande distribution
    Sources chiffres : Dares 2009/ Michael Page
  • 1 à 2 de mois de salaires en plus par an, le montant moyen de la rémunération variable dans la grande distribution

2 questions à Sabine Fasanelli directrice des ressources humaines chez Ikea
« La redistributiondes bénéfices auprès des salariésest un système juste »

  • LSA - En quoi consiste le programme d’intéressement d’Ikea ?
    Sabine Fasanelli -
    Ikea a lancé un programme de redistribution des bénéfices auprès de ses 136 000 salariés dans les 26 pays où nous sommes présents, sous forme de complémentaire retraite. Il s’appelle « Tack », ou « merci » en suédois. Les salariés y ont droit dès cinq ans d’ancienneté, sous forme de contribution à leur régime de retraite, contribution déterminée en fonction des bénéfices. C’est un système juste, puisque chaque collaborateur touchera la même somme lors de son départ à la retraite. Cent millions d’euros sont répartis entre tous les collaborateurs, sachant que la France est le troisième plus gros pays en termes de résultat dans le monde.
  • LSA - Pourquoi, selon vous, les systèmes de rémunération variable permettent-ils de motiver les salariés ?
    S. F. -
    Ils récompensent leur fidélité et reconnaissent la contribution des salariés à la réussite de l’entreprise. C’est essentiel pour motiver et garder nos équipes. Tack est aussi la deuxième initiative prise par Ikea dans ce domaine, après le programme « One Ikea Bonus », qui est un système de bonus lié aux performances en relation avec le niveau de chaque salaire de chaque employé.
    Propos recueillis par M. P.

« Les entreprises tendent à imaginer des systèmes de rémunération variable moins axés sur des critères quantitatifs et davantage sur des éléments qualitatifs. […] Des systèmes qui ressemblent d’ailleurs moins à des usines à gaz qu’avant. Toutes les sociétés cherchent à simplifier. »

Anthony Buchenet, manager exécutif senior chez Michæl Page

Carnet des décideurs

Philippe Guerreiro

Philippe Guerreiro

Directeur IT e-commerce et Front Office digital chez Carrefour

Lucile Bert

Lucile Bert

Directrice du développement et transformation ressources humaines chez Carrefour

Matthieu Lovery

Directeur de marché fruits, légumes, fleurs et plante du groupe Carrefour

Sabrina Maffei

Sabrina Maffei

Directrice de la création d’Ikea France

Rami Baitieh

Rami Baitieh

Directeur général de Carrefour Espagne

Jesper Brodin

Jesper Brodin

Président-directeur général d'Ikea

Enrique García Lopez

Enrique García Lopez

Directeur exécutif, commerce électronique et transfert numérique de Carrefour France

Martial Ferrandis

Martial Ferrandis

Directeur des achats DPH et non alimentaires de la Centrale Envergure

Manuel Marsaleix

Manuel Marsaleix

Directeur de marché liquides, DPH et pharmacie du groupe Carrefour

Pascal Jahan

Pascal Jahan

Directeur immobilier du groupe Carrefour

Veronica Susman

Veronica Susman

Directrice marketing marques propres de Carrefour

Charlotte Souleau

Charlotte Souleau

Directrice commerciale et marketing de Carrefour Proximité

Audrey Sonnendrecker

Audrey Sonnendrecker

Directrice de catégorie vins champagnes mousseux chez Carrefour

Emmanuel Delerm

Emmanuel Delerm

Directeur organisation et méthodes de Carrefour France

Selma Bekhechi

Directrice des relations investisseurs de Carrefour

Christophe Pioger

Christophe Pioger

Directeur concepts de Carrefour Proximité

Amélie Oudéa-Castera

Amélie Oudéa-Castera

Directrice e-commerce de Carrefour

Boris Cuvillier

Boris Cuvillier

Directeur expansion et actifs multi formats de Carrefour France

Didier Deverchere

Didier Deverchere

Directeur des achats liquides de la centrale d'achats Envergure

Guillaume Durand

Guillaume Durand

Directeur d'achat en charge du frais libre-service du groupe Carrefour

François-Melchior de Polignac

François-Melchior de Polignac

Directeur exécutif marchandises, flux et formats de Carrefour

Arnaud de Lauzières

Arnaud de Lauzières

Directeur des nouveaux concepts store de Carrefour

Daniel Mora

Daniel Mora

Directeur commercial et marketing des hypermarchés France de Carrefour

Dominique Benneteau-Wood

Dominique Benneteau-Wood

Directrice de la communication de Carrefour France

Alexandre Martin

Alexandre Martin

Directeur marketing de Carrefour Proximité

Eric  Yung

Eric Yung

Directeur général de la maison Johanès Boubée

Florence Lépany-Duval

Florence Lépany-Duval

Directrice adjointe de la communication chez Carrefour France

Fabienne Chaboche

Fabienne Chaboche

Directrice de projets chez Carrefour

David Schwarz

Vice-président senior e-commerce et des nouvelles activité digitales de Carrefour

Sébastien  Picart

Sébastien Picart

Directeur organisation supply et IT proximité de Carrefour

Teddy  Cachan

Teddy Cachan

Directeur de la rémunération et SIRH des hypermarchés de Carrefour France

Muriel Bolteau

Directrice des ressources humaines des sièges et des fonctions supports de Carrefour.

Patrick Mourgue

Directeur d'EPCS de Carrefour

Sophie  Postic

Sophie Postic

Directrice des ressources humaines de Carrefour Proximité

Guillaume Baud

Directeur du contrôle de gestion e-commerce, services et transformation digitale de Carrefour

Aurelien  Bosc

Aurelien Bosc

Directeur exécutif du contrôle financier du groupe Carrefour

Raphael Turbatte

Directeur du contrôle de gestion (FP & A) de Carrefour

Marc Duret

Directeur partenariats PME et monde agricole de Carrefour

Sandrine  Mercier

Sandrine Mercier

Directrice du développement durable du groupe Carrefou

Laurent Vallée

Laurent Vallée

Secrétaire générale du groupe Carrefour

Frédéric Haffner

Frédéric Haffner

Directeur exécutif Stratégie et M&A de Carrefour

Jérôme Nanty

Jérôme Nanty

Directeur exécutif des ressources humaines de Carrefour

Marie Cheval

Marie Cheval

Directrice digitale de Carrefour

Guillaume De Colonges

Guillaume De Colonges

Directeur exécutif de Carrefour Europe du Nord et de l’Est (Belgique, Pologne et Roumanie)

Pascal Clouzard

Pascal Clouzard

Directeur exécutif de Carrefour France

Walter Kadnar

Walter Kadnar

Président-directeur général d'Ikea France

Yaron Amar

Yaron Amar

Directeur e-commerce alimentaire de Carrefour France

Laurent Gallaire

Laurent Gallaire

Directeur de marché liquides de Carrefour France

David Pierrottet

David Pierrottet

Directeur du développement, recrutement et formation chez Carrefour

Nicolas Heron

Nicolas Heron

Directeur des relations sociales de Carrefour France

Laetitia Monjean

Laetitia Monjean

Directrice emploi, mobilité et carrières du groupe Carrefour

Franck Noel-Fontana

Franck Noel-Fontana

Directeur prévisions et planification de Carrefour

Anne-Laure Klein

Anne-Laure Klein

Directrice de la stratégie du groupe Carrefour

Celine Martin

Celine Martin

Directrice expérience clients et innovations des hypermarchés France de Carrefour

Michael Barraud

Michael Barraud

Directeur d'enseigne du groupe Carrefour

Olivier Baraille

Olivier Baraille

PDG d’Ikea France

Marc Delage

Directeur de la catégorie lait du groupe Carrefour

Pierre Bouillon

Directeur de cabinet du président-directeur général de Carrefour

Elisabeth Da Costa

Elisabeth Da Costa

Directrice de projets organisation au sein de la direction générale du groupe Carrefour

Stéphane Vaudoit

Stéphane Vaudoit

Directeur de marché épicerie chez Carrefour

Laurent Delpey

Laurent Delpey

Directeur de la catégorie vins du groupe Carrefour

Lydia Carignano

Lydia Carignano

Directrice des ressources humaines de Carrefour Proximité France

Mathilde Rodié

Directrice communication financière et relations investisseurs du groupe Carrefour

Isabelle Van Steenbrugghe

Isabelle Van Steenbrugghe

Directrice de la formation des hypermarchés Carrefour

Camille Richert

Camille Richert

Directeur du développement commercial des supermarchés PGC du groupe Carrefour

Mickael Lomet

Mickael Lomet

Directeur des ressources humaines de Carrefour Market

Sébastien Cayla

Directeur contrôle de gestion des Hypermarchés France du groupe Carrefour

David Fernandes

David Fernandes

Directeur du contrôle de gestion Supply Chain du groupe Carrefour

Baya Haber

Baya Haber

Directrice de l'identité visuelle de Carrefour France

Eric Sauvage

Secrétaire général de Carrefour France

Laurence Gonnet-Marillier

Laurence Gonnet-Marillier

Directrice des finances, de la gestion e-commerce et Data clients de Carrefour France

Hervé Flambard

Hervé Flambard

Directeur de l'entité supermarchés Carrefour

Pierre Fournis

Pierre Fournis

Directeur transport amont de Carrefour

Richard Vavasseur

Richard Vavasseur

Directeur des marques premium chez Carrefour

Thierry Roger

Thierry Roger

Directeur de l'espace emploi France de Carrefour

Florence Batchourine

Florence Batchourine

Directrice flux et approvisionnement de Carrefour France

Christophe Rabatel

Directeur exécutif proximité et Cash & Carry France, groupe Carrefour

Laurent Delabarre

Directeur exécutif du contrôle financier du groupe Carrefour

Philippe Thobie

Philippe Thobie

Directeur du marketing et de la marque Monoprix

Eric Fuchs

Eric Fuchs

Directeur du développement online et multicanal non alimentaire du groupe Carrefour

Anders Bylund

Anders Bylund

Directeur de la communication d’Inter Ikea Group

Emmanuel Rochedix

Emmanuel Rochedix

Directeur de la culture du groupe Carrefour

Renaud de Barbuat

Renaud de Barbuat

Directeur des systèmes d'information de Carrefour

Marie-Hélène Chavigny

Marie-Hélène Chavigny

Directrice des ressources humaines de Carrefour Market

Pierre-Yves Menguy

Directeur régional des hypers Champagne de Carrefour

Jérôme Hamrit

Jérôme Hamrit

Directeur des produits de grande consommation (PGC) de Carrefour France

Thierry Pélissier

Thierry Pélissier

Directeur marketing de Carrefour France

Fréderic Juvin

Fréderic Juvin

Directeur des concepts Hypermarchés de Carrefour France

Luc Lamazzi

Luc Lamazzi

Directeur hypermarché du groupe Carrefour

Françoise Clément

Françoise Clément

Directrice textile France et international de Carrefour

Béatrice Leroux-Barraux

Béatrice Leroux-Barraux

Directrice de Carrefour Media

Aurélien Masson

Aurélien Masson

Directeur général adjoint d’Ikea Industry

Robert Halley

Président d'honneur du conseil d'administration de Carrefour
Cofondateur du groupe Promodès

Sébastien Mesnil

Sébastien Mesnil

Directeur produits & services numériques de Carrefour

Gilles Hébert

Directeur régional de Carrefour Proximité Sud-Ouest

Katy Goron

Katy Goron

Directrice des marques Carrefour Beauté & Enfants

Bertrand Swiderski

Bertrand Swiderski

Directeur du développement durable du groupe Carrefour

Mathilde Tabary

Mathilde Tabary

Directrice du développement social et diversité de Carrefour

Gauthier Durand Delbecque

Gauthier Durand Delbecque

Directeur banque, services et projets du groupe Carrefour

Hervé Parizot

Hervé Parizot

Directeur exécutif e-commerce et data clients de Carrefour France

Tony Védie

Tony Védie

Médiateur des relations commerciales agricoles du groupe Carrefour

Eric Uzan

Eric Uzan

Directeur exécutif de Carrefour Italie

Laurent Bataille

Laurent Bataille

Directeur technique France et support pays de Carrefour

Stéphane Thouin

Stéphane Thouin

Directeur exécutif partenariat international de Carrefour

Georges Ralli

Vice-président du conseil d’administration du groupe Carrefour

Jérôme Bédier

Jérôme Bédier

Directeur général délégué et secrétaire général de Carrefour

Pierre-Jean Sivignon

Pierre-Jean Sivignon

Directeur général délégué et directeur exécutif finances et gestion de Carrefour

Bertrand Fialip

Bertrand Fialip

Directeur développement social et rémunérations d'Ikea France

Mathias Kamprad

Mathias Kamprad

Président d’Inter Ikea Group

Tomas Rask

Tomas Rask

Directeur d'Inter Ikea Centre Group France

Amaury De Sèze

Amaury De Sèze

Président du conseil d'administration du groupe Carrefour

Charles Desmartis

Charles Desmartis

Directeur général de Carrefour Brésil

Philippe Vahé

Philippe Vahé

Directeur design du groupe Carrefour

Jocelyne Lecourt

Directrice de marché au sein de Carrefour

Laurent Saingarraud

Laurent Saingarraud

Directeur du développement d’Inter Ikea Centre France

Alexandre Bompard

Alexandre Bompard

Président-directeur général du groupe Carrefour

Guillaume Halley

Guillaume Halley

Président-directeur général de deux Carrefour Market et du château La Dauphine

Georges Plassat

Georges Plassat

Président-directeur général de Carrefour

Alessandra Girolami

Alessandra Girolami

Directrice de la communication financière de Carrefour

Jean Richard de Latour

Jean Richard de Latour

Directeur du cabinet du président-directeur général de Carrefour

Jeanne Dubarry de Lassalle

Directrice du plan stratégique du groupe Carrefour

Stéphanie Jourdan

Stéphanie Jourdan

Directrice marketing d’Ikea France

Anne Carron

Anne Carron

Directrice des ressources humaines du groupe Carrefour

Marie Mokhtari

Marie Mokhtari

Manager marketing recherche & innovation de SteamOne pour l'Europe et l'Amérique du Nord

Nathalie Namade

Directrice des affaires publiques au sein du groupe Carrefour

Eric Legros

Eric Legros

Directeur général de MAF Retail, partenaire franchisé de Carrefour

Stéphane Bourdier

Directeur des opérations supermarchés France de Carrefour Property

Noël Prioux

Noël Prioux

Directeur exécutif de Carrefour France

Florent Grenier

Directeur de l’hypermarché Carrefour de Berck

Christian Frechon

Christian Frechon

Directeur commercial d'Inter Ikea Centre Group France

Sébastien Vanhoove

Sébastien Vanhoove

Directeur des opérations de Carrefour Property

Eric Bourgeois

Eric Bourgeois

Directeur des hypermarchés Carrefour France

Jean Baptiste Dernoncourt

Jean Baptiste Dernoncourt

Directeur exécutif de Carrefour Roumanie

Dariusz Rychert

Directeur financier d’Ikea France

Bruno Lebon

Bruno Lebon

Directeur des produits frais traditionnels de Carrefour

Mathilde Lemoine

Mathilde Lemoine

Administratrice indépendante chez Carrefour

Thomas Martin Hübner

Directeur exécutif Europe de Carrefour

Thierry Quaranta

Directeur des opérations logistiques our la France de Carrefour

Mikael Ohlsson

Mikael Ohlsson

Président-directeur général d'IKEA entre 2009 et 2013

Peter Agnefjäll

Peter Agnefjäll

Président-directeur général du groupe Ikea

Nadia Bothorel

Directrice générale adjointe d'Ikea France

Patrick Rouvillois

Patrick Rouvillois

Vice-président directeur général pour l'international de Barnes & Noble

Florence Delagneau

Directrice du Carrefour d'Hazebrouck

Grégoire Kaufman

Grégoire Kaufman

Directeur commercial et marketing de Carrefour Italie

Alexandre Millet

Alexandre Millet

Directeur général adjoint des hypermarchés Carrefour Maroc

David Duboille

Directeur pour l’hypermarché Carrefour de Romorantin

Alain Rabec

Alain Rabec

Directeur exécutif des hypermarchés Carrefour.

Patrice Zygband

Patrice Zygband

Directeur exécutif marchandises, Supply Chain et systèmes du groupe Carrefour

Sylvain Ferry

Sylvain Ferry

Directeur opérationnel du Bassin Ile-de-France pour les hypermarchés Carrefour

Philippe Lartigue

Philippe Lartigue

Directeur opérationnel du Bassin Grand Ouest pour les Hypermarchés Carrefour

Patrice Lespagnol

Patrice Lespagnol

Directeur opérationnel du Bassin Sud Est pour les Hypermarchés Carrefour

Frédéric Ebling

Frédéric Ebling

Directeur des affaires publiques de Carrefour France

Isabelle Calvez

Isabelle Calvez

Directrice des ressources humaines de Carrefour France

Sébastien Bazin

Sébastien Bazin

Vice-président du conseil d'administration de Carrefour

Ingvar Kamprad

Ingvar Kamprad

Fondateur d'Ikea

Hélène Taboury

Hélène Taboury

Directrice adjointe de la communication de Carrefour

Vincent Abello

Vincent Abello

Directeur marchandise et Supply Chain de Carrefour France

Marie-Noëlle Brouaux

Marie-Noëlle Brouaux

Directrice de la communication de Carrefour

Sabine Fasanelli

Sabine Fasanelli

Directrice du changement et de la communication pour la transformation multicanal du groupe Ikea.

Hervé Skornik

Directeur non-alimentaire et e-commerce de Carrefour

Thierry Garnier

Thierry Garnier

Président et directeur exécutif de Carrefour Chine, directeur exécutif zone grande Chine

Richard Vathaire

Richard Vathaire

Directeur de projets Europe d'Ikea Centres

Marie-odile Mann

Directrice générale adjointe d'Ikea France

Stefan Vanoverbeke

Stefan Vanoverbeke

Directeur général d'Ikea France

Jean Halley

Fondateur de Promodès

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2330

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA