Marchés

Ces ventes que l’été a fait bouillonner !

|

Durant cet été, parmi les trois plus chauds de l’histoire des relevés météo, les ventes de produits solaires, de rafraîchissements et de glaces ont atteint des sommets. Les circuits ont aussi profité du très fort afflux touristique.

été

Chaud, l’été ! Rien de tel pour le commerce qu’une saison affichant la météo attendue au calendrier. Et l’opus 2015 a surpassé toutes les promesses. Puisqu’il rejoint le top 3 des records de températures, derrière l’été 2003, mais devant celui de 2006 ! C’est donc un bilan « à chaud » des ventes que LSA a tiré auprès des professionnels du commerce, même si les panels ne sont pas encore bouclés sur l’ensemble des mois estivaux. Avec des performances 2015 d’autant plus marquantes qu’elles se comparent à un été 2014 morose. 

Les ventes de produits solaires enregistrent les plus belles progressions. « L’été 2014 avait été catastrophique pour la catégorie, confirme Emily Mayer, directrice d’unité chez Iri. Le fort ensoleillement a dopé les ventes de juillet. Sur la période, on observe une hausse de 12,8 % en valeur en hypers et supermarchés ». Un beau rattrapage par rapport aux mois de juillet-août 2014 où le chiffre d’affaires des produits solaires avait chuté de presque 18 millions d’euros par rapport à 2013 !  

Avec la chaleur, ce sont aussi les quantités… d’insectes qui se sont envolées ! En croissance de quasi 30%, les insecticides sont champions des évolutions de juillet, selon le relevé Météo­conso Climpact-Metnext/Iri. Et au rayon parapharmacie, les ventes d’­anti-moustiques ont brillé. « En cumul annuel mobile à P8, elles étaient en hausse de 7,8% selon Iri, soit un gain de chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros », note Hélène Martinon, directrice marketing de Marie-Rose (Juva Santé).

À boire, du glacé, du frais !

Toutes les sources de rafraîchissement ont coulé ! Concentrés d’agrumes, jus de légumes, boissons sans alcool, eaux plates et gazeuses affichent des croissances de 20 à 30 % sur les huit premières semaines de la saison. « L’été a aussi été très bon pour le secteur des sirops, indique Philippe Lassalle-Saint-Jean, directeur général de Meneau, le leader des sirops bio, également président du syndicat dédié. Nous ne savons pas encore si nous dépasserons le record de 2006, mais la hausse des ventes sera assurément à deux chiffres. » Spécialement dans l’Ouest de la France, « la dynamique a été bonne pour nos jus de pommes, assure encore Alban Rambaud, responsable grands comptes des Jardins de l’Orbrie. Nous estimons que nos ventes ont progressé de 10% à périmètre constant. »

Les crèmes glacées sont massivement sorties des bacs. « D’avril à août, le segment des glaces a enregistré un gain de 64 millions d’euros, soit une croissance de 13 % en valeur et de 12 % en volume », annonce Céline Hérodin, directrice marketing d’Häagen-Dazs. Dans le frais, les salades ont compté des performances exceptionnelles. Au mois de juillet, elles atteignaient un pic à + 35 %. Certaines semaines, les distributeurs ont augmenté leurs commandes de 70 %, et beaucoup d’acteurs ont été en rupture.

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères en charge du Tourisme, annonce « un nouveau record mondial de fréquentation » ! Le fait que les vacanciers français et étrangers aient boudé diverses destinations présumées « à risques », en privilégiant les séjours dans l’Hexagone, a certainement alimenté les ventes. Si la marque Daunat a vu ses ventes de sandwichs croître de 30 % en juillet, ses performances ont été encore plus fortes dans le circuit des pétroliers. « Ce qui s’explique, au-delà de conditions météorologiques exceptionnelles, par l’afflux de touristes en France », commente Maxime Soulas, directeur général de Daunat.

« D’avril à août, les glaces enregistrent un gain de 64 M€. Le segment du snacking– cônes, bâtonnets et pots– a contribué à hauteur de 77% à la croissance. »

Céline Hérodin, directrice marketing d’Häagen-Dazs

Fort trafic dans les centres

La dynamique de ce bel été ne s’est pas cantonnée aux seuls circuits alimentaires. « Il a confirmé la reprise amorcée au moment des ventes privées, en amont des soldes de juin, constate Jean-Michel Silberstein, délégué général du Conseil national des centres commerciaux de France. En juillet, la fréquentation de notre parc s’est accrue de 0,5%, et, selon les foncières, la progression des chiffres d’affaires aurait parfois atteint 1% à 2% par rapport à l’été précédent. » Le confort climatisé des centres commerciaux a sans aucun doute joué dans leur attraction.

Finalement, dans ce concert de satisfecit estivaux, seule la Fédération nationale de l’habillement (FNH) fait grise mine. Le bilan des soldes d’été est mauvais pour le marché de la mode. Le président de la FNH, Bernard Morvan, estime entre 5 % et 10 % la baisse des ventes dans le secteur, avant d’ajouter : « pour sortir d’une situation devenue mortifère, avec des fermetures de boutiques, il convient de s’interroger sur la pérennité d’un modèle économique basé sur la baisse des prix ». Une réunion est prévue entre les professionnels de la mode et la DGCCRF, le 18 septembre. Les plus beaux étés ont une fin.

Les champions de la canicule

Meilleures évolutions, en %, des ventes en valeur du 22 juin au 16 août 2015 (semaines 26 à 33) vs même période en 2014, en HM+SM+ HD et drives.

Soins du corps, boissons et glaces. C’est le tiercé gagnant de l’été ! En plus des produits solaires, les gammes de dermatologie (soins des pieds, antimoustiques, huiles dermatologiques) ont aussi très bien réussi. Côté boissons, au-delà de certaines températures, les consommateurs transfèrent leur soif des formules fruitées vers les « simples » eaux. Les glaces, enfin, ont été le troisième antidote de la consommation aux chaleurs estivales.

  • Produits solaires : + 35%
  • Dermatologie : + 31%
  • Concentrés d’agrumes : + 31%
  • Glaces détente : + 27%
  • Jus de légumes : + 24%
  • Glaces en bac + 23%
  • Boissons sans alcool plates : + 22%
  • Boisssons aux fruits réfrigérées : + 20%
  • Eaux plates : + 19%
  • Eaux gazeuses : + 19%

Source : Nielsen ScanTrack

 

+ 2,4 °C

C'est la hausse moyenne des températures maximales quotidiennes en juillet 2015.
Le mois de juillet?2015 se place au troisième rang des mois de juillet les plus chauds depuis 1900, après 2006 et 1983. Il a été marqué par deux vagues de chaleur. La première sur la période du 29 juin au 7 juillet et l’ensemble des régions, et plus durablement (huit jours) dans le Lyonnais. La seconde, du 15 au 22, focalisée sur le Sud-Est, incluait le pourtour méditerranéen épargné par le premier épisode. La barre des 41 °C a été dépassée à Brive (19)et à Saint-Étienne (42).
Source : Météoconso Climpact-Metnext

Daniel Bicard,avec la Rédaction

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter