Franchise Expo Paris 2014

Centrakor, la déco discount qui fait des émules

|

Dossier En dix ans, le réseau a ouvert près de 200 magasinsgrâce à un ticket d’entrée modique, et à la latitudelaissée aux patrons pour adapter leur offre.

Avoir des prix bas pour des articles de décoration et d’aménagement, le tout dans un cadre le plus agréable possible : le postulat de base de Centrakor est simple. Et à en juger par l’impressionnante expansion du réseau, il est efficace. Lorsqu’Olivier Rondolotto – ex-acheteur pour une société d’import qui fournissait Centrakor – reprend l’entreprise en 2004, elle n’est alors qu’une centrale d’achats approvisionnant une quarantaine de bazars indépendants. Mais à force d’adhésions et d’acquisitions – la chaîne Malin Plaisir, comptant une quarantaine de boutiques, est rachetée en propre –, le réseau s’est étoffé, avec des points de vente de 1 200 à 1 300 m2 en moyenne. Ils font la part belle à l’univers de la droguerie, de la cuisine, de l’hygiène-beauté, du bricolage

Terroir et passions

Avec un catalogue distribué dans les boîtes aux lettres tous les quinze jours, Centrakor renouvelle ses assortiments, et l’intérêt des consommateurs. Avec un petit plus : la latitude laissée aux adhérents pour proposer des produits liés à la région ou à leurs passions. L’un d’entre eux, fan d’équitation, a installé un petit rayon dédié dans son point de vente. « Dans l’année qui suit l’ouverture, les adhérents nous suivent pas à pas dans le déploiement du concept. Mais au bout de un an ou deux, ils adaptent leur offre en fonction du concept », estime Olivier Rondolotto. Une liberté de choix non anodine. « Regardez ce qui fonctionne le mieux dans les GMS aujourd’hui. Ce sont les indépendants, comme Intermarché ou Système U. Ce sont des patrons de PM€, qui sont dans leur magasin ! », poursuit-il. La croissance tient aussi à une petite astuce. Car techniquement parlant, Centrakor ne se développe pas en franchise, mais en concession d’enseignes, ce qui implique un coût moindre pour les adhérents. Quel que soit le chiffre d’affaires du magasin, la cotisation reste la même, à 1 100 € par mois.

En chiffres

  • 220 magasins, dont plus de 150 sous l’enseigne Centrakor
  • 350 M € de chiffre d’affaires en 2013, à + 11% versus 2012
  • 18-20 € de ticket moyen
  • 26 inaugurations en 2013
  • 13 ouvertures déjà signées pour 2014
Source : Centrakor

Des magasins qui annoncent la couleur

Bazar, déco, loisirs et cadeaux. La signalétique présente sur les façades rappelle la vocation de l’enseigne, tout comme la signature « Centrakor, j’adore », empruntée au chanteur Philippe Katerine.

Pour tous et à tous les prix

Tabouret de bar à 30 €, portemanteau à 8 €, lampe à 5 €... éléments de rangement, de décoration ou de cuisine, l’offre se révèle large, avec une majorité de prix très bas.

Susciter l’envie en permanence

Pour créer du trafic en magasins et faire venir les consommateurs régulièrement, Centrakor édite un catalogue tous les quinze jours, distribué dans les boîtes aux lettres.

 

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message