Chantemur rachète la chaîne belge Heytens

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

· Le groupe Sandinvest ajoute Heytens à ses réseaux Chantemur et Vilar. · Il devient ainsi un acteur majeur du papier peint et du textile de décoration.

Le groupe Sandinvest, qui contrôlait jusqu'à présent les enseignes Chantemur et Vilar, vient de reprendre 100 % du capital du belge Heytens détenu à 50% par Guy Heytens, le PDG fondateur, et à 50% par Carpetland. Satisfait de voir aboutir un an de négociations, Pierre-Michel Plassard, PDG de Chantemur, souligne que « le concept de décoration globale Heytens est complémentaire des deux enseignes monoproduit Chantemur et Vilar, spécialisées respectivement dans le papier peint et le tissu d'ameublement ». Cette opération a été soutenue par le fonds Partenaires (filiale de Lazard Frères) majoritaire dans le capital de Sandinvest aux côtés des cadres de Chantemur (33,5%).

A l'étroit sur un marché déclinant, le leader français du papier peint (607 millions de francs de chiffre d'affaires en 1996 pour 11 millions de rouleaux vendus) a démarré sa diversification fin 1993 en rachetant les magasins de tissus Vilar. Avec Heytens, le groupe s'adjoint un savoir-faire en matière de vente d'ensembles coordonnés (peinture, papier peint, tissu, moquette et luminaire), assorti de services de confection et de pose.

Les 278 millions de francs réalisés par l'enseigne se répartissent à parts presque égales entre le papier peint, les revêtements de sols et le textile d'ameublement. Son chiffre d'affaires au mètre carré (environ 5 900 F) est supérieur à ceux de Chantemur (5 500 F) et Vilar (4 300 F). L'implantation de Heytens en Belgique, Luxembourg et Allemagne ouvre en outre des perspectives européennes au groupe Sandinvest, qui va franchir le cap du milliard de francs et devenir un acteur majeur sur ce marché très émietté.

En France, les trois enseignes devraient subsister avec des collections distinctes. Le programme de développement de Heytens est logiquement le plus fourni. La chaîne qui dispose actuellement de 9 magasins dans l'Hexagone (notamment à Nice Lingostière, Caen, Rouen, Toulouse), ouvrira six à huit magasins en 1998, en particulier à Montpellier et Saint-Etienne. La région parisienne et le Nord font aussi partie de ses priorités.

De son côté, Vilar passera de 18 à 20 magasins avant la fin de l'année, en s'implantant à Melun et Brest. Sandinvest reste attaché à un développement succursaliste et privilégie le rachat de surfaces situées à proximité des leaders du bricolage ou de l'ameublement.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1557

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA