Chine: Carrefour dément travailler avec des fournisseurs exploiteurs

|
Carrefour

Carrefour allume les contre-feux. Ce vendredi, le distributeur français a démenti travailler en Chine avec des fournisseurs « exploitant leurs travailleurs », comme l'a affirmé récemment une ONG. Une enquête de China Labor Watch, qui milite pour le droit des travailleurs chinois, épinglait quatre fournisseurs de Carrefour, dont le fabricant de jouets Lanyu, à Dongguan (sud) qui « fait dormir ses travailleurs dans des dortoirs infestés d'insectes », « ne leur accorde que deux journées de repos par mois » et, « selon des témoignages, emploierait des mineurs de moins de 16 ans »... Sauf que, selon un porte-parole de Carrefour, le groupe français n'a jamais travaillé avec deux des fournisseurs visés, dont Lanyu, et cessé de recourir à un troisième depuis 2008. Quant au quatrième producteur de jouets mis en cause, « le dernier rapport d'audit réalisé chez ce fournisseur n'a fait état d'aucune non-conformité critique ». Prudent, Carrefour a néanmoins « décidé de tout mettre en oeuvre pour vérifier les allégations de China Labor Watch sur ce fournisseur et, le cas échéant, s'engage à en tirer les conclusions nécessaires », ajoute-t-on au sein du groupe. « Carrefour est particulièrement mobilisé sur la problématique des conditions de travail dans les usines en Chine et travaille avec les autres donneurs d'ordre, distributeurs et industriels, afin de faire évoluer les pratiques. »

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter