Ces incontournables réseaux sociaux

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Avec plus de 1,15 milliard d'utilisateurs pour Facebook et 400 millions pour Twitter, la question n'est plus de savoir s'il faut ou non y aller. Aujourd'hui, industriels et distributeurs ne peuvent plus ignorer la force des réseaux sociaux. Il convient juste de savoir pourquoi et comment s'y installer et d'en calculer le coût et l'éventuel retour sur investissement. Car il ne sert à rien de faire une surenchère ou de clamer que vous avez plus de followers que votre concurrent. Cette course à l'échalote ou logorrhée des marques s'est quelque peu calmée. Le principal est de savoir ce que vous en faites et de s'approprier les codes de ce nouvel outil relationnel.

Il est, en effet, bien loin le temps où les entreprises n'envisageaient leur participation à Facebook qu'à travers une « fan page » et ne voyaient pas comment monétiser leur communauté « d'amis ». Aujourd'hui, les Pinterest ou Tumblr ne se résument pas à de la publicité ou à de la communication en ligne. Ils permettent de gagner de nouveaux consommateurs, de fidéliser les anciens clients, d'augmenter ses ventes, de gérer des crises ou de recruter des salariés. Un véritable couteau suisse ! Facebook fonde ainsi sa stratégie sur un ciblage ultraprécis de son audience et va jusqu'à proposer à un magasin des informations sur les consommateurs de sa zone de chalandise. Un outil beaucoup plus puissant que la seule carte de fidélité qui ne « mouline » que les clients de l'enseigne. Il ne faut pas s'y tromper : l'enjeu de demain est là. La donnée, la « big data », sera au coeur des stratégies de croissance. Car, contrairement à d'autres du web, Facebook ne veut pas être un acteur de l'e-commerce, mais un accélérateur. En un clic, il renvoie vers une fiche produit de tel ou tel site marchand.

In fine, les Linkedin ou Google+ doivent irriguer et motiver l'ensemble des services de l'entreprise, y compris le recrutement. Ils prennent alors toute leur place dans la stratégie cross canal avec, par exemple, de multiples opérations « web-to-store ». Bien sûr, il convient de ne pas s'y engager à la légère. Il faut sans cesse interagir, « liker » des commentaires, répondre aux publications, lancer des jeux-concours, demander des avis, proposer des réductions et des exclusivités... Une viralité ciblée, via les blogueurs influents et les ambassadeurs de la marque, décuple la notoriété.

Ensuite, la réactivité sur internet est capitale : créer de la conversation, c'est créer de l'engagement. La parole diffusée doit être sincère (gare au « bad buzz »). Mais ce n'est pas là l'essentiel. Avec les réseaux sociaux, les commerçants peuvent enfin renouer le dialogue avec les consommateurs. Dans un monde plus rapide et plus complexe que jamais, avec des Français devenus exigeants, informés et zappeurs, la marque qui ne saisit pas cette opportunité prend le risque de s'éloigner des consommateurs d'aujourd'hui et de demain.

Ils permettent de gagner des consommateurs, de fidéliser les clients, de gérer des crises, d'augmenter ses ventes ou de recruter.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2303

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA