Charal affiche un optimisme modéré

|

Un chiffre d'affaires de près de 1 Mrd E pour 2008, des volumes en légère hausse (+ 3 % pour le frais, + 5 % pour le surgelé), un taux de notoriété de 87 % Tels sont, en cette fin d'année, les principaux motifs de satisfaction de Charal. Dans un contexte marqué par la chute de la consommation de viande, Jean Chavel, directeur général de l'entreprise, ne cache cependant pas son inquiétude : « Les huit premiers mois de l'année ont été particulièrement difficiles. Nous n'avons jamais été confrontés à une croissance aussi faible de notre activité », déclare-t-il sans détour. Comme l'ensemble des industriels de la viande, Charal souffre. Passée définitivement dans le giron du groupe Bigard depuis le 1er janvier dernier, la société a dû composer avec la forte hausse des matières premières agricoles, mais également avec la chute de la consommation de viande. Une situation qui pousse Charal à adapter son offre pour répondre aux attentes des différents profils de consommateurs et, surtout, à multiplier les opérations de baisse de prix. Pour 2009, néanmoins, le budget de communication de la première marque de viandes en France sera maintenu. Et une campagne télé est prévue. Car pour Jean Chavel, « en période de crise, il faut être plus que jamais présent ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2070

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres