Cercle vertueux

|

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes... pour les liquides. Confirmant les très bons et surprenants résultats de 2009, le secteur ressort encore sur le premier semestre 2010 comme le meilleur élève des produits de grande consommation. Avec une progression de son chiffre d'affaires (+ 6,1%) et de ses ventes (+ 4,2%) deux fois supérieure à celle du marché selon SymphonyIRI, les boissons remportent haut la main le prix de la plus belle croissance, devant le frais non laitier (+ 5,6%) et l'entretien (+ 3,3%). Sans oublier les performances individuelles des catégories stars comme les BRSA gazeuses et non gazeuses, les bières, la vodka, le whisky ou encore le champagne, qui dépassent les 8% de progression. Et l'été 2010, même s'il s'est révélé moins clément que l'an dernier et devrait donc être moins bon sur le plan strictement comptable, n'est pas de nature à changer la donne. Car les fondamentaux sont là. Et bien là !

« Le secteur est entré dans un cercle vertueux », estiment les experts. Il y a bien sûr le recentrage de la consommation à domicile au détriment des cafés et restaurants, qui porte structurellement et de façon durable le marché. Mais il y a aussi, et surtout, le travail de valorisation engagé par les industriels, par tous les industriels, et ce tant du côté des boissons non alcoolisées que des alcoolisées. Ce qui fait la différence, c'est bel et bien cette stratégie des marques, visible chez Pernod-Ricard comme chez Coca-Cola, qui se traduit par des innovations multiples, certes pas toutes révolutionnaires mais en phase avec les attentes des clients.

Ce qui fait la différence [pour les liquides], c’est bien et bien la stratégie desmarques, qui se traduit par des innovations […] en phase avec les attentes des consommateurs.

Et les consommateurs le leur rendent bien. Selon une étude Shopper de Symphony Insights, non seulement les Français intègrent désormais automatiquement les liquides et même plus précisément des marques dans leurs listes de courses (le taux de prévision d'achat a bondi de 10 points en cinq ans, à 90%, tandis que le taux de prédétermination à la marque faisait un saut de 15 points, à 53%), mais ils guettent et attendent toujours plus de nouveautés. Un régal pour les industriels, qui se doivent toutefois de faire preuve d'inventivité ! Éduqués à un fort renouvellement de l'offre, les consommateurs en redemandent, guidés par la recherche de nouveaux goûts et toujours et encore de plaisir. Une donnée essentielle sur ce secteur, au moins autant que sur les cosmétiques et le chocolat. C'est dire...

Aussi, et sans tomber dans un optimisme béat qui ferait oublier les caprices, imprévisibles par nature, de l'économie et de la météo, tout laisse à penser que le gisement de croissance que représentent les liquides n'est pas prêt de se tarir. Mieux, selon les industriels eux-mêmes, cette source serait encore largement sous-exploitée en France. Quand on vous dit, que tout va bien dans le meilleur des mondes...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2HSB2010

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous