Chacun veut sa part de bien-être

Chacun veut sa part de bien-être

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

DossierLe bien-être, tout le monde court après. Mais comme il y a presque autant de définitions que d'individus, il est difficile d'en établir les recettes. Un défi pour les marques et les enseignes.

soins

Quel étonnant marché que celui du bien-être ! Sa quête est universelle, chacun en veut sa part. Et la tendance ne peut que s'amplifier au fur et à mesure que les besoins matériels sont satisfaits...

Et pourtant, la définition du bien-être est tellement personnelle qu'il est pratiquement impossible d'en définir les contours en termes de consommation. Même l'Insee, chargé dans le cadre de la mission Stieglitz de définir un indicateur de bien-être, sorte de définition chiffrée du « bonheur national brut » destiné à nuancer « l'horreur économique » que mesurerait le produit national brut, peine à en créer la matrice.

Ses premières études montrent cependant que les Français sont plutôt bien dans leur peau. Ils s'attribuent en moyenne un score de « satisfaction dans la vie » de 7,3 sur 10. Avec des écarts plus ou moins importants, en fonction du niveau de vie (la note des 10% les plus modestes se borne à 6, celle des 10% les plus riches atteint 7,8) ou des difficultés matérielles rencontrées (budget, logement, santé, etc.). Sans surprise...

 

Trouver le temps

Un critère plus intéressant, non pris en compte par l'Insee celui-là : le temps disponible. Si 84% des Français jugent qu'il est important ou primordial pour eux de réussir à dégager plus de temps pour leur bien-être, selon un sondage Ifop pour Philips de 2010, ils sont moins nombreux - 63% - à y parvenir.

Parmi les frustrés, on trouve, logiquement, les 30-60 ans, les femmes, les parents... qui affichent un niveau de bien-être inférieur à la moyenne. Par manque de temps et parfois de moyens, ils sont tentés de sacrifier leur bien-être personnel. Au coeur de la tourmente, les 30-39 ans : ils sont 56% à indiquer qu'ils n'arrivent pas à dégager du temps pour s'occuper d'eux (59% pour les parents).

Un vrai potentiel pour les fabricants, encore très nombreux à passer à côté de cette attente : seulement une marque mondiale sur cinq a une influence positive sur le bien-être personnel et la qualité de vie des clients, selon l'étude Meaningful Brands de Havas Media 2011, qui fait évaluer 300 marques par 50 000 consommateurs du monde entier. Mais, rassure l'agence publicitaire, les marques et enseignes de grande consommation sont mieux positionnées que les autres.

 

Le corps, dernier repère

Les acteurs des produits cosmétiques et électrodomestiques de soins du corps, en tout cas, sont portés par la vague. « Le corps, dernier repère solide dans un monde à la dérive, est un véhicule de bien-être que l'on modèle, décrit Pascale Brousse, directrice et fondatrice du cabinet Trend Sourcing. Le bien-être et la santé sont des préoccupations de plus en plus liées. »

Les appareils de relaxation ou de luminothérapie ont fait leur entrée dans les foyers et les cosmétiques s'inspirent de la bonne image du spa, synonyme de plaisir et de paix intérieure. Et la lutte contre le vieillissement est un bon support. Appareils d'électrobeauté antivieillissement, soins cosmétiques, associés aux compléments alimentaires, sport... autant de pistes prometteuses pour le marché du bien-être de demain.

Chiffres

  • 84 % des Français jugent qu'il est important pour eux de dégager plus de temps pour leur bien-être Source : sondage Ifop pour Philips, mai-juin 2010
  • 20 % seulement des marques ont une influence positive sur le bien-être personnel et la qualité de vie des clients Source : étude Meaningful Brands, Havas Media
  • 7,3/10 le score de satisfaction dans la vie que s'auto-attribuent les Français, en moyenne

Source : Insee

Chacun veut sa part de bien-être
suivant
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2207

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA