Ces 10 tendances alimentaires à ne pas rater

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Produits hyper protéinés, flexitarisme, process de fabrication artisanaux valorisés… Décryptage des 10 tendances lourdes dans l’agroalimentaire à l’occasion du salon Alimentarias, qui se tient à Barcelone du 25 au 28 avril 2016.

Le salon Alimentarias, à Barcelone, est l'occasion de décrypter des grandes tendances de consommation.
Le salon Alimentarias, à Barcelone, est l'occasion de décrypter des grandes tendances de consommation.

Chips de graines de shia, yaourts au lait de riz, burger avec un steak haché sans bœuf. Ces produits ne sont pas seulement l’apanage des boutiques bio, elles deviennent des alternatives de plus en plus prisées par les consommateurs qui aspirent à une alimentation globalement plus saine... même si la gourmandise reste un péché véniel assumé. Tour d’horizon, avec le cabinet Innova market insights, des tendances lourdes constatées à l’échelle européenne dans l'alimentation.

1. Des étiquettes claires
27% des Européens aimeraient arrêter de consommer des produits transformés. Un chiffre à la hausse auquel plusieurs fabricants ont trouvé une réponse judicieuse : une liste d’ingrédients claire, preuve de la transparence de leur recette. Certains n’hésitent pas à mettre en scène les ingrédients. En France, la marque Marie en a fait le nom d’une gamme de pâtes à tarte, nommée "Tout simplement", où la liste se veut aussi courte que rassurante.

2. L’effet flexitarien
Ces végétariens, version soft, qui s’autorisent de la viande mais en consomment peu, sont une cible à ne pas manquer. Innova market insight estime en effet que cette population a grossi de 25 % entre 2011 et 2015 ! Nuggets de légumes pour les bambins, salami vegan et autres alternatives se développent. A noter que Carrefour s’est emparé de cette nouvelle attente avec une marque Carrefour Veggie développée en France.

3. Le règne du « sans »

Ils seraient désormais 12 % à désirer des produits sans gluten, soit une hausse de 30 % entre 2011 et 2015. Et 3 % éviteraient le lactose (+25 %). Si ces clients constituent encore une niche, l’image est telle que certains produits, naturellement sans gluten ou lactose, se targuent même de cette absence ! L’offre se développe, le cabinet Innova market insights note en effet un bond de 26 % de produits portant ses mentions « sans » ces quatre dernières années.

4. Les process naturels valorisés
Autre levier à actionner pour renforcer la naturalité des produits, miser sur des modes de fabrication naturels et ancestraux. La cuisson "douce", "lente", est valorisée par les acteurs des plats préparés aux rayons frais ou rayon épicerie. La marque de yaourts américaine Chobani a baptisé son produit "simply" en indiquant que seule la fermentation participait au rendu de son produit laitier. Une pub, diffusée en début d’année où Chobani attaque ses rivaux Danone et Nestlé sur les ajouts dans l'élaboration de leurs mets, a ailleurs mené les mastodontes des yaourts devant les tribunaux.

5. Feu vert pour les légumes
Ces végétaux n’ont jamais eu aussi bonne presse ! Si leurs bienfaits ne sont plus à démontrer, leur hégémonie s’étale désormais dans de nombreuses catégories de produits. Pour les jus de fruits par exemple, un quart des nouveautés commercialisées en 2015 possède au moins un légume dans leur composition, contre 16% en 2011. Autre tendance qui en découle, la soupe acquiert ses lettres de noblesse. En Espagne, les soupes froides ou chaudes se font de plus en plus premium, à l’instar de la marque Tio.

6. Back to basics
Le retour aux sources est aussi un nouveau motif récurrent dans le marketing de ces produits. Les photos de famille, de producteurs, sont autant de liens vers l’origine des produits qui tendent à rassurer les consommateurs. Le développement des Indications géographiques protégées (IGP) atteste de cette quête du retour à la terre.

7. Des petites entreprises aux grandes idées
Des PME agiles à ne pas oublier, c’est le conseil que donne Innova market insight. Les distributeurs français auront le choix de se tourner vers ces sociétés de taille modeste. Yooji, les Siphonés, les Toqués du fruit… Tous ont su proposer un produit dans l’air du temps.

8. Plus loin que les athlètes
Les produits hyper protéinés gardent le rythme. Ces produits, créés à l’origine pour rassasier les adeptes de sport, sont aujourd’hui plébiscités par le plus grand nombre. Les yaourts hyper protéinés sont un bel exemple en matière de diversification. Danone, Yoplait, les marques propres :  tous ont innové avec une référence hyper protéinée.

9. L’alibi d’indulgence
Craquer oui, mais pas pour n’importe quoi. Voilà résumée cette mode qui s’ancre de plus en plus, nommée élégamment l’alibi d’indulgence. Les chips poppées ou aux légumes en sont un bon exemple. Nestlé a également sorti des chocolats moins gras avec des noisettes et autres fruits secs, pour proposer des encas ou gourmandises –presque– sains.

10. Envie d’ailleurs
C’est une tendance qui perdure mais se renouvelle sans cesse. Les produits exotiques restent une niche de marché qui participe à renouveler l’offre. La touche d’exotisme du moment ? Les saveurs d’Asie ont la côte !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA