« Chez eBay, on pense Mobile first » : François Coumau, directeur Europe du Sud

|

INTERVIEW Pionnier des enchères sur le web, le géant américain n'a eu de cesse de faire évoluer son modèle pour sortir de son image de plateforme C to C. Aujourd'hui, la place de marché, qui compte 120 millions d'utilisateurs dans le monde, professionnels ou paticuliers, mise sur le mobile, au centre de ses réflexions.

François Coumau, aux commandes d’eBay pour l’Europe du Sud depuis septembre 2011.
François Coumau, aux commandes d’eBay pour l’Europe du Sud depuis septembre 2011.

LSA - Les chiffres du deuxième trimestre indiquent des bénéfices en baisse de 8% pour un chiffre d'affaires en hausse de 14%. Pouvez-vous nous les commenter ?

François Coumau - La croissance du chiffre d'affaires confirme la bonne santé d'eBay, au niveau mondial, avec une part de l'international qui progresse de façon constante dans notre chiffre d'affaires. Nous comptons 120 millions d'utilisateurs.

 

LSA - Comment se porte eBay en Europe et plus spécifiquement en France ?

F.,C.- Les taux de croissance à deux chiffres sont en ligne avec les prévisions en Europe pour la place de marché comme pour PayPal. 60% de l'activité d'eBay se fait hors des Etats-Unis. Cela montre la très forte implication de l'europe, mais aussi de l'Asie qui progresse. Même si les marchés anglais et allemands sont plus forts, la France reste privilégiée. Il y a deux éléments intéressants à noter pour l'Europe. C'est d'abord, une légère baisse du panier français qui se ressent un peu mais n'est pas si significative. C'est ensuite, la recherche de bonnes affaires en période de crise qui contribue à accélérer la pénétration de l'e-commerce. Notamment dans les pays d'Europe du Sud.

 

LSA - Le modèle d'eBay semble avoir évolué au fil du temps. Quel est-il exactement aujourd'hui ?

F.,C.- Notre modèle est toujours de mettre en relation les acheteurs et les vendeurs, en s'adaptant aux exigences nouvelles des consommateurs. Au début, nous étions plus sur une plateforme de consommateur à consommateur. Nous avons vécu une première révolution entre 2005 et 2010 avec l'arrivée des professionnels, d'abord les petits, plus agiles pour profiter de ce canal de distribution, puis de plus gros commerçants. C'est le cas de Sojeans, présent dans sept pays européens, et qui s'est allié à eBay pour soutenir son développement à l'international. Aujourd'hui, nous sommes rejoints par des grandes marques intéressées par notre audience internationale et multicanal. À l'instar de Sony, dans l'électronique, qui a sur eBay une boutique à son image, ou de Seb dans le petit électroménager. Pour ces grands comptes, eBay s'inscrit comme un prestataire de service avec différentes briques, parmi lesquelles PayPal pour le paiement sécurisé, GSI (récemment renommé eBay Enterprise) pour la logistique, eBay commerce Network pour des solutions de visibilité, ou encore Magento, plateforme de commerce électronique opensource. Nous offrons toute une palette de solutions qui vont bien, quelle que soit la taille du commerçant, avec comme objectif d'aller de plus en plus vers du sur-mesure. Nous voulons accompagner les marques et compléter leur stratégie digitale avec une offre à la carte. C'est ce que nous faisons pour Toys'R'Us aux États-Unis. Mais la magie d'eBay reste bien sûr dans la diversité de l'inventaire.

 

LSA - Quelles sont les principales catégories de produits ?

F. C.- La mode en premier, suivi par l'équipement de la maison (en forte progression), l'électronique, une catégorie phare, et l'automobile (pièces détachées). Sachant que nous avons 50 000 catégories !

 

LSA - Que pensez-vous de l'arrivée d'Amazon dans la mode ?

F. C.- Amazon vend des vêtements depuis un certain temps. L'e-commerce est très concurrentiel. C'est normal et sain. Nous nous concentrons pour renforcer l'expérience utilisateur et mettre à disposition toujours plus de mode. Nous avons lancé une page eBay mode il y a deux ans. Nous faisons des sélections pour les acheteurs sur les marques qu'ils aiment, tout en gardant ce côté vintage. Nous mettons aussi en avant l'international.

 

LSA - PayPal est pour beaucoup dans le succès d'eBay...

F. C.- Bien sûr. PayPal marche très bien avec une croissance de 20% au deuxième trimestre. En début d'année, nous avons arrêté les petites annonces pour nous concentrer sur les transactions sécurisées. PayPal est un élément rassurant, notamment pour les transactions à l'international qui attirent beaucoup les Français. Elles représentent de fortes opportunités de croissance pour les vendeurs peu développés à l'étranger.

 

LSA - Peut-on dire que le mobile constitue une nouvelle phase de transition pour eBay ?

F. C.- Absolument. Le mobile est la clé pour nous et le nerf de la guerre, car il constitue un nouveau levier de croissance en permettant aux mobinautes d'interagir avec nous à tout moment. Grâce aussi à l'intégration de PayPal qui permet d'offrir des transactions sécurisées, indispensables pour que le shopping sur mobile devienne une réalité. La part des transactions double chaque année. Elles représentent déjà près de 20% des ventes et plus de 50% du trafic sur les marchés les plus pénétrés. L'objectif pour 2013 est d'atteindre les 20 milliards de transactions sur mobile. Le marché français est dans la moyenne haute en Europe en terme de pénétration, derrière le Royaume-Uni, mais les intentions d'achats sur mobile progressent dans l'Hexagone. Elles étaient de 5% fin 2011 et de 15% fin 2012. Cela montre l'engouement des consommateurs pour ce canal. Les acheteurs français sont de plus en plus prêts à aller vers ce mode d'utilisation, à condition de ne pas avoir à sortir leur carte bancaire, que tout soit ultra sécurisé et que la transaction puisse se faire très rapidement.

 

LSA - On sait que vous faites beaucoup de tests aux États-Unis. Quelles sont vos pistes de recherche ?

F.C.- Il est vrai que nous faisons beaucoup de tests pour voir comment réagissent les utilisateurs avant de nous lancer dans de gros investissements. Il y a par exemple le pilote eBay Now, la livraison en une heure, testée à San Francisco et qui marche bien. Mais aujourd'hui le « think mobile first » est au coeur de toutes nos réflexions car il va être partout. Nous réfléchissons aussi beaucoup à la fluidité de l'expérience et de la transaction, quel que soit le terminal utilisé, car le consommateur est multicanal tout au long de la journée. Il commence la journée sur son iPhone, la poursuit au bureau sur son PC et la finit sur sa tablette. Il est aussi très important pour les commerçants de faire passer le trafic du web vers les magasins. Parmi les expériences que nous avons menées récemment, il y a celle de quatre vitrines virtuelles à New York pour la marque de vêtements et accessoires Kate Spade. Il s'agissait de quatre écrans interactifs sur lesquels les passants pouvaient commander, par SMS, des articles Kate Spade, et être livrés dans l'heure en payant par PayPal. L'idée est de développer l'achat d'impulsion, et de montrer aux marques ce que nous sommes capables de réaliser.

eBay sur le mobile

20 Mrds
Le volume des transactions attendues par eBay sur mobile en 2013

13 Mrds $
Le volume des transactions eBay générées sur mobile en 2012. Cela représente environ 20% du volume total des transactions sur eBay, qui s'élevait en 2012 à 67 Mrds

$ 179 millions
Le nombre de fois que les applications d'eBay ont été téléchargées ; elles sont disponibles dans 8 langues et 190 pays
Source : eBay

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2287

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous