Cherry Rocher lance sa liqueur de plantes... façon Jägermeister

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La très innovante PME Cherry Rocher va bientôt commercialiser Warrior, une liqueur de plantes qui ressemble fort à Jägermeister. Sauf son prix.

WARRIOR LIQUEUR DE PLANTES CHERRY ROCHER
WARRIOR LIQUEUR DE PLANTES CHERRY ROCHER © Cherry Rocher

Jägermeister est l’un des récents « cartons » du rayon des liqueurs. Un succès du aux jeunes adultes qui consomment cette liqueur de plantes allemande en shoot ou additionnée de Red Bull. Ce cocktail s’appelle un Jäger Bomb et permet à ses adeptes de tenir les yeux ouverts jusqu’au bout de la nuit. En France, il s’en vend quelques 500 000 litres pour un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros. Raison pour laquelle ce succès a interpellé Cherry Rocher, le spécialiste des spiritueux sous la marque Cherry Rocher ou pour des MDD. Cette PME de Bourgoin-Jallieu (38) lance donc Warrior, sa liqueur de plantes inspirée de Jägermeister.

A noter que Cherry Rocher dispose d'un savoir-faire important dans l'art de distiller les plantes. Elle commercialise depuis des années l'Arquebuse, une eau de vie de plantes.

Un prix attractif

"Le goût de Warrior est très proche de celui de Jägermeister, assure Jean-Michel Scherrer, directeur commercial de Cherry Rocher. La grande différence sera dans le prix. Nous proposons Warrior à 13,5 euros, les 70 cl (contre environ 17,5 euros pour Jägermeister)". Un argument qui pourrait séduire les jeunes adultes dont le pouvoir d'achat n'est pas extensible.

Déjà dotée d'une légende 

Sur la contre-étiquette, le consommateur pourra lire ceci : "La légende raconte que cet élixir de plantes était consommé par des guerriers à des époques lointaines... On les voyait surgir de la brume, au petit matin, fiers et conquérants... ". Un petit discours qui fait écho au but recherché par les consommateurs de Jäger Bomb  - rester en pleine forme jusqu’au bout de la nuit, voir plus... – tout en s’inscrivant dans une histoire irréelle. Les codes de l'étiquette font immédiatement penser à son modèle, Jägermeister.

Dans un souci de consommation responsable, Cherry Rocher a également inscrit sur la contre-étiquette : interdit aux moins de 18 ans, interdit à celui qui conduit. "Nous sommes le premier alcoolier à avoir pris cette initiative", poursuit Jean-Michel Scherrrer.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA