Chariot plastique,de l’adoption à l’entretien

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

CAS PRATIQUE Face aux chariots clients en métal, les modèles plastiqueet, surtout, hybrides, occupent une place de plus en plus importante dans les parcs des enseignes. Ce matériel réclame un nouveau mode d’entretien pour durer.

«Il y a une forte demande pour le chariot plastique de la part des distributeurs », résume Jacques Marty, responsable commercial du département retail de TER, distributeur en France des modèles composites de l’espagnol Polycart. Depuis quelques années, le plastique, et notamment les modèles hybrides – panier en plastique et socle en métal –, plus solides, imaginés par l’allemand Wanzl, concurrencés maintenant par le modèle du français Caddie, font, en effet, florès.

De solides atouts…

Désormais, de nombreux supermarchés – beaucoup d’indépendants E. Leclerc mais aussi des Market – et même des hypermarchés, comme Carrefour, sont équipés de version 220 ou 240 litres. Le plastique présente plusieurs atouts aux yeux des enseignes. « Elles font du chariot un véritable élément de la relation client, et le plastique offre l’avantage d’être facilement personnalisable », observe Jacques Marty. De quoi trancher avec le look « vieillot » du métal. Il est ainsi plus aisé de « colorer » le plastique et les accessoires. « Un Leclerc nous a, par exemple, demandé un socle gris, un panier bleu et un volet assise enfant de couleur orange », illustre le ­responsable.

Si le plastique convainc enfin, après une période d’attentisme depuis le début des années 2000 et son apparition, c’est qu’il est solide. « Les premières versions en PET recyclé n’étaient pas assez au point », affirme Jacques Marty. Signe de cette durabilité, les fabricants et distributeurs garantissent ces chariots, « dont la durée de vie est d’au moins dix ans », poursuit-il.

… qui plaisent aux clients…

Dans la foulée des enseignes, les clients ont, eux aussi, adopté le chariot plastique. Plus léger de 5 à 6 kilos – pour un poids total qui flirte avec les 20 kilos –, et donc plus maniable, c’est un atout de poids aux yeux des clients. « Le silence représente aussi un critère important, en termes de confort », insiste Jacques de Beauval, directeur commercial chez Wanzl.

Gros problème du plastique : il est plus salissant que le métal. Et cela se remarque vite.

… mais un lavage coûteux

Première explication, davantage de surface exposée aux salissures. « Pour garantir la solidité, les mailles des corbeilles en plastique sont larges de 6 mm, contre 3 mm pour le métal », rappelle Jacques de Beauval. Dernier arrivé sur l’hybride, avec son Caddie & Motion, l’Alsacien pense avoir trouvé une partie de la réponse. « Nous conservons un fond de corbeille en métal. Nous proposons aux magasins une meilleure hygiène et une plus grande facilité d’entretien, assurait Philippe Janet, directeur général de Caddie, lors du lancement. Nos tests ont montré que le plastique laissait adhérer en fond de panier des feuilles de légumes et autres déchets. » De son côté, Wanzl recommande un lavage par an.

Des partenariats ont été noués avec des prestataires, qui viennent nettoyer et entretenir le matériel sur le parking. Rythme : 100 chariots à l’heure. Coût : 2,50 € minimum par modèle. « Certains distributeurs font des économies en faisant laver les chariots par leurs équipes de nettoyage », observe Jacques de Beauval. Même schéma chez TER, avec un contrat maintenance et lavage au rythme d’une fois par an. La tâche est aussi assurée par des prestataires, comme Shopbox. Une parade consiste peut-être à opter pour des couleurs plus sombres. « C’est un effet visuel, mais les salissures se voient beaucoup moins sur des couleurs foncées comme le gris ou le marron », remarque Jacques Marty.

10 à 12 ans

La durée de vie estimée des chariots hybrides,soit une durée comparable à celle des chariotsen métal, à conditionde les entretenir

Source : fabricants 

Combien ça coûte

  • À l’achat, un chariot plastique coûte au minimum 15%plus cher que le métal.
  • La maintenance annuelledu chariot plastique ou hybride (lavage notamment), aux salissures plus visibles, coûte, elle, au moins 2,50 € par chariot. Un prix nécessaire pour la durabilité.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2319

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA