Ces jeunes qui en veulent

|

ENQUÊTE Ils sont une vingtaine à sortir en juin du master 2 distribution et relation clients de l’université Paris-Dauphine. Avantde démarrer dans la grande distribution, l’industrie ou dese diriger vers autre chose, ces jeunes, âgés de 22 à 26 ans, ont participé à l’Observatoire de l’innovation commerciale.

Dauphine 069.jpg
Dauphine 069.jpg© STUDIO 9

Elles s’appellent Valentine, Maud ou Agnès. Ils s’appellent Cyril, Benjamin ou Mohamed Ali. Tous ont entre 22 et 26 ans et se préparent à entrer dans la vie active. Tous sortent du master distribution et relation clients de Dauphine, et sont donc plutôt bien armés pour faire leur chemin. Tous, enfin, ont fait le choix de la distribution ou de l’industrie. Comme Mohamed Ali, 24 ans, qui, après une licence dans le domaine de l’économie-finances, a changé de voie. « Au-delà des salaires très attirants, cela ne m’intéressait pas vraiment. Avant de faire ce master à Dauphine, j’avais déjà choisi d’aller vers les biens de grande consommation. J’ai été surpris de voir que des besoins primaires nécessitaient des stratégies aussi pointues. » Direction donc United Biscuits, comme assistant category manager pendant six mois, puis au développement des ventes pendant six autres mois. Après avoir acquis une vision globale de la distribution, Mohamed Ali part en juin chez Nestlé, section nutrition infantile, comme assistant responsable enseignes, et espère bien devenir chef de secteur.

Une élite très courtisée par les distributeurs

Son rêve : finir « responsable comptes clés » ! L’innovation qu’il a choisi de présenter en cette fin avril devant le jury Scops (lire encadré), Somhome, ou la recherche de locations immobilières par affinités, a remporté le prix du meilleur concept de vente.

Nawel, 24 ans, a aussi commencé par l’industrie. Revlon, puis Unilever, secteur déodorants, avant de franchir le pas vers la distribution. Cette année, Costco a fait son marché parmi cette jeune élite de France. Le groupe envisage d’ouvrir quinze « clubs entrepôts » en France d’ici à dix ans. Trois étudiants sur vingt-huit font leur stage de fin de master chez le distributeur américain, qui vient d’ouvrir un premier entrepôt sur 12 000 m² à Villebon-sur-Yvette (91).

Cyril et Agnès, 23 ans, ont fait le même choix. Est-ce la tentation de l’Australie, où Costco embauche ces jeunes le temps d’un stage pour ouvrir un entrepôt, ou la volonté d’entrer dans le monde de la distribution Un peu tôt pour le savoir. Le numéro trois mondial a en tout cas su les séduire. L’indemnité de stage n’y est peut-être pas pour rien. « 3 600 $ australiens [2 400 €, NDLR], alors que c’est 436 € normalement », souligne Agnès, qui n’a pas résisté à l’appel de Sydney !

L’assurance de décrocher un CDI

Mis à part Costco, les distributeurs qui tirent leur épingle du jeu se nomment Carrefour et Auchan. Le premier, grâce à son Graduate Programme qui sélectionne chaque année une vingtaine de « hauts potentiels » pour les préparer pendant quatre ans à un métier de dirigeant. Mathilde, 23 ans, avait déjà fait un stage de chef de rayon chez Auchan, alors qu’elle était à l’IAE Gustave-Eiffel. « Chez Carrefour, j’ai l’assurance d’avoir un CDI, ­raconte­­-­t-elle. Je serai formée en passant par tous les postes : chef de secteur alimentaire, non alimentaire, directrice adjointe de magasin et enfin directrice stagiaire. » Mathilde, qui a « le goût des chiffres et des défis », a son explication sur le désintérêt des jeunes pour la grande distribution : « La pénibilité et les horaires surtout, même si les enseignes font des efforts avec cinq jours travaillés sur sept. »

Le second, Auchan, a offert aussi un CDI à Benjamin, 23 ans... au Luxembourg. L’enseigne va recruter une centaine de cadres dans les deux prochaines années. Le jeune homme y avait déjà fait ses premières armes en tant qu’assistant category manager. Depuis le 3 juin, il officie en tant que chef de département, l’équivalent de chef de secteur. Ce qu’il aime Le terrain et le contact avec le client. Il « manage » une équipe déjà importante et adore se retrouver avec des personnes de 150 nationalités ! Sans compter que son salaire de départ est intéressant : 2 700 € brut, hors primes et intéressement.

Ce n’est pas vraiment la rémunération qui attend Valentine. Mais, pour le grand écran, que ne ferait-on pas Elle a choisi de faire son stage chez Gaumont-Pathé, dans le secteur relation clients. Sa mission : développer les programmes de fidélisation en salles. Simon-Pierre, lui, ne veut pas du tout travailler en France. Il a donc opté pour le Brésil, où il démarre chez Accor Hôtels, en CDD jusqu’à la fin de l’année.

L’Observatoire de l’innovation commerciale, baptisé Scops,est organisé chaque annéepar le master distribution de Dauphine. Les 28 étudiantsde ce cycle ont deux minutes montre en main pour présenter trente innovations qu’ils ont choisies. Les cinq meilleures sont récompensées grâce à un système de votes interactifs impliquant 350 personnes du public etun jury de professionnels de premier plan. Parmi les trophées cette année, Twizzy way, un système d’auto-partagedes voitures électriques sans borne, dans la catégorie meilleur service, ou Milka, pour son opération où l’on pouvait envoyer le dernier carré manquantd’une tablette de chocolat.

Mathilde 23 ans

  • IAE Gustave-Eiffel, master 1 marketing et vente, master 2 distribution Dauphine
  • Commence chez Carrefour

« Je crois que ce qui fait le plus peur aux jeunes dans la grande distribution, ce sontles conditions et les horaires de travail. Moi,ce que j’aime, c’est qu’il faut être réactif tous les jours. Ce travail n’est jamais routinier ! »

Mohamed Ali 24 ans

  • Licence économie-finances, master en marketing à Cergy-Pontoise, master 2 distribution Dauphine
  • Commence chez Nestlé

« J’ai été surpris de voir que des besoins primaires nécessitaient des stratégies aussi pointues. Je n’avais pas aimé le secteur économie-finances. Je suis ravi de commencer chez Nestlé dans la nutrition infantilecomme assistant responsable enseignes. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2323

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA