Changement d'époque...

|
Yves Puget
Yves Puget©Bernard Martinez

La rumeur courait : après l'élection présidentielle, Carrefour procéderait à un plan de licenciements. FO et la CFDT sont encore plus précis : ils redoutent plus de 3 000 suppressions de postes. La direction se refuse à tout commentaire. Il est donc trop tôt pour analyser cette affaire, tant les rumeurs se multiplient, et les différences sont importantes entre un plan de licenciements et des suppressions de postes. En revanche, il est possible d'avancer quelques explications plus généralistes sur l'évolution de la distribution. Tout en comprenant les rancoeurs des syndicats et le désarroi des salariés, mais sans se réfugier derrière un quelconque égarement stratégique ou tout mettre sur le dos de l'érosion du pouvoir d'achat des Français, ou sur tel ou tel actionnaire. Car l'« affaire » Carrefour arrive aussi dans un contexte précis.

1. Pendant des décennies, la distribution a multiplié les ouvertures et agrandissements. Cette époque n'est pas révolue, mais les projets sont moins nombreux et plus coûteux. Des enseignes réduisent donc leur rythme d'embauches.

2. La concurrence est de plus en plus rude. Entre chaînes historiques, mais aussi avec les spécialistes et le commerce électronique. Sans oublier la proximité. Si le « gâteau » ne s'agrandit pas, il est logique de revoir sa stratégie...

3. Des hypers écornent le concept du « tout sous le même toit » en sortant des produits peu ou non rentables pour eux, par exemple le blanc. Ils se recentrent sur les métiers de base, donc sur les produits de grande consommation. Ce qui n'est pas sans conséquences sur l'emploi...

4. Comment ne pas évoquer les multiples taxes qui sont se sont abattues sur le commerce. Des hypers en dénombrent une vingtaine et versent chacun plus de 2 M € par an! Une véritable vache à lait...

5. Le commerce n'échappe pas, lui non plus, à l'augmentation de ses frais de structure et de fonctionnement. Avec des coûts salariaux de plus en plus importants, mais aussi l'inflation du gazole, de l'électricité...

6. Les grands groupes de distribution sont tombés dans le piège de l'embourgeoisement. Ils ont cru que la croissance était éternelle et ont embauché à tour de bras... dans les sièges sociaux. Mais quand la conjoncture se retourne, il devient difficile de justifier une telle armada.

7. La LME a remis le prix au centre des débats et les marges sous pression. Quant aux délais de paiement dans le non-alimentaire, ils se sont allongés...

8. In fine, n'oublions pas que la marge nette des hypers tourne entre 2 et 3% du chiffre d'affaires. L'équilibre reste précaire.

L'affaire Carrefour tombe donc à un moment particulier, à une époque charnière. D'un côté, des salariés sont les otages d'une conjoncture qu'ils subissent, et contestent des stratégies qu'ils n'ont pas décidées. De l'autre, les dirigeants assument des erreurs passées et affrontent des cycles qui ne dépendent pas d'eux (économie, consommation, concurrence, matières premières...). Autant dire que le dialogue social ne sera pas facile. Il convient pourtant de ne pas tomber dans la sinistrose. Certaines enseignes se portent très bien (trop bien selon certains fournisseurs...) et la grande distribution va continuer d'embaucher. En raison du turnover, mais aussi grâce aux nouveaux mètres carrés, aux nouvelles affectations internes (bio, traiteur...), aux drives, à l'e-commerce... Sans oublier l'essor des services (financiers notamment). Enfin, le commerce joue encore et toujours son rôle d'ascenseur social. Et il ne faudrait pas que l'affaire Carrefour, quelle qu'elle soit, masque cette réalité.

YPUGET@INFOPRO.FR

Dans de telles conditions, il n'est pas étonnant de voir les grandes enseignes réduire leur rythme d'embauches.

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2226

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres