Ces commerçants qui font – vraiment –gagner de l’argent à leurs clients !

TRIBUNE D'EXPERTSPUBLI-RÉDACTIONNEL Parmi les initiatives de créativité commerciale que la crise inspire ici et là, les études de shopperMind signalent une aspiration profonde qui, avec le digital, ouvre une perspective réellement nouvelle : «gagner de l’argent » grâce à ses commerçants!

altavia

Altavia  décrypte pour vous les nouvelles  attentes des consom’acteurs et les innovations retail qui y répondent.

 

Chaque semaine découvrez en avant-première une des 10 attentes fondamentales des consom’acteurs = les valeurs shopper,  identifiées par shopperMind, l’observatoire du comportement shopper et des évolutions du commerce du groupe Altavia.

 

La Valeur Shopper de la semaine : «Gagner de l’argent»

Une promesse économique si centrale (et donc ressassée !) qu’il faut être réellement créatif et innovant pour émerger. 3 exemples :

 

1 – Faire rimer « économies » avec «usage» et « service »

1 mois de couches (144 couches) livrées chez vous gratuitement et à votre rythme de consommation …  c’est fort, mais en plus si vous achetez un mois de couches, on vous offre 50% de réduction sur un mois de LESSIVE ! C’est l’offre économiquement anti-stress que propose Amazon aux jeunes mamans: gagner de l’argent, en partenariat avec Procter !

 

2 – Réenchanter l’expérience des promotions.

Les nouvelles technos rendent les enseignes hyper créatives, ainsi avec Migros en Turquie :  secouez votre smartphone pour obtenir des réductions. Moderne, ludique

 

3 – Réduire «les frais de shopping »

La chute de fréquentation des hypers et supermarchés est en partie imputable à la hausse du  prix de l’essence. Walmart, Coles, Whoolworths proposent des réductions sur la note de carburant, souvent en fin de mois. Résultat : un impact direct sur l’image prix de l’enseigne.

 

Suivez toutes les innovations les plus marquantes du retail sur ALTAVIA WATCH :    

 

Un client n’est-il qu’un acheteur potentiel en visite dans un magasin ?

Et si on regardait le client non seulement comme un acheteur, mais comme un usager et un vendeur ? Et si on considérait le magasin comme un lieu où on l’on gagne de l’argent, non seulement en y achetant moins cher, mais aussi en y vendant quelque chose, dont on n’a plus l’usage par exemple !

L’idée du client-vendeur, auquel on fait littéralement gagner de l’argent, est moins saugrenue et marginale qu’il n’y paraît. Avec le numérique, cette approche déjà ancienne semble bel et bien se transformer en tendance de fond.

Souvenons-nous que dès le XIXème siècle, des enseignes ont inclus ces « clients-vendeurs » dans leur modèle économique, à l’instar des librairies Gibert Joseph qui vendent et achètent à leurs clients des livres scolaires depuis 1888.

Toujours en rayon virtuel et physique et bien avant la FNAC, Amazon ou LeBoncoin,  Gibert aligne les livres neufs et d’occasion. Le rachat de livres et de disques à ses propres clients fait partie du modèle de référence de l’enseigne.

 

Les clients aiment vendre.

Les clients du réseau Micromania vendent les jeux vidéo qu’ils ne souhaitent pas conserver en profitant, non seulement de la «logistique magasins », mais aussi de l’expertise et de la garantie que l’enseigne appose sur les marchandises de ses clients.

La Fnac et son offre « Fnac gaming » va jusqu’à stimuler financièrement ses « clients-vendeurs » en abondant régulièrement sur la valeur de la reprise : en ce moment, un client gagne 10€ de prime, à partir de 2 jeux vendus ! 

La Fnac a élargi le concept à l’ensemble des catégories. Et la revente peut se faire directement sans passer par le magasin. Une place de marché CtoC.

 

Trocathlon, un des grands temps forts de l’enseigne Décathlon, joue sur la popularité renaissante du troc ; on y revend chaque année dans une tente montée sur le parking, son vieux matériel de sport en échange de bons d’achat valables dans ce marché éphémère, véritable monnaie de troc – et plus tard dans le magasin, comme une authentique monnaie d’achat.

L’idée du ‘’troc sur parking’’ a été enrichie par le magasin associé Intermarché de Péronne qui a créé pour le bénéfice d’une association : le Family Troc Day.

Echanger les produits dont on n’a plus besoin grâce à un magasin, c’est aussi une manière de gagner de l’argent. Sur 8000 habitants de Péronne, 2500 se sont déplacés pour  l’événement et 4000 objets ont été échangés.

 

Marginal et anecdotique ? Pas si sûr !

Il va de soi que la révolution numérique, qui booste les conversations, les liens, les échanges, agit comme un amplificateur des velléités de nos concitoyens à – littéralement -  « gagner de l’argent » grâce à leurs commerçants, qu’ils opèrent en ligne ou dans le monde physique.

Pour ne citer qu’un exemple, songeons à l’un des magasins en ligne préférés des français, celui où les clients passent le plus de temps à chaque visite, et qu’ils fréquentent en majorité chaque jour. Un magasin qui compte autant de clients-vendeurs que de clients-acheteurs : Le Bon Coin.

Les études le montrent, les français considèrent Le Bon Coin non comme un site d’annonces, mais bien comme une ‘’enseigne’’, un magasin où ils aiment passer du temps et qui leur « fait gagner du temps » (une des 10 valeurs shopper) ; un magasin où non seulement ils peuvent réaliser de belles économies, mais où ils peuvent aussi gagner réellement de l’argent.

 

Le BON COIN site d’annonces ou plateforme de peer to peer ? Pour les Français, c’est tout simplement un magasin !

 

Le phénomène est loin d’être négligeable :  3 600 000 Français vont y faire une visite tous les jours ; 10 000 téléphones portables et 45 000 jouets y ont été mis en vente le jour de Noël, 705 000 paires de chaussures y sont en vente, tant du fait de professionnels que de particuliers ….

Et on assiste en direct à la création d’une ‘’nouvelle économie’’ celle d’un shopper qui veut ‘’gagner de l’argent ‘’  en revendant pour mieux acheter… en achetant pour mieux revendre et en privilégiant l’usage à la propriété. Un client qui utilise son magasin deux fois : pour vendre, et pour acheter. Un consommateur qui assume un rôle de plus en plus actif dans la vie en magasin. 

Un champ nouveau s’ouvre en grand pour le commerce !

A la semaine prochaine…. !

 

L’équipe Altavia shopperMind

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter