Centre commercial Qwartz : premier bilan sur un an et projet d’extension... déjà !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

BILAN Altarea-Cogedim ouvrait Quartz à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) le 9 avril 2014. A moins d’un an de son premier anniversaire le centre a déjà atteint les 350M€ de chiffre d’affaires et a accueilli 7 millions de visiteurs en 2014. Si son espace modulable Expérience Store Qwartz & Co semble s’être imposé comme expérimentateur de marques, les bornes fixes de sa Cité du e-commerce s’avèrent détrônées par le m-commerce sur mobiles. Reste que le potentiel de sa zone de chalandise, dans une zone francilienne en pleine expansion, justifie (déjà) des velléités d’extension.

L’Experience Store, espace modulable de 200 m² du centre commercial Qwartz a déjà permis à ses clients de découvrir les marques Neoshop (produits issus des start-ups), Color Industry (street-sportwear), Aight (montres design), JED Original (tee-shirts urbains). En ce moment c’est la marque Yamaha instruments qui convie les visiteurs à la découverte de la musique.
L’Experience Store, espace modulable de 200 m² du centre commercial Qwartz a déjà permis à ses clients de découvrir les marques Neoshop (produits issus des start-ups), Color Industry (street-sportwear), Aight (montres design), JED Original (tee-shirts urbains). En ce moment c’est la marque Yamaha instruments qui convie les visiteurs à la découverte de la musique.

Le 9 avril prochain, le centre commercial Quartz ouvert en 2014 à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) aura un an tout juste. L’occasion pour Altarea-Cogedim de tirer un premier bilan «officiel », sur l’une de ses innovations : son Expérience Store Qwartz & Co, un espace modulable dédié à l’accueil de nouvelles marques. Mais LSA a aussi recueilli quelques confidences sur une autre de ses expérimentations, la Cité du e-commerce sorte d’hydride du lieu de shopping physique et du commerce virtuel. Enfin, si elle est loin d’être encore programmée, nous avons su qu’une extension de Qwartz était possible…

L’Experience Store «incubateur de jeunes enseignes »

Auto-satisfecit pour l’Experience Store, dans lequel Altarea-Cogedim voit un «incubateur de jeunes enseignes ». Rappelons qu’il s’agit d’un espace modulable de 200 m² dédié propre à héberger pour 3 à 6 mois des marques absentes du centre. «Depuis sa création, Qwatz & Co a accueilli de jeunes enseignes qui y ont trouvé un véritable tremplin pour se faire connaître auprès du grand public » souligne le communiqué de la foncière. Depuis son ouverture l’espace a ainsi accueilli Neoshop, concept à l’initiative de Laval Mayenne Technopole qui propose à la vente des produits issus des start-ups ; Color Industry, un «pure Player web » sur le marché street-sportwear proposant des vêtements et accessoires haute qualité ; de même qu’Aight dédié à la vente de montres ultra-colorées. L’expérience a été spécialement réussie pour JED Original, spécialisé dans la création de tee-shirts au look urbain qui projette son premier test de distribution en physique à Qwartz. Et l’aventure continue… en musique avec Yamaha. Nous parlons bien ici de la marque d’instruments musicaux qui initiera les visiteurs jusqu’au 21 mars avec l’animation « I play Yamaha ».

La Cité du e-commerce à l’heure des mobiles !

Un autre pari de Qwartz était la Cité du e-commerce. Soit une dizaine de bornes interactives - conçues en collaboration avec RueDuCommerce.com, branche d’Altarea-Cogedim – installées dans le mall même de Qwartz. Spécialisées par thèmes (maison et objets connectés) ou dédiées à une marque, chacune sélectionne une centaine de références «best of ». Déjà, plus d’un professionnel était sceptique sur cet hybride de commerce virtuel et de shopping physique. Si ladite Cité a enregistré quelque 40 000 visites depuis sa création, la «foncière connectée » concède que l’idée d’installer des bornes fixes est par trop statique quand tout se passe… sur les instruments mobiles. Et lors de sa dernière présentation de résultats, Altarea-Cogedim annonçait un projet beaucoup plus ample, avec la Digital Factory. En combinant les savoir-faire des équipes d’Altarea Commerce et de Rue du Commerce, le Groupe a en effet mis au point une « Data Management Plateform » (DMP), plateforme unifiée de traitement des données permettant d’analyser et comprendre les comportements clients tant dans les univers physiques que digitaux.

Le seuil des 7 millions de visiteurs atteint

Pour mémoire, les promoteurs de Qwartz se donnaient pour objectif 10 à 11 millions de visiteurs en «vitesse de croisière» et 300 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel prévisionnel a minima en année une. Or le premier bilan fait état d’un chiffre d’affaires de… 350 millions avec 7 millions de visiteurs en 2014.

La réserve pour s’agrandir

Mais… retour à une information bien physique – et même ‘‘terrain’’ - également dévoilée lors de la publication des résultats de la foncière : un an à peine après son ouverture Qwartz pense déjà extension ! La réserve foncière existe pour 20 à 30 000 m². Ce qui serait l’occasion d’installer en ‘‘vrai’’ centre commercial «des enseignes différentes de celles qui s’expriment dans les retail-parks, notamment en équipement de la maison » a confié Gilles Boissonnet, président d’Altarea Commerces. Double allusion aux voisinages présents et futurs de Qwartz. Celui-ci se situe en effet à quelque 600 m de l’espace commercial des Chanteraines (23 000 m² ouverts en 2006), également dans le patrimoine d’Altarea-Cogedim, avec Décathlon, la Fnac, Boulanger, Lapeyre, Casa, CulturaTandis que la Compagnie de Phalsbourg doit ouvrir en avril prochain à Gennevilliers (92) le retail-park Enox (26 300 m²) avec Leroy Merlin, But, Tati, Zodio, Maisons du Monde, Darty… Pour le moment aucun calendrier n’a été donné pour possible extension de Qwartz. Quant à sa justification, Gilles Boissonnet la donnait déjà lors de l’ouverture de la première tranche du centre, il y a moins d’un an. Le centre rayonnant sur une zone de chalandise d’un million d’habitant à 15 mn, à la confluence des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val d’Oise, «nous sommes au cœur de l’un des derniers poumons d’extension foncière des Hauts-de-Seine proches de Paris. Quelque 900 000 m² de bureaux sont programmés, dont de nombreux sièges sociaux, de même que des logements, ce qui drainera une nouvelle population du secteur tertiaire. Quelque 150 000 nouveaux habitants sont ainsi attendus d’ici 2015, et même 500 000 à plus longue échéance».

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

2 commentaires

SoDi

24/03/2015 22h10 - SoDi

Un an que j'y bosse, plusieurs boutiques ont fermé / vont fermées ... pendant des mois, aucun réseau 3g , la 4g j'en parle pas ... super pour faire des tests chez SFR / Orange ou Bouygues ... Y a que primark qui marche , le reste , on vend à perte ... ca , personne le dit ...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Belle

16/06/2017 22h08 - Belle

Centre commercial MORIBOND..!!!! Une horreur.. Un massacre...! Mal situé..! Il n'a rien à faire à cet endroit....!!! Il finira par fermer ..!

Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA