Ces sites e-commerce qui jouent la carte du bio

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Naturalia, La Vie Claire, Biocoop, les enseignes physiques n’ont pas le monopole du bio. Sur Internet, des sites e-commerce se consacrent uniquement aux produits biologiques depuis quelques années. Petit tour d’horizon de l’offre présente sur la Toile. 

Bio et e-commerce font bon ménage. Alors que le secteur représente un marché de 5 milliards d’euros en France, l’e-commerce a lui aussi droit à sa part du gâteau. Et dans l’e-commerce bio, les enseignes physiques ne sont pas les plus en pointe : des pure-players sont sur le créneau du bio depuis une dizaine d’années et tirent leur épingle du jeu. Greenweez, créé en 2008 s’impose comme le leader du marché des produits biologiques en ligne, avec un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros en 2015. A côté, d’autres sites s’attachent à des secteurs bien définis, comme Mademoiselle Bio pour les cosmétiques, ou Il était une noix pour le vrac. L’e-commerce n’est d’ailleurs pas incompatible avec le multicanal, le site Greenweez envisage d’ouvrir des boutiques physiques au premier trimestre 2016, le but étant de pouvoir distribuer des produits frais à ses clients, une des problématiques principales du e-commerce alimentaire. Petit tour d’horizon des pure-players et sites d’enseignes du secteur des produits biologiques.

Les pure-players

1. Greenweez : le leader

Avec un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros, dont 75% dans l’alimentaire, Greenweez est de loin le leader du e-commerce bio. Avec plus de 30 000 références et 900 marques, Greenweez garantit la meilleure offre en ligne. Le panier moyen de ses clients s’élève entre 90 et 100 euros. Greenweez est d’ailleurs très présent en Europe, le site est disponible en allemand depuis 2012, mais aussi en anglais, espagnol et italien. Pourtant, Greenweez ne devrait pas s’arrêter là. Romain Roy, un de ses fondateurs explique que le site va se tourner vers le multicanal. "Avec des magasins physiques au premier trimestre 2016, Greenweez va pouvoir faire du frais, et c’est là tout l’intérêt du multicanal pour notre site". Pour Romain Roy, le succès de Greenweez tient à son offre, il est "le distributeur du biologique".

2. Webécologie 

"Du bio, des certifications et des prix bas" est le leitmotiv de ce site créé en 2006. Si Webécologie a beaucoup moins de références que Greenweez (5 000), il a réalisé un chiffre d’affaires d’1,5 millions d’euros en 2014. Webécologie, uniquement disponible en Français, livre sur toute l’Europe. La part la plus importante de son chiffre d’affaires tient à l’alimentaire, même si là aussi, aucune livraison de frais n’est possible.

3. Le monde du bio : un des pionniers

Le Monde du Bio a été créé en 2005. Il présente une offre large de produits sur tous les domaines, de l’alimentaire à la maison, en passant par l’hygiène. Le site recoupe une très large gamme de cosmétiques. Disponible dans une version anglaise, Le monde du bio propose même une box, avec 4 à 6 produits haut de gamme et 100% biologiques.

4. Natoora : le premier marché bio en ligne

Si le frais n’est pas la panacée en matière d’e-commerce bio, Natoora s’est lancé dans la brèche. L’idée : "1 200 produits biologiques préparés dans les ateliers de Rungis et livrés dans le respect de la chaine du froid". En 36h en France métropolitaine, et en 24h en Ile-de-France, Natoora livre aussi bien des fruits et légumes, que de la boucherie ou de la poissonnerie. Le site propose aussi des produits d’épicerie.

5. Il était une noix : le choix du vrac

La vrai spécificité de ce site e-commerce est de proposer du vrac : le client choisit la quantité qu’il souhaite acheter. Une démarche en accord avec la politique de réduction des déchets prônée par le site. Il était une noix poursuit une démarche en accord avec le développement durable et l’anti-gaspillage, les matériaux d’emballages sont biodégradables et recyclables. Avec ses 115 références, le site est spécialisé dans le "sec". Il était une noix est un véritable comptoir d’épices, amandes et autres baies. Le panier moyen est de 52 euros, et le site livre en Belgique et Suisse, mais aussi partout dans le monde pour des demandes spécifiques. Le site en est encore à son démarrage mais prend de l’ampleur depuis début 2015.

6. Mademoiselle Bio : les cosmétiques avant tout

Le crédo de Mademoiselle Bio : l’hygiène et la beauté. Le site propose une large gamme de cosmétiques pour les femmes, les hommes et les enfants. Comme multicanal n’est pas incompatible avec e-commerce bio, la marque possède 8 instituts en région parisienne.

7. Que du bio : le petit nouveau

Dernier né du e-commerce bio, quedubio.com est en ligne depuis juin 2015. A sa tête : Maxime Barailles, tout juste 22 ans. Le site qui a encore du mal à se faire connaitre, recense 800 références, et se concentre surtout sur l’hygiène et la beauté. Maxime Barailles entend s’ouvrir petit à petit sur les produits alimentaires, et notamment l’épicerie.

Les enseignes bio possèdent aussi leur site e-commerce

Naturalia, La Vie Claire, les enseignes physiques s’essayent aussi au e-commerce, en parallèle de leurs magasins. Naturalia propose un service de livraison, comme sur la plupart des sites e-commerce bio, aucuns produits frais ne sont proposés. Biocoop possède aussi sa déclinaison e-commerce, sous l’enseigne toutelabio.com. Uniquement disponible en Ile-de-France et sur Paris, le site propose des fruits et légumes et des produits frais grâce à un service click and collect. Du côté de La Vie Claire, le versant e-commerce existe depuis un an. Le service click and collect permet aussi l’achat de produits frais. Les enseignes physiques profitent donc de leurs magasins pour proposer des produits frais, crédo difficile à exploiter par les pure-players. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

1 commentaire

Nic

17/07/2016 15h41 - Nic

Leader du mensonge et de la mauvaise foi surtout. Lisez les très nombreux avis laissés sur le net à leur sujet. Greenweez n'est qu'un pur produit financier qui a pour objectif d'écraser la concurrence en utilisant une attitude marketing, financière et économique aggressive. Je ne suis pas inquiet pour la concurrence tant leur niveau de service est execrable. Faire du bio seulement pour faire du fric n'est pas le meilleur chemin à suivre et les clients ne sont plus dupes de nos jours. Vous faites la propagande du monde financier qui va à l'encontre des valeurs de tout ce qui concerne le monde du "bio" en mettant en avant un site comme Greenweez. Vive le Green Washing !!!!!!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA