Ces nouveaux profils qui séduisent les distributeurs

|

ENQUÊTE Avec la montée en puissance du digital et la guerre des prix entre les enseignes, les distributeurs doivent s’armerde salariés dotésde compétences nouvelles, quitteà les recruter dans d’autres secteurs. Tour d’horizonde ces nouveaux candidats plébiscitéspar les distributeurs.

Coordinateur de promotions, chef de produits « on line » ou directeur pricing. Des postes quasi inexistants dans la distribution il y a encore dix ans. Mais, aujourd’hui, impossible de s’en passer. En effet, les consommateurs avides de petits prix ont trouvé avec internet l’outil idéal pour comparer les montants en quelques clics. À charge pour les enseignes de proposer les offres et services adéquats afin de retenir leur attention… Pour dénicher les pépites capables de gérer ces nouveaux dispositifs, les distributeurs étendent leur zone de recrutement.

21 000

postes de cadres sont recrutés chaque année en moyenne dans la grande distribution, et notamment des cadres commerciaux (62 %)

Source : FCD, 2012

Le directeur pricing devient primordial

Au sommet de l’organigramme, le plus gros changement est le développement de services de pricing beaucoup plus « musclés ». Devenu primordial dans le contexte de guerre des prix, son directeur est le plus souvent rattaché à la direction générale. « Créer un poste de directeur pricing permet de mettre en place des outils de veille concurrentielle sur les prix, pour assurer une bonne rentabilité et une satisfaction client optimale », détaille Sara Pietraszewski, qui exerce cette fonction chez Darty. Elle énumère les compétences requises pour cette mission : « Il faut, selon moi, posséder déjà une certaine expérience professionnelle pour être le plus crédible possible au sein de l’entreprise, avoir de solides capacités analytiques et être un bon communicant auprès de ses équipes. »

Sara Pietraszewski a fait des études d’économétrie – estimer et tester les modèles économiques – et a commencé dans le groupe Darty en 2002 en tant qu’analyste marketing, avant de grimper les échelons. Mais tous les distributeurs ne piochent pas dans leur vivier pour ce poste très stratégique. « Dans le tourisme ou les sites marchands, faire varier les prix plusieurs fois par jour est monnaie courante. C’est pourquoi les distributeurs recrutent dans ces secteurs leur équipe pour le pricing », affirme Cyril Capel, cofondateur du cabinet de recrutement CCLD.

Avec le boum des achats en ligne et du drive, les distributeurs lorgnent aussi les professionnels de l’e-commerce. « Pour les chefs de produits en ligne et autre coordinateur de promotions, les masters e-­business et les experts de l’e-commerce sont privilégiés », indique Benoît Allo, directeur du pôle distribution et ­commerce chez Page Personnel. Pour de nombreux postes dans le digital, il n’existe pas encore de formations, d’où cet emballement pour les experts du web. « Les ­community managers et les animateurs des bases de données dans la distribution sont actuellement le plus souvent des profils de jeunes diplômés d’école de commerce », constate, quant à lui, Cyril Capel.

Pour de nombreux postes, notamment dans le digital, il n’existe pas de formations. Les community managers et les animateurs des bases de données dans la distribution sont actuellement le plus souvent des profils de jeunes diplômés d’école de commerce.

Cyril Capel, cofondateur de CCLD

 

Des expertises étrangères privilégiées

Dernière évolution notable : « Depuis moins de cinq ans, les recrutements de cadres avec une expérience à l’international se sont fortement accélérés », note Édouard-Nicolas Dubar, managing partner chez Headlight France. Les exemples abondent : « Chez Kiabi, le directeur de la supply chain est colombien, et son adjoint, espagnol. À Celio, le directeur des collections nouvellement nommé est espagnol et ne parle pas français ! analyse Laurent Thoumine, ex-Celio et fondateur de Massive Details. Après une vague de mixité dans la distribution alimentaire, on assiste à une seconde vague dans le textile. » La raison d’un tel engouement pour ces dirigeants étrangers ? Les actionnaires des groupes non alimentaires et, au premier chef, la distribution textile, souhaitent s’internationaliser... Et le faire savoir, avec des patrons à l’image des ambitions de l’entreprise. Mirko Schmitt, allemand, élabore le livre des tendances de l’enseigne française Devred (groupe Omnium) pour la collection automne-hiver 2016-2017. Cet expert de la mode, fin connaisseur de la langue de Molière, assure que la case de l’international est un plus dans le textile : « Les Français gardent souvent un esprit local, alors que les marques, mêmes françaises, doivent savoir faire l’amalgame de différentes cultures. » « Mais attention, prévient Édouard-Nicolas Dubar, pour ce type de recrutement, les techniques d’approche sont différentes et, parfois, en rupture avec les usages du recrutement de proximité. » Des profils atypiques qui occasionnent souvent des processus d’embauche plus longs. 

Pour prétendre à la direction du pricing, il faut, selon moi, avoir déjà une expérience professionnelle pour être le plus crédible possible, avoir de solides capacités analytiques (…) et être un bon communicant auprès de ses équipes.

Sara Pietraszewski, directrice du pricing de Darty

 

Jeunes recrues et geeks à la rescousse du web

Pour ses nouveaux métiers liés aux évolutions technologiques, pas encore de formation adéquate. Les distributeurs font appel à des passionnés du digital… Et le plus souvent à des jeunes recrues débrouillardes et diplômées d’école de commerce.

Des professionnels du tourisme pour structurer le pricing

Si le pricing est une pratique récente etultrastratégique chezles distributeurs, dans d’autres secteurs, comme le tourisme ou les sites marchands, faire varier les prix plusieurs foispar jour est monnaie courante. Ces professionnels du prix sont donc préféréspar les enseignes.

Les pros du digital pour affiner la stratégie

Ils viennent de sites pure players et maîtrisentsur le bout des doigts des datas que les distributeurs appréhendent encore avec difficulté. En clair, ces professionnels de l’e-commerce aident à accélérer la stratégie « on line » des enseignes.

La case de l’international appréciéepour les cadres

Pour les fonctions importantes, le passage par l’étranger estde plus en plus privilégié. Une façon pour l’entreprisede montrer, au passage, qu’elles souhaitentaussi comptersur la scène internationale.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2374

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA