[CES 2017] French Tech, économie numérique, taxe sur l'innovation... Ce que pensent Michel Sapin et Axelle Lemaire

Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances, et Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation sont venus au CES pour défendre avec ferveur les start-up de la French Tech. Ils se sont exprimés devant une vingtaine de journalistes le 5 janvier 2017. LSA y était.

Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation, et Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances, le 5 janvier 2017 au CES de Las Vegas.
Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation, et Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances, le 5 janvier 2017 au CES de Las Vegas.© LSA

Ils ont arpenté les stands, testé les innovations et se prêtés au jeu des démonstrations. Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances, et Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation, ont véritablement joué le jeu au CES de Las Vegas, qui se tient jusqu’au 8 janvier 2017.

 

Objectif avoué de cet investissement en apparence ludique : défendre la délégation française, deuxième délégation mondiale juste derrière les Etats-Unis et sur laquelle reposent de nombreux espoirs en termes de rayonnement français à l’international. Florilège des sujets abordés devant une petite vingtaine de médias, dont LSA…

A propos du succès de la French Tech

Michel Sapin : "Il y a eu des politiques publiques efficaces et un formidable état d’esprit ces dernières années. Bien sûr, il faut faire de l’autocritique, mais je refuse de minorer le succès des start-up françaises, qui sont aujourd’hui citées en exemple partout dans le monde".

A propos de la pérennité des start-up

Michel Sapin : "On arrive à faire émerger les start-up mais on peut encore améliorer le dispositif en les accompagnant davantage pour les faire grandir en France. Il faut aussi améliorer les liens entre jeunes pousses et grandes entreprises, et rééquilibrer les rapports".

A propos des entreprises étrangères qui ne paient pas (encore) d’impôt en France

Michel Sapin : "Nous avons tous les outils pour que ces sociétés paient désormais leurs impôts en France. Mais il faut aussi qu’il y est un système d’échange des informations internationales, car sinon ces sociétés continueront à échapper au paiement de l’impôt. En France et partout ailleurs".

A propos d’une taxe spécifique sur l’innovation numérique

Axelle Lemaire : "C’est une idée très ancienne, mais nous devons instaurer une sécurité fiscale pour les acteurs économiques et ne pas faire de cas par cas. Une taxe sur les robots est par exemple préjudiciable à la société. Taxer les bénéfices oui, nuire aux jeunes acteurs non".

A propos de l’économie collaborative

Michel Sapin : "L’économie collaborative apporte des services nouveaux qui aident nos concitoyens. Mais la concurrence entre ces acteurs et les acteurs traditionnels ne doit pas être déloyale. Tout revenu doit être déclaré".

A propos de la data

Axelle Lemaire : "La donnée est désormais le nerf de la guerre. C’est le trésor de certaines sociétés, comme Uber ou Waze. Mais il est du rôle des pouvoirs publics de garder la main sur cette collecte massive qui concerne directement les citoyens et de bien comprendre le phénomène des algorithmes". 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message